Archives

L’île des monstres de Tuutikki Tolonen

édition Robert Laffont – 315 pages.

Présentation de l’éditeur :

La petite Mimi a suivi Grah, son ami monstre, dans son monde souterrain. Mais elle a perdu sa trace et la robe de chambre magique ne lui parle plus… Pendant ce temps, Koby et Halley, restés à la surface, cherchent à tout prix le moyen de retrouver leur sœur.
Nos trois héros ne sont pas au bout de leurs surprises : de nombreuses créatures étranges se cachent au centre de la Terre, et toutes ne sont pas aussi gentilles que Grah !
Le deuxième tome d’une série venue de Finlande qui va réchauffer les cœurs, dans la lignée du Monstre poilu et de Roald Dahl.

Mon avis :

J’ai lu ce second tome, mais je l’ai un peu moins apprécié que le précédent, un peu comme s’il s’agissait d’un tome de transition. L’action principale se concentre sur Mimi, qui a suivi sous terre son monstre préféré. Elle rencontre des créatures étonnantes, notamment le gardien d’une des portes. Elle retrouve également sa robe de chambre, qui se décide à l’aider à nouveau, elle qui l’avait pourtant « laisser tomber ». Normal, pour une robe de chambre, me direz-vous. Elle rencontre également d’autres créatures pas vraiment sympathiques, avant de retrouver Grah, le monstre sympathique qui lui a servi de nounou dans le tome précédent.

Vous l’aurez compris, la fratrie est séparée, et l’on voit très peut Koby et ses parents, qui sont restés dans le monde d’en haut. De même, j’ai trouvé que les créatures rencontrées étaient certes originales, mais pas suffisamment développées. Par contre, les illustrations sont toujours superbes, et très évocatrices, une vraie réussite.

Une lecture plaisante, et pleine de promesse : j’espère que Mimi et Grah se reverront.

Publicités

Le monstre nounou de Tuitikki Tolonen

Présentation de l’éditeur :

Il y a des nounous rigolotes, des nounous trop sévères, d’autres qui vous laissent faire les 400 coups, et puis il y a… le monstre nounou !
En l’absence de leurs parents, Halley, Koby et Mimi vont être gardés par cette étrange créature poilue et poussiéreuse qui sent fort le renfermé. Voilà qui promet des vacances pas comme les autres…

Mon avis :

On dirait que les monstres sont vraiment des créatures familières aux finlandais. En effet, alors que les mères de famille gagnent toutes le premier prix d’un voyage et une cure de remise en forme, des monstres sont envoyés pour les remplacer, et personne ne s’étonne. Halley, l’aînée, est pourtant la plus rationnelle des trois enfants ! Ce n’est pas le cas de Mimi, qui converse avec sa robe de chambre bleue, et est tout à fait prête à s’entendre avec le gros monstre poilu qui les garde.

Très vite, un autre mystère apparaît : d’autres monstres sont là, et d’autres créatures aussi ! Bienvenue aux fééstiques qui piquent les monstres comme les moustiques les humains ! Par contre, les sorcières, qui se présentent comme les « propriétaires » des monstres ne sont pas du tout, mais alors là pas du tout sympathiques.

En dépit (ou grâce à) leur grande soeur, Mimi et Koby vont chercher à en savoir plus sur les monstres, leur manière de vivre, et ne pas se contenter de leur feuille de route très injonctive. Qui sait vraiment ce qui est bon pour les monstres ? Peut-être un certain Runnar, qui a écrit un livre sur eux, que Koby s’empresse d’emprunter à la bibliothèque, et de lire, même si ce n’est pas toujours très bien ordonné.

Deux mondes se télescopent, en fait, celui des adultes qui est presque rationnel – voir les articles de journaux qui, même avec une photo à l’appui, ne veulent pas croire à l’existence des monstres – et celui des enfants, qui est encore ouvert au merveilleux – jusqu’à ce que les adultes les amènent consulter. Il faut dire aussi que certains adultes sont singulièrement absents, tel le père de nos trois héros, surnommé « la voix invisible ». Combien sont-ils de père à se rendre compte que leurs enfants ont grandi et qu’ils n’ont rien vu ?

Le monstre nounou est un livre très agréable à lire, avec des illustrations absolument superbes. A recommander pour les enfants et pour les adultes qui ne sont pas insensibles au merveilleux.

 

Nos souvenirs sont des fragments de rêve de Kjell Westö

Présentation de l’éditeur : 

Quels secrets cache la famille Rabell ? Puissante dynastie d’Helsinki, dans les années 1960, elle vit presque recluse dans son domaine en bord de mer. Seul le héros, adolescent, se lie avec les enfants Stella et Alex. Tout les sépare, mais dans la fougue de leur jeunesse, ils feront les quatre cent coups. Mais la passion amoureuse s’en mêle, et met en péril le clan Rabell…

Mon avis : 

Il ne faut pas avoir peur des 590 pages de ce roman. Oui, il est long, cependant je ne me suis pas dit à sa lecture qu’il comportait des parties inutiles. Le narrateur est un écrivain qui a connu un grand succès et n’a plus rien publié depuis. A la suite d’un événement surprenant, il se remémore ses quarante années d’amitié avec Alex Rabell, et son amour pour sa soeur Stella.
Ecrit ainsi, le roman paraît presque simple, si ce n’est que le récit est celui de la remémoration. Le narrateur a gardé certains événements en mémoire, en a écarté d’autres. Il est des faits qui l’ont marqué, blessé parfois, il en est d’autres qu’il a parfois mal interprété .La force de ce roman est de ne pas abuser de l’anticipation. Nous savons qu’Alex est l’ami, et Stella, sa soeur, est l’amour de jeunesse du narrateur. Quand il puise dans ses souvenirs, il n’anticipe pas certains faits, il revit ce qu’il a su à l’époque, et dévoile pour son lecteur la vérité au moment où il l’a apprise. Toutes les familles ont leur secret. Les Rabell en ont beaucoup.
D’autres amis sont évoqués également, d’autres amours. La vie suit son cours, avec les naissances et les décès, les succès professionnels et les errances.
Se souvenir, c’est aussi confronter ses souvenirs à ceux des autres – ce ne sont pas les mêmes, bien sûr, et la confrontation est parfois détonante, tout comme l’évolution de certaines relations. Se souvenir, c’est aussi se confronter à l’histoire de ses parents, de ses grands-parents, accepter ou rejeter des traditions, voire se questionner sur leur origine. La guerre a marqué durablement ceux qui étaient jeunes quand elle a eu lieu. Ce sont les mêmes événements historiques – Tchernobyl – que nous avons vécus, ici ou là-bas, et le ressenti finlandais, la désinformation aussi, ne sont pas si différents.

Je tiens à remercier Babelio et les éditions Autrement pour ce partenariat.

Débarquement de Riika Ala-Harja

Mon résumé :

Julie, ancienne thésarde, est gui sur les plages du Débarquement. Son couple va mal, son mari Henri a pris ses distances. C’est à ce moment qu’elle découvre que sa fille Emmma, huit ans, ne va pas bien. Le verdict tombe : leucémie. Les combats commencent.

Mon avis :

j’ai l’impression vraiment de poursuivre un cycle, celui du rapport des femmes à la maternité. Ici, la situation est tragique : la fille unique de Julie est atteinte de leucémie, et même si, de nos jours, elle a 80 % de chance de guérir, Julie n’oublie jamais, face à tous les protocoles, toutes les précautions à prendre, drastiques, afin d’éviter les complications et les rechutes. Pour paraphraser le médecin-chef qui suit Emma, nous sommes loin des années 70 et de son taux élevé de récidive.
Seulement, Julie a un autre combat à mener, d’ordre intime : son mari s’est éloigné d’elle, définitivement semble-t-il. le reconquérir ? Impossible, au vue de l’échec de ses tentatives, bien avant la maladie de sa fille. Divorcer ? Pas si simple quand il faut présenter un front uni face au cancer, même si la moitié des couples se sépare après la maladie de leur enfant, que l’issue soit heureuse ou non – une statistique que je ne connaissais pas.
Ce qui m’a frappé, à cette lecture, est l’échec du couple, et l’absurdité des concessions faites par l’un et l’autre pour que leur couple perdure. Julie n’est jamais allée au bout de sa thèse, Henri a renoncé à sa belle carrière de journaliste parisien parce que Julie voulait vivre en Normandie – pour être proche des plages du Débarquement. Elle n’a jamais vraiment eu son mot à dire pour l’aménagement de leur maison, signe de leur réussite sociale et amoureuse – il a toujours choisi tout ce qui était à bas prix. Elle vit désormais dans un appartement, comme beaucoup de femmes divorcées, loin de ce symbole de réussite qu’est la maison, ayant la garde partagée de sa fille, et ne pouvant avoir aucun contact avec elle quand elle est avec son père (Note : il est des couples qui se séparent en prenant davantage en compte les enfants).
Ce qui m’a frappé est la reproduction de l’unicité : Henri et Julie, dont les prénoms riment, semblent être enfant unique. Tous deux n’ont que peu de lien avec leurs mères qui, du moins dans un cas, ont choisi l’éloignement. Quant à la meilleure amie de Julie, elle n’a qu’une seule fille, Léa, parce que la deuxième, Anna, est décédée de la mort subite du nourrisson et qu’elle a refusé de suivre les conseils des médecins, en ayant un autre enfant. Des prénoms qui, ici encore, se ressemblent, sont « à la mode », pratiques, courts, féminins – et presque interchangeables.
Eux n’ont pas de prénoms, ce sont les soldats, ceux du Débarquement, ceux qui étaient déjà sur place – les Allemands – dont Julie évoque le parcours pour chacun des groupe qu’elle guide. Pas d’érudition abusive, dans aucune des parties du roman, le lecteur en apprend beaucoup plus sur ce qui s’est passé ce jour-là, sur la vie quotidienne en Normandie, sur les choix que certaines ont fait pour que les leurs vivent mieux. Julie se garde bien de juger, elle est historienne, elle est mère.
Et moi, en refermant ce livre, de me demander ce qui a pu attierr une auteur finlandaise à nous compter avec tant de force ce Débarquement.

Le royaume des perches de Martti Linna

Edition Gaïa – 188 pages.

Présentation de l’éditeur :

Ilpo Kauppinen, pêcheur taciturne d’une soixantaine d’années, ne vit que pour les perches, et Hilkka, son épouse. Lorsque celle-ci disparaît brusquement, Ilpo continue de pêcher sur le lac. Le capitaine Sudenmaa mène l’enquête, entre deux coups de fil de son ex, paumée alcoolique, et avec à la maison une ado presque-femme. Un polar au coeur de la Finlande.

Mon avis :

Bienvenue au coeur de la Finlande ! Le rythme de ce polar risque de surprendre les amateurs de péripéties rocambolesques et autres retournements de situations aussi rapides à écrire qu’à lire. Ce n’est pas tant que l’enquête prend son temps que l’enquête s’adapte au temps d’Ilpo, ce pêcheur de perches qui a appelé parce que sa femme avait disparu, dans le bungalow qu’ils louaient de mai à septembre – saison de la pêche oblige. En France aucune enquête n’aurait même été ouverte – Hillka est majeure, elle a certes disparu après avoir averti son mari qu’un homme essayait d’entrer dans le bungalow mais aucune trace de lutte n’a pu être trouvé. Son mari, même s’il a averti la police, est inquiet mais confiant. Et la pêche n’attend pas ! Seule la soeur de la victime est persuadée qu’Hillka a été assassinée par son mari. Fait troublant : la soeur en question est l’ex-femme d’Ilpo. Véritable walkyrie, elle est bien différente de sa terne soeur, douce maître nageuse et vestale qui passait des heures à attendre son mari pêcheur passionné, acceptant ses petites manies et ses petits travers.
Comment enquêter dans ses conditions, avec, de plus, des adjoints qui ne sont pas vraiment en phase avec leur seul et unique témoin ? Le capitaine, lui, fait ce qu’il peut, sans affoler Ilpo ( et ses poissons), sans avoir non plus réellement d’espoir. Huis clos lacustre, les protagonistes de cette histoire sont tous réunis autour de l’eau qu’aiment tant Ilpo et Hillka. Quant à Seika, la soeur de la disparue, elle met plus d’énergie à accuser son ex-mari, à l’humilier (et donner une image peu flatteuse de sa soeur) qu’à réellement recherche Hillka. Tous les moyens sont bons pour se venger, non ?
Comme tout bon policier, le capitaine a des soucis dans sa vie privée. Séparé depuis dix ans de sa femme Irene, il élève sa fille et palie comme il peut aux défections de son ex-femme, qui noie son mal de vivre dans l’alcool et les aventures sans lendemain. Cela aussi, le capitaine doit le gérer.
Les chapitres sont courts, et nous font découvrir les pensées, les sentiments des deux hommes du roman, Ilpo et Sudenmaa. Ce qui n’était pas prévu, c’est le dénouement bien différent de ce à quoi l’on pouvait s’attendre. Les polars nordiques valent décidément le détour.

voisinmini_501337challengelpf2bannireThrillerPolar-PatiVore2

Les Filouttinen, tome 3 de Siri Kolu

Mon résumé :

Peu de jours ont passé depuis la fin du tome 2. Liisa a fait une découverte extraordinaire, une lettre écrite par le premier chef bandit, qui doit mettre sur la trace du guide des guides celle qui a remporté l’épreuve du Bluff. Toujours aidée par les Filouttinen, Liisa se lance sur sa piste. Les embûches sont cependant plus nombreuses qu’elle ne le croit.

Mon avis :

Je suis une fidèle de la série des Filouttinen. En effet, cette série de littérature jeunesse a un grand atout à mes yeux, tous les volumes de cette série sont d’égale qualité, ce qui est suffisamment rare pour être signalé. De plus, les personnages évoluent. Normal, me direz-vous, pour une adolescente comme Liisa, confrontée à des situations hors-normes. Certes. Cependant, dans les séries qui montrent des adolescents comme héros récurrents, les auteurs tablent plutôt sur l’immobilisme de leurs personnages, afin de fidéliser ses lecteurs. Liisa murit, sa soeur aînée Julia aussi, par la force des choses, tout en restant toutes deux avec des personnalités très différentes. Évolution ne signifie pas lissage des caractères. Heureusement. J’ai vraiment du mal à imaginer les Filouttinen rangés, travaillant à des horaires de bureau à des activités par forcément réjouissantes. Après tout, les Filouttinen sont unis, proches les uns des autres, se soutenant quoi qu’il arrive – ce n’est déjà pas si mal.

Tout n’est pas radieux dans le monde des bandits, et si certaines familles (pas toujours liées par les liens du sang, d’ailleurs), sont très sympathiques, d’autres n’ont de cesse d’accroître leur suprématie, et par là même leur territoire. Ce n’est pas sans rappeler les manières conquérantes des rois de jadis, et ce n’est pas pour rien qu’il existe un roi des bandits, chargé de surveiller la communauté et de veiller aux respects des lois. Pas de vacances pour les maitres brigands. Pas de week-end non plus.

Dans ce troisième tome, où certaines familles se disent que toutes les trahisons sont permis, un peu comme une gigantesque épreuve de bluff, Liisa devra non pas jouer double jeu, mais faire le maximum pour protéger ses deux familles. Et ces aventures lui réservent bien des surprises.

Les Filouttinen ? Une série hautement recommandable pour tous les lecteurs !

challenge jeunessemini_501337challengelpf2bannire

Les Filouttinen, tome 2 : coup de bluff de Siri Kolu

Présentation de l’éditeur :

Liisa est au comble du désespoir : les Filouttinen ne lui ont pas donné signe de vie depuis des mois et la voici en colo musique pour les vacances. Cet été, ce sera carottes vapeurs et solfège à toutes les sauces. Mais ses amis les bandits n’ont pas dit leur dernier mot…

Mon avis :

Un an s’est écoulé depuis le tome 1, et Liisa de se demander si, finalement, les Filouttinen ne seraient pas comme sa famille : totalement oublieuse des promesses faites. En effet, il ne faut pas se leurrer : ce n’est pas parce que leur fille cadette a été enlevée que ses parents sont plus attentifs à elle. Non, les apparences, les apparences : quoi de mieux qu’un stage de musique pour montrer à quel point on est de bons parents, puisque l’on a su se débarrasser de sa fille comme d’un colis encombrant. Heureusement, Helena Filloutinen, fille du chef de bande, sous-chef elle-même, a plus d’un tour dans son sac, et parvient à délivrer Liisa. En route pour le camp des bandits !

Là, j’en révèle un peu sur le tome 1, je n’ai pas trop le choix : l’an dernier, la fête des bandits ne s’est pas très bien terminé, en partie à cause des Filouttinen, et certains bandits en ont payé les conséquences. Comment accueilleront-ils la fameuse famille de bandit, presque sédentarisée ? Pas vraiment les bras ouverts.

Ceci n’est pourtant pas le coeur de l’intrigue, plutôt les fameuses épreuves qui permettront de savoir qui sera le nouveau chef des brigands. Je vous recommande la TaLu, mélange de cuisine et de lutte. Les recettes ne sont pas à refaire, sauf si vraiment vous voulez faire fuir vos invités ! Le bluff n’est pas mal non plus, beaucoup d’hommes politiques pratiquent cette activité régulièrement (mais sans être chatouillé, ce qui est dommage). Liisa se révèle une compétitrice hors pair, une vraie Filouttinen, et les nombreux coups de théâtre qui émaillent ce séjour ne sont pas pour déplaire.

A bientôt pour le tome 3, que l’épilogue du 2 annonce généreusement.

challenge jeunessemini_501337challengelpf2bannire