Archives

Oups de Quentin Gréban

Présentation de l’éditeur : 

Une petite fille promène son chien, trouve une balle et la lance, son chien court pour l’attraper et oups !

Mon avis :

Oups ! Un simple petit mot, pour indiquer ce qui ne devrait être qu’une petite bêtise. Qui n’a jamais lancé une balle à un chien ? Une petite balle rouge fort sympathique qui, atterrissant à un mauvais endroit, provoque un enchaînement de catastrophe dont la  moindre n’est autre que la chute de la glace que tenait la petite fille. Pas de paroles : les images se passent de commentaires.

Le contraste est grand entre les pages où la petite fille est seule et celles remplies de personnages très différents. Voici qu’une balle verte est lancée. Que va-t-il se passer ?

Publicités

Chat chelou de Hee-Na Baek

Mon avis : 

Cet album pourrait illustrer un adage que l’on répète à ses chats, mais qu’ils n’écoutent jamais : il ne faut pas manger n’importe quoi ! Surtout que Chat chelou n’est pas vraiment un chat qui fait pitié à cause de sa maigreur. Je connais quelques vétérinaires qui le mettraient bien aux croquettes de régime ! Là, le très connu Chat Chelou gobe un oeuf qu’il a beaucoup, mais alors beaucoup de mal à digérer, et pour cause : il finira par l’expulser sous la forme d’un charmant poussin qui verra Chat Chelou comme sa maman.

Curieuse façon d’avoir un bébé, me direz-vous. Certes. Mais ce n’est pas plus surprenant que les cigognes, les choux et les roses. Surtout, l’on assiste à la métamorphose de ce matou en protecteur accompli de ce petit piou-piou. Un bel album sur l’amour, la famille et les différences.

 

Limbo le lion de Kyung-Hee King

Présentation de l’éditeur :

Limbo le lion, dont tout le monde se moquait à cause de sa crinière qui pendait lamentablement comme une serpillère mouillée, est devenu l’animal le plus populaire du zoo.Mais comment a-t-il fait ?

Mon avis :

Limbo le lion, c’est l’histoire d’un lion différent des autres. Et oui, sa crinière pendouille. du coup, il est ostracisé par les autres lions, moqués. Que faire ? Essayer de devenir comme les autres ? le moins que je puisse dire est que cela rate. Que faire donc ? Accentuer sa différence, grâce à son soigneur.
Limbo le lion est un album, il a aussi un pied vers la bande dessinée, avec les animaux qui dialoguent à l’intérieur des pages.
S’il est une morale à retenir, elle est de cultiver sa différence et ses talents : à force, les autres s’y feront.

 

La maion dans les bois d’Inga Moore

Présentation de l’éditeur :

Dans une tanière au fond des bois habitait Suzie Truie. Juste à côté, dans une petite hutte, vivait Simon Cochon. Un jour, en rentrant de promenade, ils découvrent que l’ours et l’élan ont voulu emménager chez eux. Leurs maisons sont écrabouillées ! Ils décident alors de construire une maison où ils pourraient vivre tous ensemble. Vincent Élan téléphone à l’équipe des Castors…

Mon avis :

Si vous ne connaissez pas Inga Moore, je vous recommande fortement de découvrir ses oeuvres, qui sont véritablement très belles. Je les découvre à l’âge adulte, je suis certaine que je les aurais adorées enfant, et qu’elles auraient vraiment éveillé mon imagination, tant ces illustrations sont précises soignées, colorées sans pour autant être vives au point de gêner l’oeil.
On parle beaucoup du vivre ensemble, actuellement, et bien cet album l’illustre déjà, alors qu’il est paru en 2012. Suzie et Simon vivent tous les deux dans la forêt. Malencontreusement, deux autres habitants des bois viennent et aplatissent/démolissent très légèrement, enfin, complètement leurs habitations respectives. Se mettront-ils en colère ? Et bien, non. Ils décident plutôt de vivre ensemble et de se faire construire une vraie maison, par la grâce d’une équipe de constructeurs particulièrement chevronnés, qui seront payés exactement comme ils l’avaient demandé.
Une jolie histoire à partager.

Le compte à rebours du père Noël de Kim Thompson

Mon avis : 

Oui, Noël est encore un peu loin à l’heure où j’écris ces mots, mais l’Avent n’est pas si éloigné, et ce livre pour enfants nous permet d’attendre, au même titre que le calendrier éponyme, le jour de Noël. En effet, à chaque jour correspond une histoire, ou plutôt une étape de la préparation du grand jour. Le père Noël, en effet, n’a pas fait grand chose dans les jours qui ont précédé le 1er décembre, disons plutôt qu’il a fait la sieste en continu, et il est important qu’il soit en bonne condition physique. Il est important aussi que le traîneau soit prêt, que les rennes soient en bonne santé, les cadeaux emballés, et le GPS activé.
Oui, le père Noël se trouve au prise avec la modernité dans cet album. Les elfes voudraient bien le relooker, voire même lui faire abandonner son traîneau pour un modèle plus réactif. Rien à faire, le père Noël et sa silhouette arrondie reste celui qu’il est dans notre imaginaire, avec quelques exclamations bien senties, telles que Guimauves galopantes ou Moustaches de moufette.
Le compte à rebours est un livre sympathique, avec des illustrations colorées et chaleureuses, qui devraient plaire aux petits comme aux grands.

Article imprévu : Linkin Park

Le dernier article musical que j’avais écrit sur ce blog était consacré à une de leur dernière chanson.

Ce soir, vautré devant un mélange ordi/télé, j’apprends la mort du chanteur de Linkin Park Chester Bennington et, égoïstement, je ne prends pas bien les choses. J’avais glissé dans mon lecteur CD un de leurs derniers albums pas plus tard que cet après-midi. C’était leurs chansons que j’écoutais, quand j’avais particulièrement besoin d’être motivée.

Alors, l’une des chansons qui m’a permis de connaitre ce groupe (parce que je ne me souviens plus avec quelle chanson je les ai découverts précisément) : Numb, qui ouvrait la version ciné de Deux flics à Miami (excellent film).

 

Et la chanson que j’ai écouté en boucle cet après-midi :

J’espère qu’il aura au moins trouvé la paix là où il est.

Et comme je suis sur mon blog, j’aurai vraiment une remarque personnelle à faire à un certain Brian M : merci de rester en vie, la musique a vraiment trop perdu ces dernières années.

Les nouveaux exploits des petites chipies de Romoreau

Mon avis :

Ceci est le dernier volume des aventures des petites chipies que je chroniquerai. Il en existe deux autres mais à l’époque de leur parution, il n’était pas parvenu jusque dans les coins reculés où je vivais (et où je vis toujours).
Brigitte et Véronique ont déjà un travail pour les vacances, travail qui ne nécessite pas de grandes compétences mais ne les épanouie pas non plus, entre vendre des fruits et légumes à des dames qui ne se préoccupent pas encore du bio mais de leur origine, ou balayer des entrepôts.
Les animaux de la vie quotidienne sont bien présents, et j’aimerai que les lecteurs de 2017 lisent ces planches au caractère champêtre. Que penseraient-ils de ces enfants qui peuvent se baigner dans la rivière sans surveillance, pendant qu’une chèvre mange leur vêtements ? Ou du fait d’utiliser des canards pour tirer une embarcation qui n’est pas des plus modernes ?
Les enfants pouvaient s’amuser sans technologie moderne. On pouvait cuisiner sans chercher la recette sur internet (même si je reconnais que c’est bien utile parfois). Elles sont sportives, également, pratiquant la natation, le canoë, le ski ou le tir à l’arc ? Elles sont aussi, parfois, en conflit avec l’éducation nationale, qui, il est vrai, ne tient pas une grande place dans ces planches.
J’essaierai de trouver les deux tomes manquants….