Archive | 6 juillet 2018

Cendres de Marbella d’Hervé Mestron

Présentation de l’éditeur :

Ecrit à la première personne dans une langue aussi incorrecte que truculente, Cendres de Marbella est le récit d’une trajectoire au ras du bitume, celle d’un petit gars qui voudrait bien s’extirper de sa banlieue en déliquescence autogérée, pour être quelqu’un d’autre du bon côté du périphérique.
Une nouvelle drôle et noire.

Merci à Hervé Mestron et aux éditions Antidata pour l’envoi de ce livre.

Mon avis :

Je crois que cendres de Marbella est le sixième ouvrage que je lis d’Hervé Mestron, et ce ne sera pas le dernier. Ce qui me frappe chez lui, c’est sa capacité à aborder des sujets très différents dans ces romans ou nouvelles, et peu importe que ces sujets ne soient pas attirants, pas glamour. Prenez Cendres de Marbella. Le narrateur/personnage principal/héros est un ado de banlieue, et déjà dealer chevronné. Il a d’ailleurs un plan de carrière tout prêt, des ambitions professionnelles avouées, des objectifs à atteindre aussi bien que s’il travaillait pour une société lambda. Il a également un modèle à suivre – ou pas : son frère aîné est en prison. Le plus important est tout de même de se faire respecter de ses « clients », quels qu’ils soient.
Le tour de force de cette nouvelle est de nous plonger véritablement dans la peau de Ziz (ou Mat, selon les circonstances), de ses pensées, de ses contradictions. Non, il n’est pas amoral, il est pire encore. Il n’est pas question qu’il laisse qui que ce soit briser ses rêves.
La nouvelle est écrite comme Ziz parle, en une langue fluide et imagée, qui ne s’embarrasse pas de contraintes, une langue qui reflète, finalement, l’absence de règles avec laquelle il vit. A aucun moment l’on ne plonge dans le pathos, ce qui aurait été possible et, finalement, assez facile, plus facile que de nous montrer ce portrait sans aucun fard.
Ziz ? Un anti-héros pas comme les autres.

Publicités