Et si l’aube nous appartenait, tome 1 de Cendrine Roca

Présentation de l’éditeur :

Alexandrine a 40 ans, elle mène une vie routinière rythmée par son travail et les rencontres avec ses amis Franck et Clarisse. Ne s’autorisant plus à tomber amoureuse, elle sera cependant prise de court par une passion aussi intense qu’éphémère après avoir été prise en otage lors du braquage d’une bijouterie.

Merci aux éditions Publishroom et au forum Partage-Lecture pour ce partenariat.

Mon avis :

Et si l’aube nous appartenait, ou l’intrusion de l’imprévu dans une vie ordinaire.
Ce livre comporte six parties, cinq pour les jours de la semaine, et un préambule qui correspond au week-end précédent. Celui-ci nous présente les trois personnages principaux, Alexandrine, Clarisse et Franck, leur passé, la manière dont ils se sont rencontrés. Bien qu’ils soient quadragénaires (le fils d’Alexandrine n’a-t-il pas emménagé avec sa compagne ?), ils m’ont semblé se comporter comme de tout jeunes adultes, qui se pomponnent, sortent jusqu’au bout de la nuit, enchaînent les flirts sans lendemain et n’ont aucune responsabilité. Ils maîtrisent les technologies modernes, et usent de langage familier, voir cru, et pas seulement lors des dialogues.
La vie d’Alexandrine, la narratrice, bascule quand elle se retrouve prise en otage, enlevée, dirai-je même, par trois braqueurs. Et la suite ne se déroule pas vraiment comme le lecteur pouvait s’y attendre.
Vous l’aurez compris, j’ai très modérément apprécié ce roman. Je ne me suis attachée à aucun personnage. J’ai eu beaucoup de mal avec le récit de la passion d’Alexandrine pour son kidnappeur, passion vraiment soudaine et trop rapide pour qu’elle puisse être qualifiée de syndrome de Stockholm. Je n’ai pas aimé lire le récit de leurs ébats – cette passion est vraiment toute charnelle, pour ma part, il n’est pas question d’amour ici, quoi qu’en dise la narratrice. J’ai trouvé ce récit trop cru, trop répétitif, je n’ai pas aimé me retrouver dans cette position de « voyeuse » malgré moi, face à deux personnages trop parfaits, trop stéréotypés, et pas assez prudents.
Il en est de même pour les rôles secondaires, qui sont restés pour moi très vagues, presque comme des ombres. Et si l’aube nous appartenait, un roman qui n’était pas fait pour moi mais qui devrait plaire à d’autres lecteurs.

Homicides multiples dans un hotel miteux des bords de Loire de LC Tyler

Mon résumé : 

Elsie, charmante agent d’auteurs, découvre Ethelred se cache dans un hôtel des bords de Loire – un an qu’il n’a pas donné signe de vie ! Elsie rapplique illico. Las ! Non seulement un congrès de philatéliste s’y tient, mais encore un meurtre a été commis. Tous se retrouvent assignés à résidence dans le charmant et pittoresque hôtel.

Mon avis : 

Si vous êtes allergique à l’humour et/ou si vous êtes chauvin, passez votre chemin ! Vous détesterez ce livre. Par contre, si vous avez envie de suivre l’itinéraire de deux enquêteurs pas doués du tout mais qui sont persuadés de l’être, le tout remplis de moments très drôles, vous êtes au bon endroit.
Il s’est passé un an depuis l’intrigue de la Fiat rouge (que je n’ai pas encore lu) et Elsie retrouve avec surprise Ethelred. Elle a un aveu à lui faire, mais celui-ci attendra : il est plus urgent et je ne parle pas de l’écriture du dernier manuscrit de notre auteur de troisième zone. Comme le dit si bien Elsie : Les petits garçons s’attirent toujours des ennuis, mais on ne leur en veut jamais longtemps, pas vrai ?
Le petit garçon revient des Indes, après quelques déboires sentimentaux. Il loge dans un hôtel qui n’a certainement reçu aucune étoile dans aucun guide. Oui, cela existe, si l’on cherche bien (note : il est même des hôtels avec étoiles qui à certaines périodes de l’année, laissent franchement à désirer). En revanche, dans la belle ville de Chaubord siège une magnifique chocolaterie, qui confectionne des chocolats tout aussi splendides. Idéal pour Elsie ! Ne ratez pas sa merveilleuse évasion de l’hôtel prison pour acquérir un ballotin de ses merveilles.
Et l’enquête ? Elle progresse, et pas grâce à nos enquêteurs émérites, avec ou sans chocolat. D’ailleurs, Elsie a son mot à dire sur la chose : Ma foi, songeai-je, c’est une bonne chose que le contribuable français ignore qu’il est loin d’en avoir pour son argent. L’enquête n’avait démarré que deux jours auparavant et ils partaient déjà la queue entre les jambes. Maigret devait se retourner dans sa tombe.
Les enquêtes d’Elsie et Ethelred sont drôles et reposantes, pas inoubliables, certes, mais ce n’est pas ce qu’on leur demande.

Vivement dimanche ! de Charles Williams

Présentation de l’éditeur :

Propriétaire d’une grosse agence immobilière, John Duke Warren est marié avec Frances, qui dirige une boutique de mode mitoyenne avec le magasin d’articles de sports de Dan Robert. Un matin, on retrouve celui-ci mort chez lui. Une voix charitable téléphone alors à Warren pour lui révéler que sa femme a assassiné Robert dont elle était la maîtresse. La correspondante mystérieuse précise que Frances a égaré son briquet chez la victime. Peu après, l’agent immobilier retrouve sa femme et une violente dispute éclate, interrompue par l’arrivée d’un policier qui demande à Warren de se rendre au commissariat. Celui-ci, en rentrant chez lui une heure plus tard, découvre le cadavre de son épouse.

Mon avis : 

Nous sommes dimanche, donc ce livre était vraiment fait pour être chroniqué aujourd’hui. Oui, j’ai un fait un micro-effort parce que j’avais un peu la flemme d’écrire un article aujourd’hui.

Nous sommes dans un roman noir sans être trop noir. John Duke Warren a tout pour être heureux. Il est fortuné, son agence n’a aucune difficulté, sa femme est certes parfois un peu dépensière mais vu sa fortune, ce n’est pas si dramatique. Warren est membre d’un club très select de chasse aux canards (Donald, tiens toi sur tes gardes) et un matin, alors qu’il est lui-même à l’affût, il entend des coups de fusil. Rien de très surprenant, si ce n’est qu’il pensait être seul ou tout du moins, le premier arrivé. Plus tard, il découvre le corps de Dan Roberts – et comprend mieux l’origine des coups de fusil.

La situation aurait pu être assez simple, finalement, si une bonne âme anonyme ne lui avait téléphoné pour l’accuser de meurtre, puisque madame folâtrait avec la victime, en plus d’être sa voisine de boutique. Depuis que les appels peuvent difficilement être anonymes, certain(e)s ont dû se trouver d’autres occupations, comme se défouler tout aussi anonymement sur internet. Force est de constater que Warren n’est pas aussi naïf qu’il y paraît, puisqu’il questionne Frances dès son retour, et sa réaction prouve assez que sa conjointe a quelque chose à cacher, si ce n’est plusieurs choses.

Tout aurait pu s’arrêter là ou presque si Warren n’était convoqué par la police – après tout, il a trouvé le corps – et s’il ne retrouvait lui même sa femme assassinée à son retour. Que faire ? A la suite d’un tout petit mensonge à la police, le voilà coincé.

Sa situation est désespérée, parce que tout policier normalement constitué et ayant aussi reçu un appel anonyme additionnera 2 et 2, en déduira que Warren a tué l’amant de sa femme, puis sa femme elle-même. Que faire ? (Oui, je l’ai déjà dit). Anticiper ! S’assurer des alliés, même si ceux-ci fulmineront à un moment ou à un autre. Enquêter. Se cacher – posséder un vaste local en terme d’agence est toujours utile. Et avoir une secrétaire qui n’est pas bête, qui est même beaucoup plus fine que Warren ne l’aurait cru est un atout certain : il faut une femme à poigne pour contrebalancer une femme fatale telle que sa défunte femme.  Divorcée, n’ayant pas l’habitude de se laisser faire (son ancien patron pourrait en témoigner), Barbara fera de son mieux pour tirer son patron de ce très très mauvais pas. Elle suscite d’ailleurs l’admiration de celui-ci, et de l’enquêteur également.

– Voulez-vous me faire plaisir ? lui dis-je en soupirant. Si jamais vous décidez de vous faire gangster, donnez-moi deux ou trois heures de préavis. Je quitterai le patelin illico.
Elle sourit.
– Scanlon m’a dit la même chose, voyez-vous.

Vivement dimanche, un roman noir à la fin heureuse, à lire avant ou après avoir vu le film que François Truffaut en a tiré.

 

 

Fû, Hana et les pissenlits de Kazuo Iwamura

Mon avis :

Fû (le vent) et Hana (la fleur) sont deux petits lapins qui partent explorer un champ, avec l’autorisation de leur maman. Ils y découvrent des pissenlits, sur lesquels se posent une coccinelle, un papillon puis une abeille qui leur parlent.  Non, les deux petits lapins ne sont pas en fuite, ne font pas bêtises, ils explorent et découvrent ainsi ce que l’on pourrait appeler tout simplement le phénomène de pollinisation.

Les dessins sont très doux, dans des tons pastels, avec de légers traits de crayon apparents pour transporter les jeunes lecteurs dans un univers poétique. Ils laissent suffisamment de place à l’imagination pour permettre d’inventer d’autres histoires, à partir d’eux.  Cet album doux et tendre est encore une réussite signée Kazuo Iwamura – je ne pense pas que cela étonne qui que ce soit.

 

Mois espagnol 2017

Pour la troisième année, nous partons en Espagne au mois de mai, mais aussi en Amérique du Sud !

Toutes les lectures sont admises, que l’auteur soit espagnol, sud-américain, ou que l’action se passe en Espagne ou en Amérique du Sud.

N’oubliez pas les films, les séries, les chansons, la cuisine… tout est permis, y compris les lectures brésiliennes ou portugaises.

Alors, qui est partant pour cette troisième année ?

Breaking news de Frank Shätzing

Présentation de l’éditeur : 

Partout où le monde est en feu, le grand reporter Tom Hagen est présent, prêt à tout pour être le premier sur le lieu de l’action. Jusqu’au jour où, par sa faute, une libération d’otages en Afghanistan tourne à la catastrophe. Trois ans plus tard, l’occasion de relancer sa carrière se présente enfin lorsqu’il met la main sur des données ultra confidentielles volées au Shin Bet, le service de sécurité intérieur israélien. Mais ce qui devait être un énorme scoop se transforme en une mortelle réaction en chaîne. Poursuivi par des agents secrets et de mystérieux tueurs, Hagen doit lutter pour sa survie, pris dans une gigantesque conspiration dont les racines remontent à la Palestine sous mandat britannique.

Merci à Netgalley et aux éditions Piranha pour ce partenariat

Mon avis :

Je ne vous cache pas que le nombre de pages – presque mille – peut refroidir les ardeurs des lecteurs. J’aime lire, mais j’ai franchement du mal avec des livres aussi épais.

Surtout, je pensais que le livre serait consacré à Tom Hagen, et uniquement à lui. Il en est à dire sur un grand reporter. Et bien non : le lecteur est invité à retourner en arrière pour découvrir la naissance d’Israël et pour suivre le destin de trois garçons, les jumeaux Jehuda et Benjamin ainsi que leur ami Arik, qui deviendra Ariel Sharon. Ces parties m’ont moins intéressées parce que j’avais lu récemment Une nuit, Markovitch d’Ayelet Gundar-Goshen et qu’il me paraît difficile de faire plus juste. Breaking news reste à mes yeux un livre essentiellement masculin, les rares personnages féminins, que ce soit Rachel ou Yaël, ne sont pas suffisamment mis en valeur. Je ne parlerai pas non plus de Leah ou Anastasia, qui n’existent que vu à travers des regards masculins, sans que l’on s’intéresse vraiment à leur motivation à elles. Il en est de même pour Inga, la stagiaire du grand Tom Hagen, qui n’a pas représenté grand chose à ses yeux.

L’auteur s’est beaucoup documenté pour écrire ce livre. On peut le voir, mais cela ne transforme pas en pensum pour autant puisque les éléments historiques sont bien intégrés dans l’intrigue. J’ai aussi pensé aux films israéliens que j’allais voir – à l’époque où j’allais encore au cinéma. Nous en apprenons beaucoup, pas seulement sur Israël, mais aussi sur les conséquences pour tous les pays qui l’entourent – ou comme une explication pour sur ce qui passe en ce moment dans cette région du monde.

Breaking news – un livre assez ardu, mais qui contient des moments véritablement prenants.

 

Ce n’est pas un hasard de Ryoko Sekiguchi

Présentation de l’éditeur :

Si un poète écrit sur une catastrophe à la veille d’un événement désastreux, ce n’est pas un hasard.
Si le récit d’une catastrophe débute immanquablement par la veille, ce n’est pas un hasard. Chronique tenue du 10 mars au 30 avril 2011, sur la superposition des images, la mémoire des villes, le hasard, la temporalité de la description et les noms propres qui surgissent, fantomatiques, lors d’une catastrophe.

Un mois au Japon en compagnie de Lou et Hilde

Mon avis :

Ce livre a été écrit par une poétesse, traductrice d’autres poètes japonais, qui écrit aussi en français. Elle se partage entre le Japon et la France, mais s’est rendue également dans des endroits sensibles de la planète.
Elle tient le journal de la catastrophe, pas seulement la catastrophe naturelle, mais la catastrophe nucléaire. Elle écrit avant, pendant, mais pas vraiment après puisqu’au moment où se clôt le livre, la catastrophe et ses conséquences sont loin d’être terminé. Une auteur qui lui est proche n’écrit-elle pas sur la troisième génération après Hiroshima ?
Ryoko Sekiguchi  nous livre son ressenti, au jour le jour, les comparaisons qu’elle ne voulait pas faire mais qu’elle a été amené à faire,  à cause de l’évolution de la situation. Elle montre comment les japonais ont réagi, qu’ils vivent au Japon, ailleurs que sur le site de la catastrophe, ou à l’étranger. Elle n’épargne pas le gouvernement, non plus que les journalistes, à la télévision ou dans la presse écrite, qui prennent des libertés avec la vérité (voir la mauvaise traduction des paroles des survivants).
L’auteur met en lumière ce qui émerge après une catastrophe de cette ampleur, que ce soit le meilleur ou le pire. Celui-ci n’apparaît pas majoritairement au Japon, ces réactions, qu’il faut bien qualifier de racistes, vont du couple mixte dont le mari ne veut plus jamais se rendre dans le pays d’origine de sa femme (combien de divorce à venir ?) ou de l’homme qui ne veut plus s’asseoir à côté d’une japonaise – au cas où.
Ryoko Sekiguchi s’interroge aussi sur les conséquences littéraires de cette catastrophe. Elle invite, et elle n’est pas la seule, Kenzaburo Oé, le premier à avoir parlé d’Hiroshima, à écrire sur ce sujet. Elle pense que d’autres pourraient relever le défi. Elle se demande aussi comment commencer sa carrière d’écrivain après cette catastrophe.
Une chronique sur le vif à méditer.