Archives

Cortex d’Ann Scott

Présentation de l’éditeur :

Los Angeles, aujourd’hui. La cérémonie des Oscars va commencer. Plus de trois mille personnes dans la salle. Soudain, une explosion. Au coeur du chaos, très vite, les rumeurs courent. Julia Roberts, Steven Spielberg, Al Pacino ? Qui est mort, qui est blessé ? Dans cet Hollywood qui pleure ses icônes, Angie, une jeune réalisatrice française, Russ, un vieux producteur californien, et Burt, un humoriste new-yorkais, se croisent pendant quelques jours. Entre amours perdues, sidération et passion du cinéma, chacun se demande : de quoi sera fait le futur, sans tous ces visages familiers qui ont façonné nos rêves ?

Merci aux éditions Stock et à Netgalley pour ce partenariat.

Mon avis : 

Sept ans déjà que j’ai lu le dernier roman d’Ann Scott, A la folle jeunesse. Aussi ai-je eu envie de découvrir son nouvel opus quand j’ai découvert sa parution.
Au coeur de ce livre, un attentat au beau milieu de la cérémonie des Oscars. Et un questionnement qui en ressort. Non, pas se demander comment cela a pu arriver. Non, se demander si la douleur est plus grande quand les victimes sont connues de tous, ou presque, quand elles ont accompagné des années de nos vies, qu’elles ont été associées à des événements qui nous ont touchés, voire qu’ils ont aidé à nous consoler.
Vaste questionnement. Pour ma part, j’ai trouvé le ton du roman distancié, comme si les émotions devaient être tenues à distance et n’affleuraient pas réellement. Nous avons pourtant des blessés – graves – des morts, des discussions, aussi, sur la manière dont les choses auraient pu être faites pour sauver plus de personne – le genre de polémique que l’on entend constamment, finalement, dès que des personnalités se retrouvent parmi les victimes.
Trois personnages principaux émergent. La première, Angie, est une rescapée de l’attentat, elle doit affronter l’après, et rechercher l’homme qu’elle aime, qui était présent lui aussi. Quadragénaire, elle est seule, sans attache si ce n’est son art. La seconde, c’est Russ, veuf inconsolé et producteur émérite. Ces deux solitudes se rapprocheront – parviendront-ils à se soutenir, c’est une autre question. Le troisième est Burt – un solitaire, lui aussi, nous rappelant que, quoi qu’il arrive, nous sommes toujours seuls. Burt apparaît, réapparaît, et devra convenir que les mots peuvent faire bien plus de mal qu’on ne le pense – pour ceux qui en douteraient encore.
Ce que j’ai préféré dans ce livre est sa réflexion sur notre société et sur son évolution, ou plutôt sa quasi-régression. Il est bon de s’arrêter, de se poser, de prendre du recul, finalement.
Je terminera par cette citation, qui illustre bien ce propos :
En quoi pouvoir lire l’info en temps réel et être au courant des horreurs du monde à chaque seconde enrichit la journée ?

Dakota song d’Ariane Bois

Présentation de l’éditeur :

New York, 1970. Shawn Pepperdine, jeune de Harlem, assiste, horrifié, au meurtre de son meilleur ami. Pour échapper aux assassins, il trouve refuge dans les sous-sols du Dakota, l’immeuble le plus mythique de Manhattan.
Au coeur d’une ville en pleine ébullition, le Dakota reste, lui, immuable : un club très fermé, un château médiéval sur Central Park, un havre de paix des « rich and famous ». S’y côtoient Lauren Bacall, Leonard Bernstein et Rudolf Noureev. Ici, Polanski tournera les images du film Rosemary’s Baby.
Devenu le premier portier noir du Dakota, Shawn côtoie ses résidents : Nigel, Abigail, Nathan, Cherie, Becky, Andrew, Tyler et les autres.
Quand la plus grande star du monde, John Lennon, emménage à son tour, l’immeuble et sa communauté s’enflamment…

Merci à Netgalley et aux éditions Belfond pour ce partenariat.

Mon avis : 

Par où commencer cette chronique ? Je manque de temps en ce moment, comme beaucoup de collègues, et je veux partager le plaisir que j’ai eu à lire ce livre.
Les premières pages m’ont happée, par leur violence même, leur injustice. Shawn assiste au pire, et comme il ne peut plus rien faire pour son meilleur ami si ce n’est sauvé sa peau, il trouve refuge dans l’immeuble où travaille son oncle. Sauver sa peau, oui, mais aussi penser à sa mère, ses petites soeurs, que sa présence ne pourrait que mettre en danger.
Ce qui frappe dans cet immeuble ? Il est un monde clos, protégé, aux règles immuables. Cet immeuble fonctionne un peu comme ces vastes palais européens dans lesquels les domestiques effectuent des tâches pour le bien-être de leur patron, tout en restant le plus invisibles possibles. Un monde si protégé que les minorités sont exclues : engager un portier noir a été soumis au vote, certains habitants ne cachent pas du tout leur racisme, sous leur vernis si respectable.
N’entre pas qu veut dans cet immeuble, y compris quand un appartement se libère et qu’un artiste aussi connu que John Lennon souhaite y vivre. J’ai aimé le portrait qui est fait dans ce roman de cet homme, homme sincère, touchant, qui souhaite simplement rester un artiste et profiter de sa vie de famille, avec femme et enfant.
D’autres portraits sont tracés des habitants de cet immeuble. Presque tous sont attachants. Nous les suivons sur dix ans, chaque chapitre est consacré à un personnage et/ou à une période donnée. Surtout, les personnages changent, évoluent, en bien, en mal, certains se révèlent véritablement. Je pense notamment à Andrew, ce publicitaire beaucoup plus altruiste qu’il n’y paraît de prime abord et qui cache des plaies profondes. Je pense à ceux qui se relèvent après avoir subi coup dur sur coup dur. Je pense à ceux qui prennent leur vie en main, ceux qui osent. Vivre dans un monde protégé ne protège pas de la solitude, de ses douleurs et de ses peines. Cela protège encore moins de l’égoïsme, du racisme.
Reste l’espoir, la patiente, la ténacité – Shawn et les siens n’en manquent pas.
Dakota Song est un roman fort, dynamique, que j’ai lu avec beaucoup de plaisir.

Et si l’aube nous appartenait, tome 1 de Cendrine Roca

Présentation de l’éditeur :

Alexandrine a 40 ans, elle mène une vie routinière rythmée par son travail et les rencontres avec ses amis Franck et Clarisse. Ne s’autorisant plus à tomber amoureuse, elle sera cependant prise de court par une passion aussi intense qu’éphémère après avoir été prise en otage lors du braquage d’une bijouterie.

Merci aux éditions Publishroom et au forum Partage-Lecture pour ce partenariat.

Mon avis :

Et si l’aube nous appartenait, ou l’intrusion de l’imprévu dans une vie ordinaire.
Ce livre comporte six parties, cinq pour les jours de la semaine, et un préambule qui correspond au week-end précédent. Celui-ci nous présente les trois personnages principaux, Alexandrine, Clarisse et Franck, leur passé, la manière dont ils se sont rencontrés. Bien qu’ils soient quadragénaires (le fils d’Alexandrine n’a-t-il pas emménagé avec sa compagne ?), ils m’ont semblé se comporter comme de tout jeunes adultes, qui se pomponnent, sortent jusqu’au bout de la nuit, enchaînent les flirts sans lendemain et n’ont aucune responsabilité. Ils maîtrisent les technologies modernes, et usent de langage familier, voir cru, et pas seulement lors des dialogues.
La vie d’Alexandrine, la narratrice, bascule quand elle se retrouve prise en otage, enlevée, dirai-je même, par trois braqueurs. Et la suite ne se déroule pas vraiment comme le lecteur pouvait s’y attendre.
Vous l’aurez compris, j’ai très modérément apprécié ce roman. Je ne me suis attachée à aucun personnage. J’ai eu beaucoup de mal avec le récit de la passion d’Alexandrine pour son kidnappeur, passion vraiment soudaine et trop rapide pour qu’elle puisse être qualifiée de syndrome de Stockholm. Je n’ai pas aimé lire le récit de leurs ébats – cette passion est vraiment toute charnelle, pour ma part, il n’est pas question d’amour ici, quoi qu’en dise la narratrice. J’ai trouvé ce récit trop cru, trop répétitif, je n’ai pas aimé me retrouver dans cette position de « voyeuse » malgré moi, face à deux personnages trop parfaits, trop stéréotypés, et pas assez prudents.
Il en est de même pour les rôles secondaires, qui sont restés pour moi très vagues, presque comme des ombres. Et si l’aube nous appartenait, un roman qui n’était pas fait pour moi mais qui devrait plaire à d’autres lecteurs.

Le principe du désir de Saïdeh Pakravan

Présentation de l’éditeur :

Le plus grand paradoxe de l’amour ? Le couple. Sarah Bly, artiste new-yorkaise en pleine ascension dans le marché de l’art contemporain, rencontre un homme exceptionnel et immensément charismatique, Thaddeus Clark. Non seulement est-il un collectionneur de renommée internationale, un mécène et un géant des marchés financiers mais c’est aussi un être profondément équilibré et adorant la vie. Un homme heureux dont Sarah s’éprend de toute son âme mais avec qui elle ne veut pas vivre une banale histoire d’amour. Pour parer à ce risque, elle fait sien le Principe du désir : puisque nous voulons tous ce que nous n’avons pas, jamais Clark ne verra d’elle autre chose qu’une tiédeur amicale et plutôt indifférente, sauf dans leur vie sexuelle, d’une rare intensité. Devant la poursuivre sans cesse, il continuera à l’aimer. Dans l’état second qui devient le sien, saura-t-elle dépasser sa folie passagère pour arriver à vivre avec Thaddeus?

Mon avis :

Sarah est une jeune artiste à la vie sentimentale pas vraiment satisfaisante. Elle est une femme « moderne » et une relation intermittente avec un homme égoïste et capricieux, pour ne pas dire immature. Il aurait bien besoin d’une maman, le cher petit : qui, à part une mère, subirait son comportement ?
Sa famille semble plus stable. Ses parents, un couple uni et serein, n’ont jamais mis un frein à ses désirs de création, ils l’ont baigné toute jeune dans un milieu artistique serein – oui, on peut créer sans être torturé. Quoique…
Si Sarah admet les étapes du processus créatif avec sérénité, si elle possède un univers créatif certain, elle manque cruellement de confiance en elle dans le domaine sentimental et quand elle rencontre Thaddeus, le beau, le riche, le très parfait Thaddeus, elle met au point une stratégie pour le garder par devers elle qui m’a paru tout droit sortie de ce que l’on peut lire de pire dans les magazines féminins.
Combien de temps Sarah persistera-t-elle dans ce Principe du désir ? Quand se rendra-t-elle compte de l’erreur qu’elle commet ? Aimer, c’est prendre des risques, et, en dissimulant ce qu’elle ressent réellement, elle court le risque de tout perdre. Oui, Thaddeus est un homme parfait, avec, tout de même, quelques fêlures. Combien de temps supportera-t-il la tiédeur de Sarah ? Et si celle-ci lui avoue tout, comment réagira-t-il ? Sera-t-il trop tard ?
Oui, beaucoup d’interrogation pour un livre prenant, qui montre jusqu’où on peut aller par peur de perdre l’être aimé. Un livre comme une photographie d’un état de notre société qui choisit la complexité plutôt que la simplicité et l’abandon au sentiment amoureux.

Sauveur et fils, saison 2

Mon avis :

Marie-Aude Murail : auteur jeunesse rare, capable de parler des sujets dont on ne parle pas aux enfants ou aux jeunes adolescents. Capable d’en parler, parce que ces sujets existent, parce que les enfants peuvent y être confrontés, et capable d’écrire de très bons romans sur ces sujets délicats, comme Sauveur et fils.

Là, vous avez la version courte de mon avis…. Parce qu’en développant, je constaterai que ce livre fera grincer des dents certaines personnes bien pensantes, remplies de préjugés et d’idées reçues. Non, l’enfance, l’adolescence ne sont pas des âges idéaux, le harcèlement existe, il est insidieux, surtout si les adultes ferment les yeux, si l’on dit que ce n’est « pas grave ». Il ne s’agit pas de dramatiser, mais de regarder les choses en face et d’écouter, d’aider, encore et encore – à condition que l’ado ait la possibilité de se confier, ce qui n’est pas toujours possible. Cercle vicieux ? Bien sûr. A une époque où l’on nous parle beaucoup de bienveillance, il serait bon que les enfants puissent en bénéficier au coeur de leur famille, si celle-ci existe autrement qu’à l’état civil.

Sombre, ce roman ? Oui, un peu. Quand les adultes sont trop occupés à se déchirer – les divorces où l’on reste ami pour la vie, c’est bon dans les films ou les magazines people – ou quand ils instrumentalisent leurs enfants pour parvenir à leur fin ou se mettre en valeur, il reste peu de place à ceux-ci pour grandir, se construire, s’épanouir. Sauveur ne juge pas : il a du pain sur la planche s’il veut aider ses patients à trouver la voir pour s’en sortir. Certains sont sur le bon chemin, d’autres, en revanche, sont encore trop jeunes, trop fragiles, trop isolés pour le trouver.

Quel avenir pour eux ? Le tome 3 nous le dira.

Un clafoutis aux tomates cerises de Véronique de Bure

Présentation de l’éditeur :

Au soir de sa vie, Jeanne, 90 ans, décide d’écrire son journal intime. Sur une année, du premier jour du printemps au dernier jour de l’hiver, d’événements minuscules en réflexions désopilantes, elle consigne ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée depuis plus de soixante ans dans l’Allier, dans sa maison posée au milieu des prés, des bois et des vaches. La liberté de vie, et de ton, est l’un des privilèges du très grand âge, aussi Jeanne fait-elle ce qu’elle veut – et ce qu’elle peut : regarder pousser ses fleurs, boire du vin blanc avec ses amies, s’amuser des mésaventures de Fernand et Marcelle, le couple haut en couleurs de la ferme d’à côté, accueillir – pas trop souvent – ses petits-enfants, remplir son congélateur de petits choux au fromage, déplier un transat pour se perdre dans les étoiles en espérant les voir toujours à la saison prochaine…

Merci à Babelio et aux éditions Flammarion pour ce partenariat.

Mon avis :

Je ne vous dirai pas que ce n’est pas un livre facile à lire, non, je vous dirai que c’est un livre qui détonne dans la production littéraire actuelle, un livre qui n’est pas sans me faire penser aux romans de Noëlle Châtelet. En effet, le sujet est rarement traité en littérature : la vie et les pensées quotidiennes d’une femme très âgée, Jeanne, une « hyper senior » comme disent les articles de magazine.
Elle ne se considère pourtant pas comme telle, mais comme une femme de 90 ans qui profite de chaque jour – parce que c’est peut-être le dernier, pour elle ou pour un de ses amis. Elle vit d’ailleurs non loin de deux d’entre eux, Fernand et Marcelle, couple quasiment inséparables, depuis près de soixante ans. Parmi ses proches, se trouvent aussi Nine, Gilberte, la petite factrice qui lui porte directement son courrier, même si elle n’en a plus le droit, Angèle, son aide-ménagère. Attention ! Jeanne n’a rien d’une rabat-joie, elle n’est pas une chantre du « c’était mieux avant ». Elle n’est pas non plus femme à se plaindre, à s’apitoyer sur son sort, même si ses quatre-vingt-dix années de vie n’ont pas été exempte d’épreuves, de désappointement ou de déplaisirs. Son récit reste avant tout celui du quotidien, de ce qui l’entoure, elle ne se complet pas dans le pathos.
Jeanne vit dans le présent, ce qui ne veut pas dire qu’elle vive en phase avec son temps. Elle lit, elle sort, elle suit les actualités, mais elle n’est pas « connectée », comme on dirait d’un jeune. Certes, elle accepte les cadeaux de ses enfants, présents sans être étouffants, soucieux de son bien-être sans décider de son bien être à sa place (et sans vouloir la placer dans une maison de retraite, elle qui vit seule, ce que certains n’admettraient pas).
Ce livre trouvera-t-il sa place dans cette rentrée d’hiver ? Il ne comporte pas de sang, pas de crimes, pas de violences, pas même de passion violente, mais beaucoup de tendresse, de couleur, et de chaleur humaine. Souhaitons-lui le meilleur à venir, et une belle place dans les bibliothèques.

Wonderpark, tome 1 : Libertad de Fabrice Colin

Présentation de l’éditeur :

À l’école, Jenn et son frère, Mervin, ont fait la connaissance d’une fille au nom étrange : Orage. Son père est le concepteur de WonderPark, un parc d’attractions mystérieux et désaffecté. Quand leur nouvelle amie leur propose de visiter l’endroit, Jenn et Mervin sont ravis. Mais à peine sont-ils entrés dans le parc que Zoey, leur petite sœur, disparaît. Les enfants découvrent alors que WonderPark est le portail de mondes magiques et pourtant bien réels. Sans hésiter, Jenn, Mervin et Orage s’engouffrent dans Libertad, le monde des pirates, où la traîtrise est un art et le courage une nécessité.

Mon avis :

Il est des livres qui sont véritablement des livres jeunesse, c’est à dire des livres qui plairont sans doute à un jeune public, mais qui ne plairont pas forcément à des lecteurs adultes. Note : je n’ai pas vraiment de jeunes lecteurs sous la main pour tester le livre mais je ne crois pas trop me tromper.
Nous avons deux héros, un frère, une soeur, différents mais qui s’entendent bien, même si certains commentaires de leurs parents ne sont pas forcément faits pour favoriser leur épanouissement : Mervinn et Jenn étaient aussi différents que peuvent l’être un frère et une soeur (leur mère répétait qu’ils étaient comme le jour et la nuit, sans dire qui était l’un et qui était l’autre – ce qui n’était pas très difficile à deviner). Ils sont de plus dotés d’une petite soeur avec laquelle ils s’entendent bien également, ce qui est suffisamment rare pour être souligné : dans la vraie vie, les petites soeurs sont souvent considérées comme des fléaux à écarter. Mervinn et Jenn deviennent amis avec la mystérieuse Orage, qui vit dans un parc d’attraction que je qualifierai volontiers de « désaffecté » si tant est qu’il ait fonctionné un jour.
Oui, le début est un peu lent, l’action tarde à se mettre en place, dans ce parc d’attraction qui me paraissait pourtant prometteur parce que :
– Jenn et Mervin y ont rencontré des personnages étranges ;
– les attractions ne sont pas ce qu’elles paraissent être ;
– ils rencontrent d’authentiques pirates ;
– ils se retrouvent dotés d’aides pour le moins magiques.
Cependant, j’ai trouvé que toutes ses situations, tous ses éléments n’étaient ni assez développés, ni utilisés à leur juste mesure. A peine le lecteur a-t-il eu droit à un hors d’oeuvre de pirates assortis d’une entrée de trahison que l’aventure se dénoue. J’aurai aimé passer plus de temps en leur compagnie – et j’espère que le tome 2 contiendra bien plus d’aventures.

cof

cof