Archive | juillet 2018

Nu couché sur fond vert de Jacques Bablon

Présentation de l’éditeur :

Margot et Romain. Deux flics d’une même brigade. Ont en commun l’habitude de sortir du cadre autorisé pour régler à leur manière les affaires criminelles qui leur tiennent à cœur. Margot veut retrouver l’assassin du père de Romain, tué par balle, il y a vingt-cinq ans. Une famille au destin tragique… Romain ne lui a rien demandé. Mais Margot ne supporte pas que des tueurs cavalent librement dans la nature. Romain, lui, traque les auteurs du carambolage meurtrier qui a coûté la vie à l’inspecteur Ivo, son coéquipier. Leurs armes ? Acharnement et patience sans bornes pour Margot… Beretta et fusil à lunette pour Romain ! Une plongée dévastatrice où le hasard n’a pas sa place…

Mon avis : 

Ce roman était mis en avant à la bibliothèque, je l’ai emprunté parce que je cherche toujours à découvrir de nouveaux auteurs de romans. Je n’ai pas été déçue par cette rencontre, et je pense que je lirai d’autres romans signés Jacques Babion.
Revenons cependant à ce roman – je vais vous en dire un peu plus. Nous sommes face à deux policiers. Ce ne sont pas des co-équipiers, non, ils travaillent dans la même brigade. Margot est l’exemple même de la policière atypique dans un polar : elle est mariée, elle a trois filles qui ont toutes les trois des personnalités différentes et affirmées. Romain, lui, est un solitaire, qui ne s’entend que moyennement avec son coéquipier. Il est policier, mais il pourrait se contenter de vivre de ses rentes. Ce n’est pas qu’il cache un lourd secret, c’est que tout le destin de sa famille paternelle est tragique. Il n’en parle pas, pour quoi faire ? Seulement, Margot enquête pour faire la lumière sur le meurtre du père de Romain, cold case vieux de vingt-cinq ans.
Romain, lui, va chercher à venger la mort de son coéquipier – parce que la justice serait difficile à faire appliquer dans son cas.
Roman atypique, nous suivons parallèlement les histoires de Margot et Romain, épousant leur point de vue, leur ressenti, leurs amours aussi. Nous nous plongeons également dans le passé de Romain, celui de ses parents, artistes, heureux du monde qui voulaient aussi que les autres soient heureux, finalement.
Le livre est surprenant de bout en bout parce qu’il n’est pas qu’un roman policier. Il nous parle aussi de la société dans laquelle nous vivons, de tout ce que l’on peut faire pour aider les autres – ne peuvent être aidées que les personnes qui le veulent vraiment.

Publicités

Gizelle et moi de Lauren Fern Watt

Présentation de l’éditeur :

Dès le premier regard, entre Lauren, petit bout de femme d’une vingtaine d’années, et Gizelle, énorme mastiff de 70 kilos, c’est le coup de foudre. Inséparables, elles vont traverser les petits boulots sous-payés, les galères d’apparts trop petits, les coups de blues passagers, mais aussi les joies de Central Park et les premiers émois des relations amoureuses…Et puis la nouvelle tombe. Gizelle est atteinte d’un cancer incurable. Mais pas question de se laisser abattre : soirée Netflix, dégustation de hot-dogs au homard, recherche effrénée de la meilleure des crèmes glacées, road trip de folie… Les deux amies se concoctent une bucket list d’enfer ! En offrant à Gizelle ses derniers petits bonheurs, Lauren va se fabriquer des souvenirs inoubliables et retrouver le chemin de la confiance et de la sérénité.

Merci à Netgalley et aux éditions Belfond pour ce partenariat.

Mon avis : 

J’ai eu du mal à rédiger cette avis, parce que, comme la narratrice, je suis aussi passée par là : il est difficile de perdre un animal qui vous a accompagné pendant des années.
Lauren est lucide, peut-être aussi parce que son adolescence n’a pas été comme les autres. Il ne s’agit pas seulement de la séparation de ses parents, mais de l’alcoolisme de sa mère, et des conséquences pour sa vie quotidienne. C’est dans ces années-là qu’elle et sa mère « adoptent » ce gros chien – presque plus gros qu’il n’était prévu. Gizelle accompagne la jeune femme pendant ces années d’étude, et ces années de jeune adulte, où elle construit sa vie : premier emploi, premier logement indépendant, c’est à dire loin des parents, premier histoire d’amour sérieuse. Le tout avec Gizelle, parce qu’il faut trouver, en plein New York, un lieu pour loger avec un mastiff, un lieu où le promener aussi – et l’on découvre que des Mastiffs dans une grande ville, ce n’est pas si rare que cela.
Puis, vient la seconde partie, le diagnostique, les soins, et le fait aussi qu’il faut faire la part des choses entre les choix faits pour soi, et les choix faits pour l’animal. Le « confort de vie » doit être privilégié face à la survie. Lauren fait tout pour que les derniers mois de Gizelle soit les plus agréables. Elle ne se leurre pas, elle sait aussi que c’est pour elle-même qu’elle le fait.
Un livre à la fois drôle et émouvant.

Panique au manoir de M.C. Beaton

édition Albin Michel – 284 pages

Quatrième de couverture :
Meurtrie d’avoir été abandonnée par James, l’amour de sa vie, Agatha Raisin s’en remet aux présages d’une diseuse de bonne aventure : elle trouvera l’amour, le vrai, dans le Norfolk. Qu’à cela ne tienne, Agatha quitte Carsely et s’installe dans un charmant cottage de Fryfam où elle attend le prince charmant en écrivant son premier roman policier : Panique au manoir. Un titre prédestiné car, après une série d’étranges phénomènes, le châtelain du village est assassiné et les soupçons se portent naturellement sur Agatha dont le conte de fées vire au cauchemar.

Mon avis :

Spontanément, en ouvrant ce dixième opus, je me suis posé une question : où est passé le troisième chat d’Agatha Raisin ? Personne pour mener l’enquête ! Un vrai scandale, à croire que l’auteur oublie parfois ce qu’elle a écrit. En effet, Agatha avait adopté un troisième chat à la fin du tome 9, et il n’en est plus trace au début de ce tome 10. Heureusement, l’on saura à la fin ce qu’il est advenu. C’est d’autant plus surprenant qu’Agatha se montre particulièrement soucieuse de ses chats dans ce volume, affirmant à Charles qu’elle devient « quelqu’un d’humain et d’attentionné ».
Comme dans le tome 6 et le tome 12, Agatha sera loin de chez elle pour cette enquête. Elle a suivi les conseils d’une voyante (si, c’est possible quand on s’appelle Agatha Raisin). Elle est partie loin des Costwolds, dans le Norflok, dans un petit village encore plus pittoresque et très réactionnaire. Les femmes doivent rester à leur place, celles qui étaient la leur du temps de la reine Victoria. A croire que les anglaises n’ont pas été les premières à obtenir le droit de vote. Les femmes de la commune font exactement ce que désirent leur mari, s’habillent comme ils le veulent, ne se maquillent pas, ne travaillaient pas, et surtout, le laissent sortir le soir sans songer à l’accompagner, ou se retrouvent avec leurs amies. Agatha entend bien mettre de l’ordre dans tout ce fatras !
Elle compte aussi écrire un roman policier et là, pas de bol, un meurtre est commis, exactement comme elle l’avait (mal) écrit. Autant dire que cela pourrait être le début des ennuis si Sir Charles ne s’était pas joint à elle et si elle n’avait pas repris du poil de la bête. Quoi qu’on dise sur elle, elle enquête ! Ce qu’elle et Charles découvrent ne fait plaisir à personne. Qu’importe ! Elle ira jusqu’au bout, avec toute la maladresse dont elle est capable parfois. Les fées ne lui disent pas merci.
Je note cependant que son amitié avec Mrs Bloxby s’est un peu distendue, Agatha ne parvenant même plus à s’entendre pleinement avec la femme du pasteur, c’est dommage. Il faut dire que celle-ci souhaiterait vraiment qu’elle ne prenne plus des décisions à la légère, et qu’elle cesse d’être obnubilée par James. Pas gagné. Surtout que … Le tome 10 se termine sur un coup de théâtre – pour combien de temps ?

Coyote attend de Tony Hillerman

édition Rivages – 280 pages.

Mon résumé : 

Jim Chee prend son temps, son co-équipier enquête sur un mystérieux peintre. Il pense enfin l’avoir trouvé ! Sauf que, quand Jim Chee le rejoint, c’est trop tard : il est en train de brûler dans sa voiture, et Jim échouera à le sauver. Il attrapera quand même son meurtrier, qui se refuse à parler. Blessé grièvement, Jim Chee a bien l’intention de reprendre son enquête à sa sortie de l’hôpital.

Mon avis : 

Il ne faut pas se fier au calme apparent. Oui, au début de ce livre, tout allait bien pour Jim Chee, et pour presque tout le monde. Il pouvait même prendre le temps de savourer son café puisque Nez, l’autre agent en service, assouvissait tranquillement son obsession au sujet de cette personne qui s’amusait à peindre des montagnes. Où va-t-on, je vous le demande un peu, si quelqu’un repeint les sommets en blanc ? Jim Chee, parti le rejoindre, voit une forte lumière : il est déjà trop tard, Nez est mort, une balle et la fumée de l’incendie ayant eu raison de lui. Alors oui, Jim Chee a immédiatement arrêté le vieil indien qui avait commis ce crime – il avait encore l’arme à la main – et le vieil homme a reconnu son crime. Affaire classée, tout le monde est satisfait. Pas Jim.
L’enquête est close . Pas grave, il n’en fait qu’à sa tête, comme il le fait toujours. Ce qu’il ne sait pas, c’est que Joe Leaphorn, de son côté, enquête aussi, à la demande d’une membre de sa famille et d’une universitaire, qui a bénéficié des conseils et des récits d’Ashie Pinto, le meurtrier pas du tout présumé – personne ne met en doute sa culpabilité puisqu’il a avoué, et tant pis s’il n’a pas de mobile. En souvenir de sa femme, et en vertu des liens familiaux complexes qui unissent les navajos, Leaphorn va creuser, un peu, et son chemin croisera celui de l’incontrôlé Jim Chee.
Narré ainsi, l’intrigue semble presque simple. Bien entendu, le récit va beaucoup plus loin que cela. En premier, il est question de la culture navajo, et de la manière dont elle peut être transmise. Si Jim maîtrise la langue, peut ainsi se rendre compte des troncatures et des approximations, ce n’est pas le cas de l’avocate Janet Lee. Navajo de naissance et de sang, elle n’en a pas la culture. Son retour est d’ailleurs l’occasion de mettre les choses au point entre elle et Jim, à grand coups de : « Et ton petit ami, où est-il ? – Et le chat qui vivait à côté de la caravane, où est-il passé ? »Toujours agréable de lire un auteur qui n’oublie pas ce qu’il a écrit.
Culture navajo et mythe : coyote n’est pas un personnage sympathique. Coyote, c’est le chaos, et la tentation du chaos, ce sont aussi les porteurs de peau, bien loin du hozho, cette harmonie que tout navajo se doit d’atteindre.
Cette culture est étudiée par les blancs, avec plus ou moins de respect, nous offrant ainsi une plongée dans le milieu universitaire, dans lequel les professeurs se reposent parfois sur le travail des petites mains.
Le passé rattrape toujours les protagonistes – ou bien ils croient qu’il les a rattrapés, qu’il s’agisse de la guerre du Vietnam ou d’événements plus mythiques, comme les exploits de Butch Cassidy. Et, pour terminer cette chronique, je parlerai du discours d’Ashie Pinto contre l’alcool. Il ne s’agit pas d’être moralisateur, mais de montrer, comme d’autres auteurs l’ont fait avant lui (Sherman Alexie) et le feront après (Craig Johnson) : les conséquences de l’alcoolisation sur les populations indiennes. Ashie Pinto parle en connaissance de cause. Il serait bon qu’il soit écouté.

Merci pour cette deuxième étoile

J’avais envie d’écrire un article ce soir. J’ai pensé à le mettre sur le blog d’Annunziata, mais cet article me concerne moi plus qu’elle.

Il y a vingt ans, la France gagnait sa première étoile. Je me souviens que, au « château » derrière chez moi, le fils des gardien avait brandi fièrement un drapeau français avant le match. Soutenir une équipe c’est aussi la soutenir avant.

Pour ma part, j’avais obtenu ma licence de lettres modernes, trouvé un sujet pour ma maîtrise, et eu mon permis de conduire six mois plus tôt. Mon cousin Patrick avait décidé, le 24 mars 1998, d’arrêter là le cours de sa vie.

Il y a vingt ans, je ne pensais pas réussir à décrocher le capes.

Bien sûr, j’avais déjà des chats à cette époque.

Aujourd’hui, j’ai suivi le match, de loin en loin, parce que c’est stressant, tout de même. Puis, je me suis souvenue de la délivrance après la demi-finale contre la Belgique.

Ce soir, je pense aussi à Kylian et à Hugo – non, pas les joueurs. Deux fans de foot. J’espère qu’après leurs déboires de milieu de semaine, ils sont heureux ce soir.

Charlie Moon, tome 6 : Grand-mother spider

Mon résumé :

Il ne faut pas tuer les araignées, voici ce qu’enseigne Daisy Peruka, la chamane Ute, à la petite Sarah, sinon Grandmother Spider vient se venger. Quel est le monstre qui a attaqué trois hommes ? Deux ont été retrouvés, l’un a disparu, et des phénomènes étranges ont été aperçus, notamment par Daisy et Sarah. Charlie Moon et Scott Parris enquêtent.

Mon avis : 

J’ai galéré pour lire ce sixième tome, non encore traduit en français à ce jour, de même que les dix suivants. J’ai galéré parce que je ne lis pas aussi couramment l’anglais que je le voudrais, je suis un peu rouillée. J’ai compris « dans l’ensemble », mais je n’ai pas nécessairement eu une compréhension fine et nuancée de l’histoire. Je reconnais simplement qu’avoir lu les cinq tomes précédents en français m’a aidée.
J’ai retrouvé Daisy Perika, la vieille chamane Ute, Sarah, la petite fille désormais âgée de neuf ans dont elle prend soin, et le chat noir qui l’accompagne. Elle est inquiète, Daisy, parce qu’elle n’est plus toute jeune et qu’elle se demande ce qu’il adviendra de l’enfant quand elle ne sera plus là. Elle se demande aussi ce qu’est ce phénomène qu’elle et Sarah aperçoivent de leur caravane. Elles ne sont pas les seules à le voir, et au matin, le bilan n’est pas brillant.
Qu’est-ce que cela pouvait bien être ? Pas une vue de leur esprit, malheureusement, puisque des traces, aussi visibles qu’inexplicables sont bien là. Les seuls qui ont été en contact direct avec la « chose » sont incapables de parler, ou n’ont gardé aucun souvenir. Malgré tout, Charlie Moon doit enquêter, Scott Parris, aussi.
Charlie Moon n’a pas vraiment changé. Les bonnes résolutions alimentaires ? Lesquelles ? Il avale toujours un pantagruélique petit déjeuner et arrose ses six sucres de café. Il déteste être réveillé au beau milieu de la nuit, Scott Parris aussi. Il ne croit pas trop aux phénomènes paranormaux que lui raconte sa tante Daisy – il sera cependant confronté à plus d’un au cours de son enquête. Pratiques, les appels longue distance.
Nous découvrons une nouvelle espèce, assez peu courante : le profiteur d’événements surnaturels. Sa syntaxe laisse à désirer (je ne crois pas que ce soit une vue de mon esprit) et il est près à tout pour faire signer un contrat aux témoins de ces phénomènes. Vous ne savez pas écrire, ni même épeler votre nom ? Pas grave, quelqu’un écrira pour vous. Vous n’avez aucun souvenir ? Merveilleux ! C’est bien la preuve qu’il s’est passé quelque chose ! Un moment de de détente, presque de franche rigolade au milieu d’une intrigue très sombre. Surtout que l’agent littéraire, Eddie pour les intimes et les autres, n’est pas aussi benêt que sa syntaxe et son physique le laissent croire.
Le danger est et a toujours été bien réel, d’autant plus réel qu’il a été souvent difficile à cerner. Si les croyances utes sont bien présentes – et grand-mère Snyder, Mathilda de son prénom, est là pour rappeler les exactions de cette tribu – Moon mène l’enquête et a bien l’intention d’aller au-delà des apparences et des superstitions. La vérité est parfois très étonnante, et la lâcheté humaine n’a pas vraiment de mesure.
Le roman se termine de manière très heureuse pour Charlie Moon – et Scott Parris n’est toujours pas marié ! Espérons que cela dure pour Charlie, et qu’il soit enfin le garçon d’honneur de Scott.

 

 

 

Mon bilan du challenge polar et thriller 2017/2018

Je ferai court.

Voici mon bilan personnel du challenge : 1 Les marais sanglants de Guérande de Jean-Luc Bannalec Nozze nere, tome 1 de Jerôme Sublon Tout ce qui meurt de John Connolly  4  La dernière licorne de Tobby Rolland Le sang de la vigne, tome 19 de Jean-Pierre Alaux et Noël Balen Merde à Vauban de Sébastien Lepetit Cauchemar dans les Cotes de nuits de Jean-Pierre Alaux et Noël Balen Commissaire Morteau, tome 2 : L’origine du crime de Sébastien Lepetit Un vélodrame en Normandie de Robert Vincent 10 Sept jours pour survivre pour Nathalie Bernard 11 Dernier crime avant les soldes d’Yves Pinguilly 12 Boire et déboires en Val de Loire de Jean-Pierre Alaux et Noël Balen 13 Maudit printemps d’Antonio Manzini  14 La falaise de Paimpol de Christian Querré 15 Arsène Lagriffe hors-la-loi de Jennifer Gray 16 L’espionne qui aimait la cantine de Pamela Butchard  17 Arsène Lagriffe règle ses comptes de Jennifer Gray 18 De trèfles et de plumes de J. Arden 19 La dent du serpent de Craig Johnson 20 Créole Belle de James Lee Burke 21 Les panthères grises de Patrick Eudeline 22 Le secret des orphelins d’Elly Griffiths 23 Les disparues du marais d’Elly Griffiths 24 La cible était française de Lee Child  25 Addict de James Renner 26 Minuit sur le canal San Boldo de Donna Leon 27 Mon ami Adèle de Sarah Pinborough 28 La mariée était en blanc de Mary Higgins Clark et Alafair Burke 29 La rivière des âmes perdues de James D. Doss 30  Nom de code : Mémé Ruth d’Alice Quinn 31 Sans défense d’Harlan Coben 32 Le meurtre d’O’Doul Bridge de Florent Marotta 33 Dernier appel pour les vivants de Peter Farris 34 Témoin de la nuit de Kishwar Desai 35 Mato Grosso de Ian Manook 36 Le complot du trident de Tristan Koëgel 37 Une histoire des loups d’Emily Fridlund 38 La mer d’innocence de Kishwar Desai 39 Une illusion d’optique de Louise Penny 40 Les bas-rouges se bougent de Kate Saunders 41 Morgana Chaudeveine contre les 13 sorcières de Clair Arthur 42 Arsher et Bennett, tome 2 : Eden de Candice Fox 43 Le couple d’à côté de Shari Lapena  44 Les origines de l’amour de Kishwar Desai 45 The master magicien de Charlie N. Holmberg 46 Marquée à vie d’Emelie Schepp 47 La marche du mort de Larry McMurtry 48 Felicity Atcock, tome 4 : les anges sont sans merci.49 Millénium, tome 5 : La fille qui rendait coup pour coup de David Lager 50 L’arménien de Carl Pineau 51 Hercule, chat policier : jumelles en détresse de Christian Grenier 52 Le secret du magicien de Christian Grenier 53 Le canyon des ombres de James D Doss 54 La femme au serpent de Claude Izner 55 L’inconnu de Port Belon de Jean-Luc Bannalec 56 Une journée dans la mort de l’Amérique de Gary Younge 57 Meurtres à l’île d’Yeu d’Yves Ramonet  58 Les 5/5, tome 1 : en équilibre d’Anne Plichoat et Cendrine Wolf  59 Les hamacs de carton de Colin Neal 60 Nickel chrome d’Hervé Claude 61 Le diable en personne de Peter Farris 62 Piège contre un élu d’Ian Rankin 63 Mirror mirror de Cara Delevingne et Rowan Colement 64 L’esprit de la nuit de James D Doss 65 Un zéro avant la virgule de James Holin 66 Sous son toit de Nicole Neubauer 67 Soleil noir d’Armèle Malavallon 68 Origine de Dan Brown 69 Arsène Lagriffe donne la patte de Jennifer Gray 70 Soleil rouge de Mathew McBride 71 Du poison dans les veines d’Alfred Lenglet  72 Mère disparue de Joyce Carol Oates 73 Summer de Monica Sabolo 74 Une voix dans l’ombre d’Andrea Camilleri 75 Genèse de l’enfer d’Yves Corver  76 La nuit du nouveau monde d’Yves Corver  77 Les chiens de Detroit de Jérôme Loubry  78 Agatha de Françoise Dargent 79  Récit d’un avocat d’Antoine Bréa 80 Rongés d’Elanne Jesa 81 La diagonale du loup de Laurent Rivière 82 Mores, épisode 1 :Genèse de G.A. O’Neill 83 De cauchemar et de feu de Nicolas Lebel 84 La sorcière de Camilla Lackberg 85 Mémoires secrets d’un valet de coeur de Brigitte Aubert 86 La fille sous la glace de Robert Bryndza 87 Obia de Colin Neal 88  Les flamboyantes de Robin Wasserman 89 La lettre froissée d’Alice Quinn  90 Fatale randonné d’Alain Gandy 91 Qui veut la peau de Barack et Angela de Guillaume Nail 92 Sans elle d’Amélie Antoine 93 Croisière jaune de Zolma 94 Le crime était signé de Lionel Olivier  95 Blue light Yokohama de Nicolas Obrego  96 L’écarlate de Venise de Maria Luisa Minarelli 97 Fatou Diallo, détective privée d’Emmanuel Tredez  98 Cicatrices de Ian Rankin 99 Tombé du ciel de Craig Johnson 100 Cadavre, vautours et poulet au citron de Guillaume Cherel  101 Porteurs de peau de Tony Hillerman 102 Le sixième passager de Theodor Kallifatides 103 La piste de sable d’Andrea Camilleri 104 Les cousins de Saintonge d’Alain Gandy 105 Mort étrange sur un bateau remontant le Nil de LC Tyler 106 Les morts de la Saint-Jean d’Henning Mankell 107 A la claire fontaine – Agatha Raisin, tome 7 de MC Beaton  108 Les méandres du fou d’Arthur Upfield 109 Un Noël en Sicile d’Anne Perry 110 Agatha Raisin tome 8  :Coiffeur pour Dames de M.C. Beaton 111 Qui je suis de Mindy Mejia 112 Sous les pavés, la mort d’Enzo Bartoli 113 Ce doux pays d’Ake Edwardson 114 La fille du roi des marais de Karen Dionne 115 Mourir sur Seine de Michel Bussi 116 Le prince de Cochinchine de Jean-François Parot 117 Mistral cinglant de Zolma 118 Les grands détectives n’ont pas froid aux yeux de Kyotaro Nishimura 119 Le passager de la Toussaint de Jean Failler 120 Le mur du silence d’Hakan Nesser 121 L’heure des fous de Nicolas Lebel 122 48 heures – disparition de Gabrielle Lord 123 Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman 124 La disparition du coeur des symboles de Miguel Miranda 125 Le fruit de ma colère de Mehdi Brunet 126 La ronde noire de Misa Yamamura 127 Rien de plus grand de Malin Persson Giolito 128 Péril en mer d’Iroise de Jean-Luc Bannalec 129 Epilogue meurtrier de Petros Markaris  130 Nuit d’orage à Copacabana de Luiz Alfredo Garcia-Roza 131 Une fenêtre à Copacabana de Luiz-Alfredo Garcia-Roza 132 Les enquêtes d’Alfred et Agatha tome 2 d’Anna Campoy 133 Une seconde de trop de Linda Green 134 Metzger voit rouge de Thomas Raab 135 Meurtre au comité central de Manuel Vasquez Montalban 136 Société noire d’Andreu Martin 137 Dope en stock de Marc Masse 138 Crime et déluge de MC Beaton 139 Le président a disparu de James Patterson et Bill Clinton 140 L’enfer de l’amour de Mc Beaton 141 Arsène Lagriffe prend le large de Jennifer Gray  142 Le dernier songe de Lord Scriven d’Eric Senabre  143 Achève et prends ma vie de Marie-Laure Binville 144 Les cousins Karlsson – Tome 8 Pièges et contrefaçons de Katarina Mazetti 145 La danse de la soif de James D Doss 146 Rendez-vous passage d’enfer de Claude Izner. 147 Un homme seul d’Antonio Manzini 148 Les larmes de River Falls d’Alexis Aubenque 149 Toxic star d’Hervé Claude 150 Le souffle du diable d’Inger Wolf 151 Shanghai Fan de Raphaël Bée 152 L’enfer du dossier Li de Grégoire Lacroix 153 Les disparues de Louisiane d’Alexis Aubenque 154 Gustave Eiffel et les âmes de fer de Flore Vesco 155 L’écrivain public de Dan Fesperman 156 Une offrande à la tempête de Dolorès Redondo 157 Soeurs de Bernard Minier 158 Les fleurs ne saignent pas d’Alexis Ravelo 159 L’invitation d’Elisabeth Day 160 Mystère Edimbourg et Docteur Stevenson: Tome B 161 Mystère Edimbourg et Docteur Stevenson: Tome A de John Erich Nielsen 162 Un flair infaillible pour le crime d’Ann Granger