Archives

Nuit d’orage à Copacabana de Luiz Alfredo Garcia-Roza


Présentation de l’éditeur :

Par une nuit d’orage, un indigent déguenillé gît dans une impasse, une balle en pleine poitrine. L’homicide d’un “sans-grade” est d’une banalité telle sous ces latitudes que la raison voudrait que l’affaire fût classée rapidement. C’est compter sans l’opiniâtreté du commissaire Espinosa qui s’emploie à élucider le mystère de ce meurtre sans arme, sans témoin, sans indice et sans mobile.

Mon avis :

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé le commissaire Espinosa. Un SDF a été retrouvé assassiné d’une balle en plein coeur – un travail très précis, qui prouve que le tueur n’a pas agi au hasard. Dans cette ruelle, c’est un homme simple, humble, handicapé qui est mort, et tout le monde, sauf le commissaire et ses hommes les plus proches s’en préoccupent. En toile de fond est évoqué la corruption qui règne dans la police brésilienne, c’est pour cette raison qu’Espinosa s’appuie véritablement sur ceux en qui il a confiance.
Il n’interroge pas, il converse avec les témoins. Il s’agit d’abord de les mettre en confiance, et de percevoir si ce qu’il dit provoque ou non une réaction chez les personnes qu’il interroge. Le récit ne s’attarde pas sur les témoins qui ne font pas progresser l’enquête : oui, il est vraiment des personnes qui ont pris leur voiture dans cette rue et qui n’ont rien vu, parce qu’elles n’étaient pas garées dans le sens qui leur aurait permis de voir, parce qu’il n’y avait rien à voir. Il en est d’autres, par contre, qui ne disent rien parce qu’ils ne veulent rien dire.
Très vite, Espinosa flaire en Aldo un témoin récalcitrant. Il est pourtant un personnage qui paraît ordinaire. Il est marié à une femme superbe, psychologue, ils ont deux enfants, un garçon et une fille. Camilla est une authentique brésilienne, c’est à dire qu’elle accorde énormément d’importance à son apparence physique. Pourtant, cet architecte, qui a trois personnes sous ses ordres, ne paraît pas très à l’aise face à ce qui s’est passé. Il pratiquerait presque l’art de l’esquive face à Espinosa, si ce n’est qu’esquiver le commissaire, c’est prendre le risque de le retrouver devant soi, à vous poser à nouveau des questions pour préciser vos réponses. De quoi avoir des sueurs froides.
Surtout, la vie n’est pas facile pour Aldo – pas si facile. Sa femme a beau être une thérapeute, elle ne s’est jamais réellement penchée sur les failles de son mari. Chacun vit dans son domaine bien cloisonné, elle mène une vie des plus heureuses à côté de son mari, en une fête perpétuelle de la sensualité.
S’il est un thème qui revient dans les romans de Garcia Roza, c’est celui de la femme fatale. Non pas Irène, la compagne du commissaire, avec laquelle il mène une existence assez libre, mais les femmes qui gravitent autour d’Aldo et de sa femme. Elles n’ont pourtant pas beaucoup d’efforts à faire pour mener les hommes à leurs pertes, ils étaient déjà tout prêt à succomber.

Publicités