Soeurs de sang, tome 1 : L’envol du phénix de Nicki Pau Preto

édition Lumen – 724 pages

Présentation de l’éditeur :

« Autrefois, j’avais une sœur, que j’aimais de toutes mes forces. Pourtant, si j’avais su, je l’aurais haïe. Mais qui a jamais pu contrôler les mouvements de son cœur ? »

Véronika regarde brûler dans l’âtre deux œufs de phénix sur le point d’éclore… Dire qu’il y a quelques années à peine, de puissantes reines sillonnaient encore le ciel sur le dos de ces bêtes légendaires ! Avec sa sœur Val, elle ne veut qu’une chose : chevaucher ces animaux mythiques, comme ses parents avant elles. Mais c’est puni de mort, désormais, et tous ceux qui pratiquent la magie sont traqués sans merci. Toutes deux vivent donc dans la clandestinité…

Si seulement l’un de ces phénix pouvait venir au monde, leur vie en serait bouleversée ! Mais qui, de Val ou de Véronika, l’oiseau de feu choisirait-il ? Et ce n’est pas tout : ce que la jeune fille l’ignore, c’est que tous les dresseurs de phénix ne sont pas morts ou emprisonnés. Un petit groupe, retranché dans une forteresse au sommet des montages, poursuit la résistance. Le seul problème ? Ils refusent, désormais, d’entraîner des femmes.

Merci aux éditions Lumen et à Netgalley pour ce partenariat.

Mon avis :

Il est toujours ennuyeux de dire : je n’ai pas apprécié ce livre, et pourtant, j’aurai aimé l’apprécier. Le tout est d’analyser maintenant ce qui fait que je n’ai pas accroché avec cet ouvrage.

Le premier fait qui m’a déplu, ce sont les longueurs. Tout est lent, trop lent, et je suis arrivée page 480 en me disant que j’attendais toujours que quelque chose se passe réellement. Alors oui, il se sera passé des événements, certains véritablement importants, d’autres surprenants, mais il faudra encore attendre un peu avant que l’action se noue réellement.

Le second fait est que je ne me suis pas attachée à la personnage principale, Véronika, qui m’a semblé le plus souvent être une enfant gâtée et naïve. Qu’elle se déguise en garçon me semble réellement un passage obligé dans certains romans, si ce n’est qu’ici, les difficultés proprement féminines ne sont pas passées sous silence – comment dissimuler sa poitrine, ou comment faire pendant les règles. En revanche, la question « pourquoi les femmes ne peuvent pas, ou plutôt plus être dresseuses reste souvent éludée, en vertu d’une règle qui veut qu’un phénix mâle ne peut avoir qu’un dresseur… mâle, en vertu du fait que les femelles sont uniquement considérées comme des reproductrices. Reste à savoir si ce sont seulement les phénix qui sont considérées ainsi, ou si les femmes le sont également. Pourtant, dans le passé, elles ont su prouver leur courage, leur engagement, leur héroïsme, et l’ont payé très cher, comme la mère de Tristan, le fils du gouvernement, ou Morra, ou encore la maiora de Véronika. Craint-on à ce point le non-conformisme des femmes ? Peut-être. Et pourtant, l’on découvre à la toute fin du roman qu’il n’en a pas toujours été ainsi.

Finalement, le plus intéressant, ce sont toutes ces histoires tirées du passé, le récit des temps anciens, de ces reines et de ces rois à qui il est souvent fait allusion. Certaines ont vraiment des personnalités à part, c’est à dire qu’elles sont de véritables combattantes, et c’est d’elles que j’aurai voulu lire l’histoire.

Non, s’il est des personnages véritablement attachants et intéressants, ce sont les personnages secondaires, ou, du moins, l’un des personnages principaux que l’on ne voit pas suffisamment, à savoir Sev. Lui se qualifie de lâche, et il peut l’être, il ne l’est pas tant que cela : nous pouvons suivre tout au long du roman sa progression. J’ai aussi beaucoup aimé le personnage de Mésange, toujours accompagnée de Tchip, que l’on ne voit que de trop rares fois, tout comme Kade, qui ne sera sans doute pas présent dans la suite du roman. J’en suis presque venue à préférer Val, la « méchante » soeur, dont la personnalité est beaucoup plus complexe que celle de sa cadette. N’était un certain choix, fondateur au début du roman, n’était un certain état d’esprit qui montre à quel point elle se sent supérieure à ceux qui l’entourent, elle aurait eu tout pour me plaire. Oui, cela fait tout de même beaucoup de concession, cependant elle a une personnalité beaucoup plus riche que celles de la plupart des personnages principaux du roman. Il est dommage que l’on trouve essentiellement les « méchants » d’un côté, et les « bons » de l’autre.

Alors oui, il est de très belles scènes dans le roman (dans les chapitres 39 et 40), mais j’aurai voulu tellement plus, ne serait-ce que de la part des phénix qui n’ont pas, dans ce roman, la place qu’ils méritent, notamment Xoe (diminutif de Xolanthe). A vrai dire, je me dis que l’histoire reste à écrire… côté phénix.

2 réflexions sur “Soeurs de sang, tome 1 : L’envol du phénix de Nicki Pau Preto

  1. Pingback: Premier bilan du challenge Animaux du monde | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.