Archive | juillet 2019

Le testament de Nobel de Liza Marklund

édition France Loisirs – 578 pages.

Présentation de l’éditeur :

Lors du banquet organisé à la remise du prix Nobel, la directrice du prestigieux institut est abattue par une tueuse à gages. Principale témoin de la scène, Annika, journaliste. Malgré la menace qui plane sur sa vie, la jeune femme décide de mener sa propre enquête. Entre l’implacable tueuse et la journaliste, le duel s’annonce sanglant… et sans merci.

Mon avis :

Bonjour à tous !
Je conclus le mois de juillet sur mon blog avec cette sixième aventure d’Annika, une héroïne dont j’ai suivi la trajectoire tout au cours du mois. Oui, je me suis vraiment attachée à elle, et je me demandais, après tout ce qui lui était arrivé le tome précédent, ce qu’elle pouvait bien devenir.
Soyons clair : c’est une catastrophe. Elle fait n’importe quoi dans sa vie personnelle, mais alors là, n’importe quoi. Je ne parviens même pas à trouver des arguments pour la sauver. Un exemple, parmi d’autres : elle et son mari sont invités à manger chez ses beaux-parents, avec d’autres convives. Ils viennent avec les enfants – normal – sauf que rien ne convient aux enfants, donc Annika s’en va et les emmène dîner au MacDo le plus proche. Spontanément, je me dis que ce n’est pas le meilleur moyen d’être appréciée par ses beaux-parents (qui n’ont jamais pu l’encadrer) et qu’il devait bien exister d’autres moyens de nourrir ses enfants, non ? Ce n’est rien de dire que le couple bat de l’aile. Thomas ne se sent pas assez soutenu par sa femme, il ne supporte pas sa profession, elle ne se remet pas de l’adultère de son mari, elle lui a soigneusement dissimulé qu’elle sait, et ce « secret » qui en est à peine un pourrit leur relation. Quant à Anne, meilleure amie d’Annika, elle se laisse furieusement aller – je ne donne pas cher de leur amitié, surtout qu’Anne a emprunté de l’argent à Annika, et que celle-ci manque d’énergie pour à peu près tout.
Surtout, il y a son métier, et là, ce n’est pas terrible non plus. Elle a assisté, lors de la remise du prix Nobel, à un assassinat, elle ne peut même pas écrire un papier là-dessus, secret de l’instruction oblige. Son chef, qu’elle a mis dans une position délicate dans le tome précédent, ne l’apprécie plus vraiment, et voudrait même, lui qui avait pourtant fondé de grands espoirs sur elle, la voir quitter le journal.
Et pendant que chacun a ses soucis personnels, il ne faut pas oublier que la directrice du prestigieux institut Nobel a été assassinée, après que le titulaire du prix Nobel de médecine a reçu une balle dans la jambe (et Annika et ses confrères feront plus de commentaires sur leur apparence que sur le meurtre). Tout de suite, c’est la piste terroriste qui est privilégiée, et l’on nous montre, incidemment, les dérives que la lutte contre le terrorisme peut engendrer. Ne me faites pas écrire ce que je n’écris pas : oui, le terrorisme existe, et ses conséquences sont terribles (26 juillet 2016, la date qui m’a le plus touchée à titre personnel) mais la peur, aveugle, le fait de frapper « préventivement », de traquer pour une phrase de trop, une opinion jetée aux quatre vents, me terrifient tout autant. Et c’est ce qui est au coeur du couple Thomas/Annika : l’opposition entre deux visions du problème et de la manière de le régler.
Leur couple. On en revient toujours là. On tourne en rond. On en revient aussi à la parentalité, parce qu’Annika se pose maintenant des questions qu’elle aurait dû se poser avant. Ai-je le droit de mettre au monde des enfants dans le monde où nous vivons ? Et bien, tu en as mis deux au monde, il est trop tard pour revenir en arrière. Ne puis-je laisser couper mon portable pendant quatre heures sans qu’un problème ne surgisse ? Logiquement, oui, sauf que mes proches qui ont des enfants le savent, le portable ne doit pas être « complètement » éteint – je trouve même étonnant qu’une journalise prenne ainsi quatre heures d’injoignabilité (si ce mot n’existe pas, je l’invente) à peine a-t-elle reprit le travail. Pour le coup, Annika m’a fait penser à une gamine qui chouine parce que sa sortie ne s’est pas déroulée comme prévue. Même, j’ai trouvé assez indécent le comportement de son mari. Qu’il quitte une réunion importante parce que la crèche l’appelle, son enfant s’est blessé est pour moi normal : la mère n’a pas seule la charge des enfants. Mais qu’il fasse téléphoner son fils pour que les messages culpabilisent sa mère me paraît plus que moyen. Thomas et Annika ne communiquent plus réellement, les désirs de chacun sont différents, et Annika interprète mal les désirs de son mari, quand (et c’est traditionnel) elle n’est pas la seule à assumer la charge mentale. Pour ma part, puisque son mari tient à ce que des légumes soient servis tous les soirs, pourquoi ne les cuisine-t-il pas ? Je m’étonne aussi de la violence du voisin, devant témoin, et que personne ne réagisse, surtout pas les collègues de Thomas qui travaillent au ministère de la justice.
Je parle, je parle, et j’en oublie presque le sujet du livre : le prix Nobel de médecine, et la manière dont il est attribué. Nous découvrons le petit monde des chercheurs, la manière dont il est facile de « magouiller », de s’approprier les recherches d’autrui, à croire que c’est une matière comme une autre dans la recherche. En conséquence, à moins d’être un véritable chercheur, les hommes et les femmes pourraient oublier la finalité de leur travail : oeuvrer pour le bien commun, non pour sa renommée personnelle. Oui, cela n’occupe qu’une toute petite partie du roman. Ce n’est pas dommage, pourtant, parce qu’il brasse des thèmes riches, comme l’évolution de la presse – pour avoir jeté un coup d’oeil aux cinq tomes suivants, pas encore traduits en français, la saga suit l’évolution du monde de la presse sur une quinzaine d’années, quinze ans qui ont tout changé pour la presse écrite.
Il est question aussi, j’ai presque failli l’oublier, de tueuse à gage. Un métier rare pour une femme. Nous avons le rare privilège d’être dans la tête de la tueuse, qui fait son métier avec un grand professionnalisme – voir le sort qu’elle réserve aux amateurs. Oui, dès le début, nous connaissons son identité, nous ignorons simplement le nom de son (ou sa) commanditaire.
Je n’ai pas envie de dire au revoir à Annika ainsi, non, j’ai envie de lui dire au revoir comme a choisi de le faire son autrice. Alors, je lis la suite en italien ou en anglais, seules traductions disponibles à ce jour ?

Opération Requiem par Stanislas Petrosky

Il suffit d’une balle (Mais tout s’explique…) par Grégoire Lacroix

Présentation de l’éditeur :

Ce polar philosophique renferme le troublant témoignage d’un homme qui découvre, par hasard, qu’il est surdoué. Dopé, voire grisé par son imposant Q.I, il s’autorise alors à donner son avis sur tout. Y compris sur la vie privée de son voisin, Édouard de Padirac (rez-de-chaussée; porte de gauche.) Gentil voisin, mais un peu inquiétant tout de même… surtout lorsqu’il l’implique dans un meurtre. En effet, un individu est retrouvé inanimé chez de Padirac, une balle entre les deux yeux. En tant qu’agent du SORG, notre « surdoué » croit pouvoir gérer rapidement la situation, mais il se trompe. Cette fois, il éprouvera beaucoup de difficultés à éclaircir l’affaire. Mais que s’est-il passé ?!

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et surtout les éditions Flamant noir pour ce partenariat qui m’ont permis de découvrir ce roman en avant-première.

Le héros, personnage principal et narrateur de cette histoire, c’est Grégoire. Il est un surdoué, qu’on se le dise, et depuis qu’il l’a découvert, il se sent pousser des ailes. Comment l’a-t-il découvert ? Oh, c’est tout simple : il a passé un test sur Internet, et les résultats le comblent de joie. Par conséquent, il ne cesse de donner son avis de surdoué (et d’agent du SORG) sur à peu près tout, et n’entend pas s’embarrasser avec des choses inutiles. Et parmi celles-ci, nous avons non pas son voisin Edouard, encore moins sa compagne Elena, mais le cadavre qui se trouve malheureusement dans le jardin de son voisin Padirac : à chacun de résoudre ses propres problèmes ! cependant, on est un surdoué – ou on ne l’est pas, et Grégoire ne peut pas s’empêcher d’enquêter un peu.

Vous l’aurez compris, ce n’est pas tant l’enquête qui est prioritaire que les réflexions philosophiques de Grégoire. Je vous rassure tout de suite, elles sont claires compréhensibles, originales, pas du tout déconnectées du réel comme peuvent l’être certains philosophes – oui, ceux qui me connaissent savent à quel point j’apprécie peu cette matière, qui me le rend bien. En effet, la philosophie de Grégoire (qui rime avec le prénom de son voisin Edouard) est caustique, appuyant parfois là où cela fait mal, comme lorsqu’il parle des coachs – ou des multinationales. Edouard, son cher voisin, n’est pas en reste, lui qui est loin de se simplifier la vie.

Bref, un polar – oui, l’enquête sera résolu – hors-norme, à l’écriture brillante.

Fondation Paradis de Liza Marklund

Présentation de l’éditeur :

Annika Bengtzon travaille à La Presse du soir, dans l’équipe de nuit, depuis presque deux ans. Deux ans que l’affaire Sven, durant laquelle la reporter a été inculpée de meurtre, est bouclée. Deux ans qu’elle bosse la nuit et que le jour, elle survit.  Mais un nouveau drame ébranle la Suède. Double meurtre à Frihamnen : un scoop de rêve pour tout journaliste. Cependant, tandis que ses collègues enquêtent, Annika doit servir de secrétaire à la rédaction. Une véritable corvée ! Jusqu’à l’appel d’Aïda, une jeune femme désespérée : un homme en voudrait à sa vie. Sans réfléchir, Annika lui donne le numéro de la Fondation Paradis, sur laquelle elle compte écrire un article. Mais cette mystérieuse Fondation protège-t-elle vraiment, comme elle le prétend, les gens menacés de mort ?

Merci à Netgalley et aux éditions Hlab pour ce partenariat.

Mon avis :

Je rédige cet avis sas me lancer avant dans l’écriture d’un brouillon. Tant pis ! Je verrai bien ce que cela donnera.

Dans l’ordre chronologique de la vie d’Annika, c’est la deuxième enquête. Deux ans ont passé depuis qu’elle a été disculpée de la mort de Sven, son petit ami qui l’avait totalement vampirisée. Elle travaille comme correctrice à La Presse du soir, c’est à dire qu’elle ne se contente pas de corriger les articles, mais le plus souvent de les réécrire, petite main de l’ombre pour que le journal paraisse en temps et en heure. Ses relations avec les autres sont compliquées et difficiles. Deux ans après la mort de Sven, Annika ne s’en est toujours pas complètement remise, parce qu’on ne peut pas complètement se remettre d’avoir tué quelqu’un, parce que la psychanalyse, pardon, l’obligation de soin, ne remplace pas le soutien, la bienveillance de proches. La seule personne sur qui elle a pu s’appuyer est sa grand-mère, ou encore, mais un peu moins, Anne, son amie hypocondriaque.

Annika en est là quand une femme la contacte, elle fait partie de la fondation Paradis, une fondation qui aide les personnes à « disparaître » quand elles sont en danger, menacés. Oui, l’état suédois fait déjà pour protéger ces personnes, mais la fondation Paradis va encore plus loin. Rebecca (prénom de la jeune femme) ne peut bien sûr tout révéler. Elle sent cependant qu’elle a fait vibrer la corde sensible chez Annika, elle qui sait ce que le mot « violence » signifie.

D’un autre côté, nous suivons monsieur Propret. Ah, pardon, il se nomme Thomas et il est comptable. Il vit dans une belle maison, il a une très belle femme, même s’il se plaint que son ventre n’est plus aussi ferme, qu’elle ne sait pas se servir d’un magnétoscope, qu’elle aime regarder des débats ennuyeux et qu’elle n’est pas toujours disponible pour lui. Bref, il se plaint, alors qu’il n’a pas de réels problèmes. Il veut changer sa vie, déménager ? Il n’a même pas pensé à la solution que lui propose sa femme : pourquoi, s’il veut vraiment travailler à Stockholm, ne va-t-il pas y travailler avec sa voiture ? Ressasser des problèmes n’est pas chercher à les résoudre. Il rencontre alors dans le cadre de son travail Annika. Non, elle n’a toujours pas la possibilité d’écrire à nouveau des articles, elle a reçu le droit d’enquêter plus avant sur la fondation Paradis. Ces deux-là vont se rencontrer et tomber dans les bras l’un de l’autre. Cliché ? Oui, un peu, parce qu’Annika est dans l’excès, tout de suite, imprudente, et que Thomas est capable de se comporter, que ce soit envers elle ou envers sa femme comme le dernier des goujats. Voilà, c’est dire : même s’il est un personnage « de papier », il se comporte comme un macho qui feint de comprendre les femmes.

Les femmes. Dans la série des enquêtes d’Annika, nous sont racontées tout ce qu’elles subissent, endurent, et pour une qui parvient à s’en sortir, combien remplissent les hôpitaux, les cimetières ? Et combien se font du beurre sur le dos de leur souffrance ? Que dire aussi de ses guerres et de ses victimes oubliées, qui cherchent à se reconstruire après avoir dû fuir leur pays, parce qu’elles n’y étaient plus/pas en sécurité ? Beaucoup de questions, et c’est un des mérites de ce livre de nous les poser. Il nous demande aussi quelles informations l’on a vraiment envie de lire, quelles manipulations peuvent se trouver derrière elles. Etre journaliste est une chose, accomplir pleinement son métier en est trop souvent une autre.

 

 

Nuits appalaches de Chris Offutt

Présentation de l’éditeur :

À la fin de la guerre de Corée, Tucker, jeune vétéran de dix-huit ans, est de retour dans son Kentucky natal. En stop et à pied, il rentre chez lui à travers les collines, et la nuit noire des Appalaches apaise la violence de ses souvenirs. Sur son chemin, il croise Rhonda, quinze ans à peine, et la sauve des griffes de son oncle. Immédiatement amoureux, tous deux décident de se marier pour ne plus jamais se quitter. Tucker trouve un boulot auprès d’un trafiquant d’alcool de la région, et au cours des dix années qui suivent, malgré leur extrême précarité, les Tucker s’efforcent de construire un foyer heureux : leurs cinq enfants deviennent leur raison de vivre. Mais quand une enquête des services sociaux menace la famille, les réflexes de combattant de Tucker se réveillent. Acculé, il découvrira le prix à payer pour défendre les siens

Mon avis :

Le Kentucky. Ses paysages magnifiques. Ses collines. Ses nuits appalaches.
Dis ainsi, cela sonne comme le prospectus d’une agence de voyage qui essaie de vous fourguer un billet pour ce coin mirifique des États-Unis.
Autant vous dire que si vous vous pointez là-bas, c’est un peu cuit. Le Kentucky, c’est un peu l’équivalent de Trou-paumé-les-bruyères pour la France, en pire : violence, alcoolisme, d’où le désœuvrement des jeunes qui les pousse à faire pas mal de bêtises et à en payer les conséquences.
Tucker, lui, a choisi une autre voie : malgré son jeune âge, il s’est engagé dans l’armée, a combattu en Corée, a été décoré, et à son retour, il ne faut vraiment pas lui casser les pieds, lui qui goûte le bonheur de revoir vivant la beauté des nuits appalaches. Il croise Rhonda, une toute jeune fille, violentée par son oncle le jour même de l’enterrement de son père – ne cherchez pas l’aide des autorités, il est l’adjoint du shérif. Je vous le dis, il ne fallait pas l’embêter, et il règle le problème, qui restera « en famille » : il épouse Rhonda.
Dix ans passent, dix années qui verront le couple Tucker/Rhonda uni, mettant au monde cinq enfants, dont quatre handicapés, sans que les médecins trouvent une explication, si ce n’est que c’est la faute à pas de chance, ou que Tucker et Rhonda sont peut-être incompatibles, comme deux ingrédients qui n’iraient pas ensemble. Oui, les médecins ont de ces formules, parfois, dans le but d’être immédiatement compréhensibles, ce qui les rend encore plus opaques. Le couple n’a qu’un seul objectif, prendre soin de sa famille, et Rhonda ne désespère pas de donner un jour un fils « normal » à son mari – seule Jo, leur fille aînée, a été épargnée, et elle sert de deuxième maman à ses frère et sœurs. Tucker gagne relativement bien sa fille, en temps de trafiquant d’alcool. Oui, à cette époque, l’alcool est encore interdit dans certains états, et le vendre comporte des risques, tout en assurant la subsistance des familles. D’ailleurs, quand les services sociaux viennent rendre visite à Rhonda, elle ne dit pas la véritable activité de son mari, non, elle préfère dire, avec raison, que celui-ci travaille à l’usine, dans un état voisin.
Ah, les services sociaux, j’ai eu très envie de leur dire de se mêler de ce qui les regarde. Je ne parle pas de Hattie, qui a toujours soutenu les Tucker, mesurant ce qu’était véritablement les soins donnés aux enfants, sachant reconnaître l’amour et les bons traitement quand elle les voit. Hattie : une femme lucide, sur son propre cas également, et ce que l’on apprend de son devenir dans l’épilogue m’a fait plaisir – pour elle. Un personnage secondaire, certes, mais merveilleusement campé.
En ce qui concerne le docteur qui l’accompagne, ce sera sans moi par contre. En quoi est-il docteur d’ailleurs, en psychologie ? Et bien il ne l’est pas beaucoup, et sa connaissance des êtres humains en général et des femmes en particulier en fait quelqu’un de fort peu recommandable. La décision qu’il a prise aura de lourdes conséquences, mais pas celle à laquelle il s’attendait – à quoi s’attendait-il, d’ailleurs, lui qui considère les enfants Tucker comme des monstres à mettre à l’asile plutôt que comme des êtres humains, lui qui méconnaît totalement les spécificités de cette région américaine ?
Roman noir ? Oui, mais il comporte quand même des plages lumineuses, de l’espoir, et c’est en cela que l’épilogue est important à mes yeux.
Un roman à découvrir pour voir l’Amérique autrement.

 

Les Galeries hurlantes de Jean-Marc Dhainaut

Présentation de l’éditeur :

Karine, dix ans, joue avec un ami imaginaire. Tout ce qu’elle sait, c’est son âge et qu’il n’aime pas Alan Lambin, le spécialiste en paranormal que son père, désemparé et dépassé par une succession de phénomènes étranges, a appelé à l’aide.Et si l’origine de tout cela se trouvait dans les anciennes galeries minières existant toujours sous ce village du Nord ? Le seul moyen d’accéder à ce dédale oublié de tous serait les sous-sols d’un hôpital abandonné et hanté par le souvenir de tous ceux qui y laissèrent leur vie, un matin d’hiver, treize ans plus tôt.

Mon avis :

Tout d’abord, je tiens à remercier les éditions Taurnada et le forum Partage-Lecture pour ce partenariat.

Il s’agit ici de la troisième enquête d’Alain Lombin. J’ai lu la deuxième, et cette fois-ci, il est bel et bien en couple avec Mina. Alain part dans le Nord, berceau de sa famille paternelle, d’où sa connaissance des terrils, du monde de la mine. Un retour au source, pas forcément dans les meilleures conditions puisque Mina, souffrante, n’a pas pu l’accompagner. Il comptait sur elle, sur son empathie avec autrui, plus que ses capacités de medium : Alain sait qu’il peut être parfois d’un abord abrupte, et la famille qui l’a contactée a avant tout besoin de soutien. Je dirai que leur souffrance, celle d’Etienne notamment, est telle qu’il doute (forcément), qu’il a besoin d’aller vite, tant la situation est intenable pour lui.

Alain doit gérer beaucoup d’événements, beaucoup trop même pour lui. Les années 80 ne furent pas les plus faciles à vivre, on oublie tout ce que l’on n’avait pas à l’époque. On oublie aussi, de manière intemporelle, l’incroyance autour de tout ce qui est surnaturel. Alain lui-même doute de certains faits, auxquels il assiste pourtant, comme il a douté des compétences de Mina : ce polar nous fait basculer dans le fantastique, non dans le merveilleux, tous ne croient pas en ces phénomènes, et même certains en tirent profit. Pour d’autres, il faut cacher ce qu’ils sont réellement, et mener la vie la plus normale possible – et est-ce réellement possible ?

Je me suis littéralement laissée embarquer dans ce roman douloureux. Alain se confronte de plein fouet à la souffrance d’autrui, et en se plongeant dans le passé complexe et douloureux de la mine, il découvre les liens entre l’histoire collective et l’histoire individuelle. Il se questionne, face à ce qu’il affronte, et avec lui, je suis passée par toute une palette d’émotion, voulant savoir jusqu’où il serait capable d’aller pour aider les autres. La conclusion de l’enquête est à cet égard courageuse, parce qu’à nouveau elle fait penser autrui avant lui – mais je n’en dirai pas plus, parce que la parole est très importante dans ce récit.

Oui, parler, ne pas parler, se livrer, se confier, révéler ou pas ses secrets. Parler ne fait pas forcément partie des habitudes, et combien de situations dramatiques auraient pu être évitées si les gens avaient trouvé quelqu’un à qui parler ? Au fond, n’est-ce pas cela que les esprits cherchent, délivrer un message pour enfin trouver la paix ?

Les galeries souterraines est un roman particulièrement prenant.

 

Les histoires (presque) vraies de Mathilda par Susanna Mattiangeli et Rita Petruccioli

Présentation de l’éditeur:

Dans son carnet, Mathilda écrit tout ce qui lui passe par la tête et transforme son quotidien en histoires, toutes plus farfelues les unes que les autres. Son modèle absolu est anglaise et romancière, et évidemment, elle est prête à tout pour la rencontrer ! Un roman pétillant et richement illustré à la fantaisie débordante.

Mon avis :

Drôle, drôle, drôle.
J’aimerai que tout le monde soit aussi inventif que Mathilda. Oui, ces histoires sont presque vraies, mais attention, il ne s’agit pas de mentir, il s’agit de romancer une réalité des plus ordinaires, et sublimer ainsi des exercices aussi ordinaires qu’effectuer une division au tableau ou faire une séance de calcul.
Mathilda se veut romancière, elle a déjà une héroïne préférée, CatWoman, qui sauve le monde et visite des époques historiques variées – et les autrices sont bien documentées. J’aime les situations qui nous montrent un livre dans un livre, qui prouvent que l’écriture est doublement créative, et qu’une fois le livre refermé, d’autres histoires sont encore possibles. La jeune héroïne est capable de se projeter dans l’avenir, de savoir ce qu’elle veut dans la vie, que ce soit plus tard, mais aussi maintenant. Les illustrations sont parfaitement intégrées dans le récit, à la hauteur de l’originalité de l’histoire, de la créativité de Mathilda. Celle-ci est parfois un peu trop directe (ah ! sa lettre à son autrice favorite) ce qui prouve aussi sa détermination.
Un livre à conseiller à tous les jeunes lecteurs.