Archive | 20 juillet 2018

Les amis de la colline Beausoleil, tome 3 Adèle Rusard de Kazuo Iwamura

Présentation de l’éditeur : 

Adèle Rusard est blessée. Mais où est passé son mari ? Robin Cache-Noisette, détective en herbe, mène l’enquête.

Mon avis : 

Ce livre d’une centaine de pages est d’une grande richesse. Il permet de conjuguer une intrigue simple (où est passé Arthur, le mari d’Adèle qui est blessée ?) et de nombreuses informations sur la manière dont vivent les animaux. Surtout, ce roman montre que, dans la nature, les animaux cohabitent entre eux. Il est des proies, il est des prédateurs. Les uns chassent, les autres font tout pour leur échapper.
Et l’homme, dans tout cela ? Il est présent, puisqu’il cultive la colline. Il la cultive de manière raisonnable, presque artisanale : l’agriculture intensive n’est pas passé par là. D’ailleurs, l’un des cultivateurs a un autre métier, en plus de ses cultures – on ne vit pas forcément bien en faisant pousser des tomates ou des kiwis.
Animaux sauvages, animaux domestiques : Adèle Rusard, Olive Carotte ou Capucine Grignote croisent un chien, qui n’a pas oublié le plaisir de courir après un lapin, ou un chat, qui a fait de la ferme sa demeure.
Mine de rien, il est question aussi d’éducation, puisque chacun compare les différentes manières dont ils élèvent leurs petits. Et, pour les esprits chagrins qui ne veulent que des livres dans lesquels les animaux se comportent comme des animaux, ce qui limitent les lectures, je rappelle qu’Olive et Capucine, même si elles veillent Adèle, n’oublient jamais qu’elles sont des proies potentielles pour la renarde, qui les a souvent poursuivies.
Un livre aussi charmant que les albums de Kazuo Iwamura.

Publicités