Archive | 28 juillet 2018

Voyage en France buissonnière de Louis Meunier

Mon avis :

Lire un livre qui comporte la présence de deux chevaux pour quelqu’un qui a la phobie des chevaux (à l’exception de la regrettée Urgence de Longuemare, bien sûr) est pour moi une gageure (plus simple tout de même que de monter à nouveau à cheval).
Au côté de Louis, Sybille, Unik et Où-vas-tu puis Lars, le lecteur parcourt la France de Paris à Marseille, presque la France des chemins noirs, la France que l’on ne nous montre pas. Cependant, cette France des chemins de traverse n’est pas coupée du monde, et les deux cavaliers vont côtoyer la belle et franche diversité de la modernité – ou comment à quel distance faut-il se trouver de Paris pour être enfin loin des autoroutes et autres ronds points.
Le livre est composé d’un prologue et de six parties, comme autant d’étapes du voyage. La langue utilisée est rare,hors du temps, utilisant de manière naturelle des mots trop souvent inusitées (alacrité, pastoralisme). Au gré de leur pérégrination, des rencontres se font, la plupart d’entre elles sont liées à leur mode de déplacement et d’hébergement. Ce ne sont pas nécessairement des personnes qui ont un projet différent, il en est aussi qui vivent de l’élevage intensif et ne voient pas comment il leur serait possible de faire autrement.
Vouloir voir la France autrement ne signifie pas renoncer à toute technologie, ni être toujours foncièrement optimiste. Cependant, il est toujours intéressant de voir qu’il est des personnes, en France, qui ont de véritables projets, et qui n’ont pas attendu que d’autre agissent à leur place.
Merci à Babelio et aux éditions Keno pour ce partenariat.

 

Publicités

Heu-reux de Christian Voltz

Présentation de l’éditeur :

Aujourd’hui est un grand jour : sa majesté Grobull, le tout-puissant taureau, marie son fils Jean Georges. Les vaches prétendantes se bousculent au portillon, mais aucune n’obtient les faveurs du prince…

Mon avis : 

Laissez-moi vous présenter Grosbull, le roi taureau un peu tyran. Il a une obsession, non pas marier son fils, mais obtenir que son fils soit heu-reux. C’EST UN ORDRE ! Grosbull s’exprime souvent ainsi, avec un ton très très proche du hurlement perpétuel. Grâce à son dévoué ministre, il a réuni les plus belles vaches du royaume, et son fils est sommé de choisir.
Aucune ne lui plaît.
Défile alors les truies, les juments, et même les chèvres, conjointes ô combien redoutées par Grosbull. C’est dire à quel point il est prêt à tout pour que son fils trouve le bonheur.
Bien sûr, les adultes vont comprendre assez vite pourquoi Jean-Georges ne choisit aucune vache. Certains refermeront peut-être même l’album très vite, parce que ce n’est pas une histoire d’amour qu’ils veulent que leur enfant découvre. Si ce n’est que Grosbull tient vraiment sa promesse, son fils sera HEU-REUX ! et non pas rejeté comme ce serait malheureusement trop souvent le cas dans la réalité.
Si vous ouvrez cet album, vous découvrirez également tout l’art de Christian Voltz, avec un dispositif visuel que j’ai rarement vu pour des livres jeunesse. La créativité, c’est important, dans tous les domaines.

Je terminerai par cette citation :
JE T’ORDONNE D’ÊTRE HEU-REUX !!
Alors, choisis qui tu veux… Qu’on en finisse, avant que je devienne chèvre !