Archives

Gardiens des cités perdues, tome 8.5 : Le livre des secrets de Shannon Messenger

Présentation de l’éditeur :

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Gardiens des Cités perdues avec, en bonus, pas moins de 250 pages de roman !

Mon avis :

Ce tome 8-5 des Gardiens des cités perdues est un livre pour les fans, un livre qui comblera les fans. Il ne comporte pas de redite avec les huit tomes précédents, il se termine par un court roman qui sert de jonction entre le tome 8 et le tome 9, qui paraîtra en novembre.

Ce livre nous présente les mondes des cités perdues, ses habitants, ses habitats, ses plantes aussi – ou comment tout savoir sur elle. Pour ma part, j’ai découvert avec joie le dossier scolaire de Keefe – l’épuisement de la directrice est palpable, sa joie quand elle quitte la direction de l’académie aussi, un autre qu’elle devra gérer les soucis et autres problèmes provoqués par Keefe. Il est aussi très intéressant de lire le dossier médical de Sophie, et le travail hors-pair fait par le médecin de Foxfire, Elwin, qui n’a jamais rien vu de tel. Lui, par contre, ne baisse pas les bras, et s’il aimerait voir Sophie moins souvent, c’est uniquement pour le bien-être de celle-ci. Si, comme moi, vous avez lu les tomes précédents, vous savez que la vie de la jeune fille n’est pas de tout repos, grâce aux Invisibles, notamment.

Je tiens à préciser que les pages d’illustrations ont beaucoup plu aux lecteurs ados qui ont eu ce livre en main (même si certains m’ont dit que, franchement, les elfes… il fallait mettre de l’ordre chez eux parce qu’ils étaient franchement détestables).

Merci à l’élève qui, fidèlement, tout au long de l’année scolaire, m’a prêté les tomes des Gardiens des cités perdues.

Chasseuse d’Âmes La danse des ombre par Megara Nolhan & Pryscia Oscar

Présentation de l’éditeur :

À Wënalmor, les Âmes ont depuis longtemps pris le contrôle des Hommes. Enfouies au plus profond d’eux-mêmes, alimentant leurs plus bas instinct, elles influencent leurs actes, insidieuses. Les Âmes les plus puissantes, les Lames, dirigent le Royaume d’une main cruelle et meurtrière. Aliénor est une Chasseuse. Guerrière de l’ombre, elle œuvre en secret pour mettre fin au règne des Âmes. Impitoyable, elle est prête à tout pour accomplir sa vengeance. Aël est un Gardien. Soldat au service des Lames du Royaume, il ne vit que pour briller à leurs côtés. Et pour décimer les Nés-Sans-Âmes jusqu’au dernier. Tout les oppose, une chose va pourtant les rapprocher. Une Lame. Elle doit la tuer. Il doit la protéger. Réunis par la force des choses, ils vont devoir traverser le Royaume côte à côte sans soupçonner la véritable nature de l’autre. Qui des deux mènera à bien sa mission ? Et à quel prix ?

Mon avis :

Premier tome d’une trilogie, la danse des Ombres nous fait découvrir l’univers des Ames, des gardiens et de leurs chasseurs. Découvrir un univers de fantasy est toujours intéressant, il m’a fallu quelques pages, cependant, pour intégrer ses codes – preuve aussi que la création est véritablement originale.

Cinq cents ans que cela dure, cinq cents ans que les Ames ont pris le pouvoir. Les Chasseurs essaient de leur côté de les vaincre. Les Gardiens sont là pour les préserver. Il me serait facile de dire « tout les oppose ». Non, justement. Chasseurs et Gardiens sont des guerriers valeureux, sûrs de leur bon droit, ayant chacun une version de leur histoire commune, sûr qu’ils sont que celle-ci est la bonne. Cela rend les Gardiens particulièrement sûrs d’eux, pour ne pas dire imbuvables, eux qui ne veulent surtout pas se mêler au commun des mortels, sauf s’ils y sont contraints. Et encore. ils vont les côtoyer, ils ne vont pas se mêler de leur histoire, cela leur demanderait de descendre de leur piédestal.

Aël est l’un de ceux-là, fils d’un des meilleurs gardiens qui soit, il entend réussir ses missions mieux que personne. Il doit protéger une Lame, et part la rejoindre. Seulement, il ne peut partir seul et partage la route avec une jeune femme qui fait commerce de foulards et a donc l’habitude de voyager. Elle a un cran, une audace pour se mêler de ce qui ne la regarde pas, pour affronter les différents périls de leur voyage qu’il n’a pas. Forcément : Aliénor a été confrontée tout jeune au pire. Forcément : Aliénor est une chasseuse, et elle se garde bien de le lui dire : le secret, c’est la survie.

Voyage initiatique ? Oui. Ils en sortiront non pas transformés, mais différents, prêts à se questionner, à approfondir ce qu’ils tenaient pour acquis jusque là, et qui ne l’est peut-être pas tant que cela.

Je lirai sans doute les deux tomes suivants de cette trilogie, mais pas tout de suite.

Les oubliés d’Astrelune par Laure Dargelos

Présentation de l’éditeur :

Imaginez une métropole où des tapis volants côtoient des dirigeables, où des individus se promènent en pyjama et où des ingénieurs déclenchent la pluie et le beau temps. Holly Nightingale appartient à cet univers étrange. Simple employée au Musée national, elle voit son existence basculer le jour où sa jeune sœur disparaît… Tandis que le mystère ne cesse de s’épaissir, d’étonnants alliés croisent sa route : un avocat maladroit et un pirate au passé trouble. De découverte en découverte, Holly se retrouve happée dans une dangereuse spirale. Et si rien n’était ce qu’elle croyait ? Et si Astrelune baignait dans un gigantesque mensonge ?

Merci aux éditions Explora et à Netgalley pour leur confiance.

Mon avis :

En entrant dans ce livre, il faut véritablement se plonger dans un univers singulier, déroutant de prime abord. Mais c’est le jeu quand on lit un livre : découvrir un univers inconnu. Holly vit très bien dans ce monde, même si elle se rend très bien compte que les visiteurs se désintéressent totalement de ce qu’il découvre au Musée national. Elle s’y est faite. Ce à quoi elle ne se fait pas, c’est à la disparition de sa jeune soeur Clara, elle a toujours fait partie de sa vie, elles ont toujours été là l’une pour l’autre, et la police ne fait pas grand chose pour la retrouver. Il semble d’ailleurs que Clara ne soit pas la seule personne d’Astrelune à s’être volatilisée. Diantre, que se passe-t-il ?

Parallèlement, nous découvrons Sue, une adolescente d’aujourd’hui, dont la famille est plutôt hors-norme. Sa mère est en froid avec ses tantes, ce qui ne l’empêche pas d’envoyer chez elles sa fille en vacances – maman est plus une femme qu’une mère. Sue explore le manoir familial et découvre des faits insolites. Diantre, que se passe-t-il ?

Les oubliés d’Astrelune est un roman inclassable, parce que très riches, entre aventures, science-fiction, roman historique et histoire de famille. Ce n’est pas que la famille de Sue cache des secrets, c’est qu’il n’est pas toujours facile de dire certains faits qui ont contribué à faire de la famille ce qu’elle est, et qui ne sont pas toujours très reluisants. Il faut trouver le bon moment pour cela, avant qu’il ne soit trop tard.

Il est question d’amour aussi. Amour fraternel, amour passion, amour du pouvoir : chercher l’intrus, celui qui risque de tout bouleverser. Certes, il est des histoires d’amour compliquée, notamment à cause de rivalités familiales, amicales, mais ce n’est pas l’amour en lui-même, l’amour véritable qui est le problème.

Prêt à vous laisser emporter dans un monde étrange ? Alors venez découvrir les oubliés d’Astrelune.

Bane Seed, tome 6 : Autant en emportent les certitudes de Fanny André

Présentation de l’éditeur :

Découvrez la conclusion des aventures de Bane, la Banshee à la langue bien pendue ! En se mettant en couple, Bane et Dorian ont enfreint toutes les règles. Celles que s’était fixées Bane il y a fort longtemps, mais aussi et surtout celles de leurs landes respectives. Et si Bane a enfin cessé de lutter contre l’évidence, ce n’est pas le cas de tout le monde ! Lorsque le duo apprend qu’une ultime épreuve les attend, et pas des moindres, ils vont devoir se faire confiance. Pour corser l’affaire, d’anciens ennemis et dettes à payer refont surface. Entre Styx et ceux qui en ont après Loeiza, comment vont-ils parvenir à tout gérer en même temps ? Bane a envie de croire qu’ils ont déjà affronté pire, mais rien n’est moins sûr… #BadAss héroïne #Humour #Urban Fantasy

Mon avis :

Voilà, c’est fini… c’est toujours ce que j’ai envie d’écrire quand une saga que j’ai apprécié se termine et qu’elle trouve une vraie conclusion. Bane et Dorian ont transgressé les règles ? Il est évident que les « chefs » n’allaient pas laisser passer cela. Ils sont cependant capables de mansuétudes (rires jaunes) et de se résoudre à n’imposer qu’une épreuve à Bane et à Dorian. Mais quelle épreuve !

Heureusement, leurs amis sont là pour les soutenir, pour trouver des moyens, aussi, de les accompagner durant cette épreuve. Ils sont à fond, avant, pendant, après, parce qu’eux non plus ne sont pas d’accord avec l’épreuve que Bane et Dorian doivent surmonter. C’est aussi véritablement l’occasion pour Morgane de montrer tout ce dont elle est capable. Elle EST Morgane, il serait temps que tous s’en souviennent.

Une très belle conclusion pour une très belle saga.

 

De Brume et d’Ospales par Amandine Peter

Présentation de l’éditeur :

À Rochevive, la magie s’inhale. Les embrumeuses diffusent de l’ospaline, un liquide obtenu à partir de la transformation alchimique des ospales.

Razelle, apprentie espionne au service de l’État, rêve de devenir alchimiste. Mais avant de quitter sa formation, la directrice lui confie une dernière mission : elle doit espionner le Pirate Sans Nom, ce voleur d’ospales qui a ruiné le commerce de son père.  Malgré le danger, quand Razelle apprend que le Pirate est à la recherche de nouvelles recrues, elle décide de s’infiltrer dans ses rangs pour assouvir sa soif de vengeance… Et si cette décision s’avérait être la pire erreur de sa vie ?

Mon avis :

Le début de ce roman est rude. La suite l’est tout autant. Il pourrait sembler de prime abord manichéen. Razelle a vu sa famille ruinée à cause d’acte de piraterie, elle rêve de devenir alchimiste mais avant, elle veut se venger de celui qu’elle juge responsable de la ruine de sa famille, le Pirate Sans nom. Lui ? Oui, nous découvrirons aussi de qui il s’agit, nous saurons ce qu’il a fait, pourquoi il a fait, et nous découvrirons que ce ‘est pas si simple que cela. Et tant mieux. L’on voit les personnages (et pas seulement Razelle) agir, s’impliquer, être capable aussi de changer d’avis, quels que soient les risques encourus.

Ce roman traite de sujets forts, qui ne sont pas forcément agréable à lire. Et l’on peut toujours se dire que ce qui est raconté n’existe plus en France (le travail des enfants), cela existe dans de trop nombreux pays. Quant à la difficulté à accéder aux soins, pour citer un autre thème, je crains que cela ne soit déjà une réalité en France aujourd’hui.

Si le désir de vengeance, de revanche sont des thèmes plus classiques exploités dans ce roman, tout comme la trahison. Elle est montrée sous toutes ses formes, y compris la trahison de ses propres principes. Et s’il fallait retenir un personnage, ce serait celui de Fauve.

Merci aux éditions Elora et à Netgalley pour ce partenariat.

 

Gardiens des Cites Perdues, tome 6 : Nocturna

Présentation de l’éditeur :

Sophie Foster traverse une mauvaise passe. Le deuil et l’incertitude la rongent, mais elle sait au moins une chose : elle ne renoncera à aucun prix. Et si les Invisibles ont eu leur part de victoires, la bataille est loin d’être terminée. Le temps est donc venu de changer de tactique, quitte à faire des sacrifices, quitte à reconsidérer ce qu’elle croit. Il peut-être même temps pour Sophie de se fier à ses ennemis…
Or, tous les chemins semblent mener à Nocturna – sinistre porte qui mène à un endroit plus lugubre encore. Pour s’y rendre, Sophie et ses camarades passent donc un marché plus qu’inquiétant. Mais rien n’aurait pu les préparer à ce qu’ils vont y découvrir. Les difficultés qu’ils vont affronter les renvoient loin, bien loin en arrière, dans les méandres de leur passé. Le temps manque, les erreurs s’accumulent… s’ils veulent survivre, Sophie et les siens vont devoir joindre leurs forces comme jamais auparavant.

Mon avis :

Je le dis, je le répète : merci à l’élève qui me prête ces tomes (oui, j’ai interverti les tomes 6 et 7 dans la publication, tant pis).

Sophie a traversé à la fin du tome 5 un événement très difficile, et c’est loin d’être le seul qu’elle a dû traverser. Elle doit faire avec, ou plutôt sans, et les absences se font cruellement sentir. Les Invisibles, eux, ne lui laissent pas de répit, elle doit simplement espérer qu’ils ne découvrent pas certains secrets. Ce n’est pas facile, surtout quand on sait qu’ils sont capables de s’infiltrer, d’avoir des espions, bref, Sophie et les siens sont rarement tranquilles.

Je ne parlerai pas trop de sa vie sentimentale, parce qu’elle avance lentement. Je ne vous parlerai pas non plus de mes préférences – ce n’est pas parce que Sophie préfère l’un des garçons que c’est mon cas. Les mystères de l’amour (air connu).

Nocturna, en tout cas, n’est pas le lieu le plus sympathique qui soit. Les elfes ne sont pas non plus les créatures les plus sympathiques qu’ils soient. Tous ne sont pas des invisibles ? Certes. Mais beaucoup trop sont convaincus de leur supériorité par rapport aux autres espèces, beaucoup discriminent les elfes qu’ils jugent différents. Il est des choses qui doivent changer.

Gardiens des cités perdues, tome 7 : Réminiscences de Shannon Messenger

Présentation de l’éditeur :

Sophie Foster ne sait pas quoi (ou qui) croire. Et dans un jeu avec autant de joueurs, la pire erreur peut devenir la mauvaise menace. Mais quand les Invisibles prouvent à Sophie qu’elle est bien plus vulnérable qu’elle ne l’avait jamais imaginée, elle réalise qu’il est temps de changer les règles. Ses puissantes capacités ne peuvent plus la protéger à présent. Pour affronter des ennemis impitoyables, elle doit apprendre à se battre. Malheureusement, l’entraînement au combat ne peut pas aider un de ses plus proche ami qui fait face à un danger tout à fait différent, où la seule solution implique l’un des plus grands risques que Sophie et ses amis n’aient jamais pris. Et la distraction pourrait être exactement ce que les méchants attendaient…

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercier mon élève qui me prête fidèlement les tomes de cette série.

Ce que j’apprécie est que le quatrième de couverture ne spoile pas l’intrigue. Je dirai simplement que Sophie a tout sauf le temps de se reposer au début de ce tome 7. Les elfes semblaient pourtant penser que tout allait mieux, ils avaient même pris une décision étonnant concernant… le coup de théâtre qui concluait le tome 6. Cette décision ravit peu de monde, surtout pas Sophie et ses « très proches ». Et c’est là que les soucis continuent, parce que Sophie a beau avoir de nombreux pouvoirs, elle n’est pas invulnérable, et ses ennemis semblent avoir plusieurs longueurs d’avance sur ses alliés. Heureusement, elle et ses proches ont un très bon médecin, qui risque le surmenage à chaque tome. Vu ce que Sophie subit, il vaut mieux, en chroniquant, faire preuve d’un peu d’humour.

Il vaut mieux qu’elle en ait elle aussi parce que la convalescence est longue, on ne se remet pas de « tout ça » d’un claquement de doigt. Elle doit faire aussi avec les épreuves que traversent ses amis et sa garde rapprochée et nombreuse. J’ai une tendresse particulière pour Ro, qui manifeste toujours beaucoup d’à propos en dépit de ses soucis personnels – oui, la fille du roi Dimitar n’est pas seulement une excellente guerrière, elle a aussi une vie personnelle totalement inattendue.

Un tome qui m’a plu et qui plaira aux fans. Mon élève m’a prêté le tome 8 hier.

L’académie du disque d’argent, tome 2 : Hademonia de L.P. Hurel

Présentation de l’éditeur :

Vous avez déjà imaginé Poudlard sur la lune ? Rejoignez L’Académie du Disque d’Argent et devenez Citoyen de l’Espace !
De retour sur la lune, Emma entame sa rentrée à l’Académie avec une seule idée en tête : empêcher l’Entité d’enclencher le Grand Filtre contre l’humanité.
Aidée de ses meilleurs amis Tim, Edward et Louise, elle se lance en quête de sa localisation dans l’univers. Mais leurs recherches patinent et l’attitude distante du directeur envers Emma, la déstabilise.
Alors qu’ils sont sur le point d’abandonner leur enquête, ils font une découverte qui ébranle toutes leurs certitudes…
Et si l’Entité était plus proche que ce qu’ils croyaient ?

Mon avis :

J’avais beaucoup apprécié le tome 1, j’ai beaucoup apprécié le tome 2 aussi, et j’ai très envie de découvrir le tome 3, ce que je ferai sûrement dès sa parution.

Ce second tome couvre la seconde année de la scolarité d’Emma et de ses amis à L’Académie du disque d’argent. La confidentialité est toujours de mise, les proches ne doivent rien savoir, mais cela pèse moins à Emma cette année, elle se donne peu de mal pour peaufiner sa couverture. Elle a déjà beaucoup à faire pour en savoir plus sur l’Entité, pour lutter contre elle. Elle peut compter sur Tim, Edward et Louise. Ils ont tous des personnalités différentes, des domaines de prédilection, des secrets aussi. L’on en saura un peu plus sur certains d’entre eux, et sur la famille d’Emma aussi.

La vie continue à l’Académie, les étudiants ne peuvent pas se concentrer uniquement sur leurs recherches, ce serait à la fois trop beau et trop simple. Ils doivent poursuivre leurs études, se préparer pour leurs futures missions, relever des défis.

Et plonger, dans l’univers de l’Entité. Découvrir cet univers, et tenter de le mettre hors d’état de nuire.

Il ne s’agit pas de trop en dire à nouveau, il ne faut pas gâcher le plaisir de lecture de ce qui viendront découvrir ce livre. Il faut simplement se rappeler qu’Emma n’est pas seule, et c’est ce qui fait sa force. Emma n’est pas seule, mais à la fin de ce second tome, elle sentira peser sur elle le poids de la solitude.

Prunelle, l’ultime sortilège d’Agnès Laroche

Présentation de l’éditeur :

Prunelle la sorcerelle doit fuir Tendreval. Son père, qui dirige le comté, s’entête à maintenir une loi injuste, interdisant aux sorcerelles d’utiliser la magie forte. Et son frère veut la séquestrer. Pourtant les terribles Obscurs sont sur le point d’envahir Tendreval.

La seule solution est d’aller à la rencontre de Dune, une puissante sorcière qui réussira peut-être à infléchir son père. Mais pour la rejoindre dans la forêt d’Ombelle, il faut d’abord surmonter trois épreuves.

Merci aux éditions Rageot et à netgalley pour leur confiance.

Mon avis :

J’ai été très heureuse de retrouver Prunelle dans ce deuxième et dernier tome de ses aventures. Il est cependant un de ses livres lus dans une période où je peinais à écrire, et cela se ressent parce que j’ai mis beaucoup de temps à rédiger cet avis.

J’ai beaucoup aimé ce livre, j’ai aimé la construction de son intrigue, qui ne nous laisse pas en repos, et nous mène à travers les chemins de la forêt d’Ombelle, où vit une puissante sorcière qui peut, semble-t-il, venir en aide à Prunelle. J’ai aimé le fait que les personnages ne soient pas manichéens, contrairement à ce que l’on pourrait craindre quand on lit un roman de littérature jeunesse, qu’ils aient des motivations pour agir comme ils agissent, qu’ils soient capables d’évoluer, de se métamorphoser aussi, et pas seulement au sens propre du terme.

Il est une expression que j’emploie souvent « la part d’ombres ». Il reste à savoir ce que j’entends par là. Les ténèbres qui nous rongent ? Ce que l’on ne veut pas montrer à autrui ? Les tentations auxquelles on risque de céder ? Un peu tout cela à la fois. Prunelle sera confrontée à des tentations, elle devra définir quelles sont ses limites, face à des personnes qui n’ont pas forcément de limites.

Un autre fait que je retiens est qu’un bienfait est rarement perdu. Un des moments forts de l’intrigue en est la parfaite illustration.

Prunelle est une série en deux tomes que j’ai beaucoup apprécié, au point d’avoir prêté les livres à une de mes élèves : elle l’a beaucoup aimé aussi.

 

 

(In)Humaine Le Chant des Lames par Clara Vincendon

Présentation de l’éditeur :

Alors que l’humanité se réfugie dans l’espace au sein de grands vaisseaux-villes, le Sanctuaire lance l’étude des « Sujets Protégés », génétiquement modifiés pour retourner sur Terre. Astree, un sujet aux résultats exceptionnels, retient l’attention des scientifiques : la survie de l’humanité repose désormais sur ses épaules. Mais au fur et à mesure de ses expériences, ses certitudes vacillent… Pourquoi a-t-elle été choisie ? Quel secret dissimule vraiment le Sanctuaire ?

Le destin d’Astree pourrait bien basculer le jour où sa fuite l’entraîne dans une odyssée aussi enivrante que dangereuse.

Merci aux éditions Explora et à Netgalley pour ce partenariat.

Mon avis :

Ce n’est pas un livre facile à lire, je tiens à le dire tout de suite. Certes, je ne suis pas habituée à lire des livres appartenant à ce genre littéraire (la science-fiction), mais j’ai trouvé que ce livre décrivait un monde dur, difficile, où la douleur est omniprésente.

Nous sommes en 2488 et la Terre a arrêté de tourner sur elle-même. Autant dire qu’elle est dévastée, devenue complètement inhabitable. Les survivants se sont réfugiés dans des vaisseaux-villes. Quant au Santuaire, il expérimente, modifie le code génétique des humains, pour les rendre apte à … A quoi, au juste ? A retourner vivre sur Terre, à devenir plus résistant face aux conditions de vie difficile ? Le lecteur apprendra beaucoup de choses au fur et à mesure de sa lecture, il découvrira aussi jusqu’où l’homme peut aller quand la puissance est de son côté, quand les sentiments sont oubliés, quand les humains ont perdu leur humanité.

Astrée ne cherche pas un sens à sa vie, elle cherche un sens à ce qu’elle subit, à ce que tous les autres subissent avec elle. Sa vie a si peu de sens qu’elle n’aspire qu’à la mort, là où d’autres se raccrochent encore à ce qui leur permet de gagner un peu de temps, sans véritable espoir.

Sombre, dur, cruel, dérangeant, voilà les meilleurs qualificatifs pour décrire ce livre. A découvrir si vous voulez être déstabiliser vous aussi.