Archive | novembre 2013

Challenge Halloween : bilan final.

HallowweenJe quitte la maison hantée pour emménager dans le chalet du challenge Il était une fois Noël, mais avant, voici mon bilan d’octobre :

Sacré Vampire d’Angie Sage

Les Nounous fantômes, Tome 5, d’Angie Sage

La Grotte de l’Epée d’Angie Sage

Ma Maison hantée d’Angie Sage

43, rue du Vieux-Cimetière, Tome 2, Il faudra me passer sur le corps de Kate et M. Sarah Klise

43, rue du Vieux-Cimetière, Tome 3, Jusqu’à ce que la morsure nous sépare de Kate & M. Sarah Klise

 Les Sorcières du Beffroi, Tome 1, Les Bas-rouges voient rouge de Kate Saunders

Le Chat Mystérieux de Kate Saunders

Les balais de l’espace de Kate Saunders

Amandine Malabule de Jill Murphy

Apolline et le fantôme de l’école de Chris Riddell.

Skeleton Creek, Tome 1, de Patrick Carman

Skeleton creek, tome 2 de Patrick Carman

Skeleton creek, tome 3 de Patrick Carman.

16 Lunes de Kami Garcia et Margareth Strohl

Le Petit Vampire qui avait peur du noir de Gerda Wagener et Emilio Urberuaga.

Le Prince de la Nuit, Tome 1 d’Yves Swolfs

Le Prince de la Nuit, Tome 2 d’Yves Swolfs

Sorcelleries, Tome 1, Le Bal des Mémés, de Valero & Guarnido

Les soeurs de la lune, tome 5 de Yasmine Galenorn

2195744554

Voici les titres que j’ai lu depuis, afin de terminer au mieux ce challenge :

Zombillénium, tome 3 d’Arthur du Pins, la suite très attendue de Zombillenium.
Chasseuse de la nuit, tome 6 de Jeaniene Frost
Goth girl and the Ghost of a mouse de Chris Riddell, un roman jeunesse en VO que je tenais vraiment à lire.
18 Lunes de Garcia et Strohl, la suite de 16 et 17 Lunes.
Le fantôme hante toujours deux fois de Sarah et Kate Klise, le dernier tome traduit de la série.
Gargouilles, tome 1 d’Etienne Jung, une très sympathique bande dessinée et

La mort dans l’âme de Jeaniene Frost.

Merci à Hilde et  Lou ! 

Je vous dis à l’année prochaine !

La mort dans l’âme de Jeaniene Frost

FrostPrésentation de l’éditeur :

Leila souffre d’un pouvoir terrifiant qui la condamne à une vie de solitude : voir les secrets les plus sombres des gens !
Mais, enlevée par des créatures de la nuit, la voici contrainte d’entrer en contact télépathique avec le plus célèbre vampire du monde…Vlad Tepes !
Un être légendaire, révéré et détesté à la fois. Sa maîtrise du feu fait de lui l’un des vampires les plus craints de la planète, mais ses ennemis ont découvert une nouvelle arme contre lui : Leila, la belle mortelle aux pouvoirs aussi redoutables que les siens.
Mais lorsque Vlad et Leila se rencontrent, la passion se déchaîne et menace de les consumer. Ils devront conjuguer leurs efforts pour arrêter un adversaire déterminé à les voir périr dans les flammes.

HallowweenMon avis :

Pourquoi j’aime les vampires est une question que l’on me pose parfois. Pour une raison simple : les vampires n’existent pas, et il peut leur arriver tout et n’importe quoi dans un roman, ce n’est pas grave. Dans la même catégorie je range également loup-garou, zombie et autres trolls.

Dans ma critique du spin-off de la CHasseuse de la nuit, je regrettai qu’un tome ne soit pas consacré à ce cher Vlad. Je suis donc très heureuse de constater que ce n’est pas un tome seul qui lui est consacré, mais une série.

Est-il vraiment utile de vous présenter  Dracula ? Pardon, Vlad Tepes (il n’aime pas qu’on l’appelle par ce surnom qu’il n’a pas choisi). Il est ténébreux, il est télépathe, il vole (dans les airs) et protège sa lignée avec un soin et une cruauté méticuleuse. Bref, il est fort sympathique, y compris dans sa manière très personnelle de cramer ou empaler ses ennemis.

Face à lui, Leila pourrait faire pâle figure, et j’ai hâte de savoir comment ce personnage évoluera. Elle m’a fait penser à une héroïne de Charlaine Harris, par moment, et ce n’est pas forcément une qualité pour moi. Frappée par la foudre, elle a survécu et développé des pouvoirs dont elle se passerait bien, d’autant plus qu’elle est convoitée par des personnages pas du tout recommandables.

Même si parfois, elle se comporte de manière irréfléchie (à sa décharge, elle n’a pas eu une vie très drôle depuis son accident), elle reste elle aussi d’une fidélité sans faille aux siens, et se montre très courageuse quand il s’agit de les tirer d’un mauvais pas – quitte à affronter le charmant Vlad.

Les péripéties ne manquent pas, les retournements de situation non plus. Cerise sur le gâteau : Cat et Bones apparaissent (brièvement) en guest star de luxe.

A lire pour tous les fans de bit-lit.

ban-alpha-et-omega-2moisamericain

 

 

La lettre à Helga de Bergsveinn Birgisson

LaSolutionEsquimauAW

Présentation de l’éditeur :

« Mon neveu Marteinn est venu me chercher à la maison de retraite. Je vais passer le plus clair de l’été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme que vous habitiez jadis, Hallgrímur et toi. » Ainsi commence la réponse – combien tardive – de Bjarni Gíslason de Kolkustadir à sa chère Helga, la seule femme qu’il aima, aussi brièvement qu’ardemment, d’un amour impossible.

Tout d’abord merci à Olivier, à Priceminister  pour ce livre, reçu dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire.

Match

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce livre, même s’il manque un petit quelque chose pour qu’il soit un coup de coeur.

Ce livre est une lettre d’amour, une réponse tardive à la femme aimée, de la part d’un homme qui n’a pas voulu la suivre.

Cet amour n’a rien d’éthéré ou d’inabouti. Il fut sensuel, charnel, et quand Bjarni évoque Helga, ce n’est pas sa belle âme qu’il regrette, mais ses hanches et ses seins. Il m’a fait penser – et les rapprochements en littérature sont parfois étranges – au boulanger de Marcel Pagnol évoquant le souvenir de la belle boulangère partie.

D’ailleurs, l’Islande dont parle Bjarni est très éloigné des romans urbains d’Indridason ou de Thorarinsson, à l’exception des retours en arrière de La femme en vert. Nous découvrons une Islande rurale, où l’on s’occupe des moutons, des modifications à apporter -ou non) à leur race, du fourrage. On utilise des techniques certes étranges, archaïques diront certains, elles ont cependant fait leur preuve. L’isolement, en hiver, lors de tempête, est bien réel et provoque des situations dont on ne sait si l’on doit en rire ou en pleurer.

Dans cette petite communauté, rythmée par les saisons, les cancans vont bon train, vivre sous le regard des autres est parfois difficile. Pourtant, Bjarni n’imaginera pas vivre loin de son village, de sa campagne, de ses traditions. Sensible à la nature, hostile à l’influence de la ville et des modes étrangères, il peut être sensible au vol d’une bergeronnette – il faut admettre aussi que les oiseaux sont un bon prétexte pour acheter des jumelles… En outre, certaines pratiques, certaines techniques, l’emploi de termes crus – il appelle toujours un chat un chat – peuvent heurter des lecteurs amateurs de textes aseptisés, désinfectés, garanti sans aspérités. L’Islande est rude, sa langue et ses sagas aussi.

En effet, les villageois ont beau être coupés du monde, ils ne le sont pas de la littérature. Bjarni est d’ailleurs chargé des achats de livres, et connaît les sagas islandaises, qu’il cite à bon escient. Seule Unnur, sa femme, n’est pas réceptive, elle n’a pas besoin de livres pour vivre (me rappelant en cela les paroles du père dans La Place).

Unnur. Si cette lettre à Helga est centrée sur leur amour, j’aurai aimé savoir ce qui a amené Bjarni à se marier avec Unnur, une femme dure envers les autres, plus encore envers elle-même. L’a-t-il aimé, et si oui, comment son amour s’est-il éteint ? A Unnur, le dur quotidien et les souffrances dans sa chair. A Helga, la lettre d’amour, souvenirs de brefs moments heureux.

Ce roman islandais est l’une des plus belles découvertes de cette rentrée littéraire.

Ma note : 18/20.

challenge-1-littc3a9raire-20131défi premier romanvoisins-voisines-version-curlz

Zombillénium, tome 3 d’Arthur du Pins

Présentation de l’éditeur :

Envoyé par Behemoth dans le parc Zombillénium pour y opérer une restructuration, le vampire Bohémond Jaggar de Rochameau inquiète les employés…

2195744554Mon avis :

Pour ma dernière participation au challenge Halloween, je voulais terminer en beauté avec ce tome 3 de Zombillenium.

Rien ne va plus dans le parc d’attraction Zombillenium – et quand je dis « rien », c’est « rien ». La crise, dans un parc d’attraction dans lequel les employés ont des contrats à durée illimitée, c’est vraiment moche. Et ce n’est pas l’arrivée de ce tout nouveau vampire, très propre sur lui, qui réjouira les troupes. Il rappelle à s’y méprendre ces directeurs des ressources humaines spécialisés dans la restructuration d’entreprise et les plans de licenciement. Sauf que… les employés sont des vampires, des zombies et autres loup-garous. Tout est bien plus complexe.

Et plus effrayant. Dès les premières pages, le lecteur découvre une réalité qu’il a ignoré jusque là, une intrigue sous-jacente à tout ce que nous avions pu voir et lire jusqu’à maintenant. La part démoniaque a une emprise bien plus profonde sur le parc et ses employés.

La série prend une autre tournure avec ce troisième tome, Gretchen dévoile sa vraie nature et ses projets, aussi. Autant dire que le dénouement de ce tome, qui n’en est pas vraiment un mais tient en haleine le lecteur, ne donne qu’un regret : attendre encore au moins un an pour lire la suite.

Chambre 2 de Julie Bonnot.

tous les livres sur Babelio.com

Présentation de l’éditeur :

Une maternité. Chaque porte ouvre sur l’expérience singulière d’une femme tout juste accouchée. Sensible, vulnérable, Béatrice, qui travaille là, reçoit de plein fouet ces moments extrêmes.
Les chambres 2 et 4 ou encore 7 et 12 ravivent son passé de danseuse nue sillonnant les routes à la lumière des projecteurs et au son des violons. Ainsi réapparaissent Gabor, Paolo et d’autres encore, compagnons d’une vie à laquelle Béatrice a renoncé pour devenir normale. Jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus supporter la violence du quotidien de l’hôpital.
Un hommage poignant au corps des femmes, et un regard impitoyable sur ce qu’on lui impose.

dc3a9fi-pr1

Mon avis :

Je le savais. Je savais que je n’aimerai pas ce livre. J’en étais quasiment certaine. Mais, comme il m’est arrivé de me tromper, je me suis laissée tenter.

Dès le premier chapitre, en fait, j’ai coincé. Je n’aime pas, n’ai jamais aimé ce que j’appelle la « poétisation » de la mort d’un nourrisson. Si, encore, dans la vie, cela peut aider les parents à surmonter cette perte… Mais je ne connais, dans la vie, aucun parent d’un enfant mort-né qui ait pensé ainsi. Et ne venez pas me dire que les romans, ce n’est pas la vie, merci. Pour moi, la vie, avec ses douleurs, sera toujours plus forte que ce qu’un roman peut raconter.

Ce roman montre que tout n’est pas tout rose, dans les maternités. Contrairement à d’autres lectrices qui ont trouvé ce roman sombre, j’ai envie de dire que :
– d’un côté, Béatrice ne se concentre que sur les cas douloureux (et ils sont nombreux).
– de l’autre, elle aurait pu encore aller plus loin dans la noirceur (si, je vous assure, c’était possible, et même facile).

Elles étaient pourtant intéressantes, ces rencontres avec des mères en souffrance. Plutôt que de nous en livrer des scènes, brèves, des résumés, parfois, voir (dans un chapitre) une litanie de situations dramatiques, j’aurai aimé que les rencontres avec ces femmes soient développées, que l’on connaisse davantage leur devenir.

J’aurai aimé aussi qu’une image si négative ne soit pas donné des pères. Certes, ce roman est centré sur les femmes et leur corps souffrant. Mais les pères.. A une exception près (il est beau, il est tatoué), ils sont absents, voire lâches quand ils ne sont pas accusés de vouloir prendre la place de la mère. Et je ne vois pas en quoi un père aimant serait un danger pour l’enfant, pas plus que je ne crois à l’instinct maternel.

En effet, la maternité exaltée est vraiment le fond de ce livre, comme le montre les « conversations » entre la mère et le nouveau-né – il a tant à dire – qui m’a rappelé les théories d’une certaine pédiatre.

Je n’ai garde cependant d’oublier l’héroïne de ce livre, Béatrice, et là encore, plusieurs choses m’ont dérangé. Je n’ai pas aimé ce mélange de point de vue interne et de point de vue omniscient. Le narrateur sait en effet tout sur les parturientes, notamment sur celle qui aimait tant jouer à la poupée étant enfant et se retrouve maintenant désemparée avec son bébé – comme si elle pouvait vraiment tout savoir sur elle. Le parcours personnel et professionnel de Béatrice ne m’a intéressée plus que cela, ses compagnons de route non plus. Il m’a même donné envie de relire Lucia Antonia, funambule  que je pense avoir largement sous-estimé.

Je suis heureuse d’être arrivée au bout de l’écriture de ce billet, et de pouvoir passer à un autre livre.

challenge-1-littc3a9raire-20131

Moyenne de Laurence Kiberlain

tous les livres sur Babelio.com

Présentation de l’éditeur :

 » J’ai toujours été moyenne en tout. Moyenne en cours, j’ai eu le bac avec la moyenne, j’étais moyenne à la fac, moyenne jolie, moyenne intelligente, moyenne intéressante.
Certains événements m’ont obligée à me dépasser.
Depuis je ne peux plus n’être que moyenne.

Mon avis :

J’ai commencé ce livre hier, je l’ai terminé ce matin, je le quitte à regret, je n’ai pas envie de le refermer, je prolonge donc ma lecture par l’écriture de cet avis.

A une époque où les reportages sur les maternités, les merveilles accomplies par la science, foisonnent, et se terminent immanquablement par la « victoire », c’est à dire le retour à la maison, l’auteur nous raconte la naissance de ses jumeaux, la mort de son petit garçon, à huit jours, puis son combat pour sa fille handicapée – combat qui dure depuis quinze ans. Elle en parle sans pathos, sans fioriture aussi, elle montre la réalité du corps souffrant, des parents qui vivent au jour le jour. Elle parle aussi du rôle des proches, et le récit sonne comme un hommage à son père, sa mère et sa sœur. Pas de prénoms, juste la force des liens qui unissent, ou des liens qui se dénouent.

Elle parle aussi de sa vie, de sa volonté de s’épanouir, d’être heureuse, enfin, dans sa vie de femme, malgré tout, ai-je envie de dire. Elle parle de la nécessité de se dépasser, de dépasser ce qui l’avait handicapée dans sa jeunesse – et sa fille de lui répondre « qu’elle ne sait pas ce que c’est d’être handicapée » – de dépasser aussi le regard et les préjugés des autres, toujours vivaces en 2013.

Moyenne est un beau récit, n’hésitez pas à le lire.

Le doigt du sang de Jean-Marc Demetz

tous les livres sur Babelio.com

Présentation de l’éditeur :

Chef étoilé, Eric Lallot est en difficulté. Un jour un inconnu lui propose d’effacer ses dettes s’il accepte de cuisiner pour un peintre américain vivant dans un château de Picardie. Il profite de cette offre inespérée sans se douter de ce qui l’attend : le château de ce généreux mécène est celui de son village natal et son retour au pays n’est pas du goût de tout le monde. Pourquoi l’a-t-on fait revenir ? Est-ce vraiment un hasard ?

Merci aux éditions Krakoen pour ce partenariat.

Mon avis :

Bienvenue dans le monde merveilleux de la gastronomie, bien loin des émissions culinaires qui fleurissent sur le petit écran. La vie est loin d’être rose pour Eric Lallot. Bien qu’il soit un excellent chef (son « boulot est de donner du plaisir au mangeur »), il a aussi son franc parler – qui lui coûte cher. Tellement cher qu’il croule sous les dettes et les soucis. La solution se présente non sous la forme d’une couverture médiatique mais d’une proposition d’un riche mécène.

Ce pacte ne me disait rien qui vaille – à Eric non plus, soyons honnête. Derrière ces générosités, je devinais… Un marché de dupe ? Un crime en préparation ? En tout cas, pas un acte désintéressé. Eric est libre de cuisiner ce qu’il veut. Cependant, il découvre très vite que le château où il exercera n’est guère éloigné de l’endroit où il a grandi. Et tout resurgit. Et pire encore.

Nous ne sommes pas dans une ville en train de mourir, non, elle est déjà morte depuis longtemps, avec la famille qui régentait la vie de cette région, au temps de sa splendeur. Nous étions au XXe siècle, et pourtant ce village semblait vivre au moyen-âge, avec son seigneur qui répandait (ou non) ses bienfaits, réglait (ou pas) les problèmes qu’il créait, et assurait l’emploi à tous ceux qui le souhaitaient.

Ce roman est intéressant parce qu’il se focalise sur Eric, narrateur à qui on ne la fait pas. Dès qu’il sent quelque chose d’anormal, comme un piège qui se referme sur lui, il rue dans les brancards. Peu importe ceux qui essaient de l’apaiser, de détourner son attention. Il n’est pas prêt à accepter que l’on décide pour lui, il est prêt à reprendre sa vie en main. Là où d’autres se complaisent dans les mesquineries, Eric aspire à régler ses propres problèmes, à retrouver une vie sereine. Le pourra-t-il, lui qui vient tout juste d’être père ? A vous de le lire.

logologo polar