Déconfinement – le compte à rebours a commencé pour moi

Bonjour à tous

Oui, j’ai déjà écrit un billet ce matin, et je m’apprêtais à écrire un nouvel avis (la période de déconfinement, entre cours à distance et cours en présentiel s’avérera sans doute compliquée à gérer, je verrai bien), et boum ! J’ai ressenti le besoin de rédiger ce qui sera sans doute mon seul billet strictement de confinement.

Quel bilan, d’abord, de ce confinement ?

Beaucoup de cours à distance, et d’échange à distance avec mes élèves – ou neuf heures par jour devant l’écran les jours de « pic », ça use, ça use. Je ne vous parle même pas de l’imprimante et du scanner. L’une de mes premières sorties de déconfinement sera d’ailleurs pour compléter mon matériel informatique.

Pour la lecture, je savais déjà en commençant le confinement que cela serait rude, donc, contrairement à d’autres, je n’ai pas dresser de piles à lire, je ne savais pas vers où me mèneraient mes envies, ou plutôt mes non-envies de lectures. Je ne me suis rien interdit – confinée chez moi, j’ai fait avec les livres (nombreux) à ma disposition, mes partenariats en cours ou qui ne sont noués spécialement pendant le confinement. Oui, j’ai vu passer de vertueuses personnes dire que, pendant le confinement, demander des partenariats, « c’est pas bien ». Je n’ai pas demandé, on m’a proposé, et j’ai dit oui. J’ai aussi lu beaucoup de livres grâce à Netgalley, des livres que je n’aurai sans doute jamais lus sans le confinement.

Cela m’amène vers le troisième sujet, tous ces confinés qui au lieu de vivre leur confinement de leur mieux, l’ont vécu en se faisant prescripteur/censeur de ce qui se faisaient ou pas, les journaux féminins en première ligne. Les injonctions pour les hommes ? Aucune. Les injonctions pour les femmes ? Alors, rester belles, douces, dans tous les sens du terme (articles faciles à retrouver si on cherche un peu), faire du sport (après le télé-travail et les soins aux enfants, bien sûr) et dernière cerise sur le gâteau pour les célibataires : grâce au confinement, elles vont pouvoir réfléchir et ainsi être prêtes à se mettre en couples. Pour faire court (et cela va très bien avec le livre que je suis en train de lire), peu importe qu’elle soit avec le « Prince des Tocards », une femme seule n’a pas lieu d’être, elle est forcément malheureuse, même si « ce n’est pas sa faute » (là, je cite une femme célibataire de ma connaissance).

Je reviens aux livres, heureusement, parce que le confinement m’aura permis, par la grâce des éditions Glénat, Ataka et PIka (et d’autres encore, mais je ne les ai pas lus) de relire des mangas en ligne, simplement pour le plaisir de lire ainsi. Je pense aussi aux maisons d’éditions comme Palémon, les éditions du chat noir, Flamant noir qui m’ont accompagné pendant le confinement, et à qui je ferai sans aucun doute des commandes prochainement (oui, on peut commander directement sur leur site, pas besoin de passer par A**z**e).

J’oubliai : j’ai enfin fait des cookies ! Trois ans que je le disais (au mois).

24 réflexions sur “Déconfinement – le compte à rebours a commencé pour moi

  1. Je n’ai pas fait de billet de confinement non plus

    Après presque deux mois en chômage partiel et télétravail (moitié-moitié) , je dois dire appréhender la reprise …

    Merci pour tes billets lectures et merci aussi d’avoir maintenu le mois espagnol 🙂

    Bisesss Sharon

    • Je te comprends ! J’appréhende aussi le retour au collège.
      Je t’en prie ! Même si je manquais de motivation, autant essayer de faire ce qui était prévu, et qui pouvait se faire malgré le confinement. Et les logos de Belette sont superbes.
      Bises Valentyne !

      • Merci… :*

        Je n’aime pas les censeurs qui me disent quoi faire ou pas faire. Si toi tu as décidé de faire des partenariats, c’est ton droit, si moi je ne veux pas, c’est le mien aussi. Moi j’avais juste d’autre chose à lire 😆 J’ai évité les dernières nouveautés, en effet, les lecteurs/trices ne pouvaient pas aller les acheter… Tu me diras qu’ils/elles ne pouvaient pas aller acheter non plus les vieux brols que j’ai sorti de ma biblio 😀

        Merdouille, on doit toujours être pimpée ! Je les emmerde, zéro maquillage, un training et pas de soutif. J’ai aussi un short quand il a fait chaud. Au diable les diktats qui datent d’une autre époque.

        Et si Unetelle veut être célibataire, c’est son droit aussi. Attention, si elle est une croqueuse d’homme, elle sera traitée de puta** tandis qu’un homme sera un grand séducteur… cherchez l’erreur ! :/

  2. il est bien entendu que le confinement n’a rien changé à la répartition des rôles hommes/femmes… bien au contraire (l’homme a déjà assez à faire à être un sombre héros méconnu, paisible et nonchalant) 🙂

      • c’est certain : rien de telle qu’une crise pour revenir aux fondamentaux 😦
        je le dis avec beaucoup de regret, étant un héros nonchalant… 🙂
        et bravo pour les cookies ; je beaucoup cuisiné ces mois ci sans faire aucun progrès ni expérience.

        • Hélas oui.
          Pour ma part, je devrais être celle qui reprendra le travail en n’ayant surtout pas grossi.
          Merci ! C’est à peu près la seule expérimentation culinaire que j’ai menée, avec les hamburgers au poisson et les muffins marbrés.

  3. Il vaut mieux confiner seule que mal accompagnée ! D’ailleurs, tu n’es pas seule puisque tu as tes félins.
    Les enseignants autour de moi on eu, aussi, beaucoup plus de boulot pendant le confinement. Ne lisant pas les journaux féminins, je e connais aucune des prescriptions et je m’en fous. La seule chose c’est que maintenant, je SAIS que je suis vieille, mais bon, c’est sympa de le marteler sur toutes les media !
    Question bouquins, ma PAL a sérieusement baissé même si je ne chroniquerai pas tous les livres, certains n’étant pas ou plus à mon goût du moment. J’avoue avoir moins lu et moins envie de chroniquer. Et puis, j’étais très occupée entre les masques et les surblouses pour les infirmières… D’ailleurs ma machine à coudre a baissé les bras ou alors, une tendinite à l’engrenage !
    Je te souhaite un bon retour hors du monde virtuel.

    • Non, je ne me suis pas seule, effectivement, et je me suis confinée avec ma mère – c’était plus simple.
      Je ne les lis pas non plus, j’ai vu passer les titres sur twitter, et c’est assez effarant.
      Ma mère et mon père le savent aussi, ce qui ne les a pas empêcher de se démener, chacun dans leur domaine de compétence, pendant le confinement.
      Je ne chroniquerai pas tout non plus. C’est ennuyeux pour la machine à coudre.
      Merci ! Je te souhaite un bon retour à toi aussi hors du monde virtuel.

  4. Le confinement n’a pas changé grand-chose pour moi, puisque je travaillais comme en temps normal, alors que nous n’étions pas en temps normal. Les patients sont plus « accaparant » que d’ordinaire; parce qu’ils ne peuvent faire comme d’habitude leurs petites affaires indispensables, ou parce qu’ils ont besoin d’échanger davantage. Il y a eu un deuil, et par ces temps de confinement, c’est plus difficile à gérer pour eux. J’ai une chance folle :mes patients sont gentils, compréhensifs et m’ont gâté comme jamais . En fait, je me sentais moins en prison chez moi que dehors. Mon point de blocage, c’est ce masque , obligatoire au travail et si désagréable à supporter , et si perturbant pour les patients. Alors, bien évidemment, je n’ai pas lu avec la même fébrilité que les autres,mais j’ai lu, et très bien lu ! Des pavés de ma pile que je suis -enfin- décidée à sortir. Certes ma pile a un peu baissé, mais la réouverture de mon libraire a un peu abimé mes efforts. Je sors de ce confinement épuisée moralement, car, c’est le déconfinement avec ses mesures de précaution ( souvent grotesques à mon sens, mais ça n’est là que mon avis) me faisant penser que cela pire qu’avant.Ce n’est pas le virus qui me fait peur,mais la liberté conditionnelle qui va être la nôtre durant des mois. Nous sommes en zone rouge, nous avons été rudement mis à contribution, mais je crains que les pouvoirs publics oublient très vite le combat que nous avons mené …..

  5. Etant infirmière, je n’ai pas eu le sentiment d’être vraiment confinée, juste de travailler dans de mauvaises conditions, mais on n’a pas eu besoin de cette crise pour s’en apercevoir. On nous applaudies tous les soirs, mais je doute que ça aille plus loin, il faut dire que les applaudissements ne grèvent pas les budgets de l’Etat contrairement à nos salaires !
    Je n’ai pas mal vécu ce confinement, il est vrai moins strict en Suisse, vu notre discipline culturelle. J’ai lu à peu près autant que d’habitude, même si c’est un peu moins cette dernière quinzaine. Je suis chrétienne et on sent un vent de réveil souffler sur la francophonie, ce qui ne peut que me réjouir. Les Eglises ont été très actives en lignes durant ces semaines et elles ont aidé les gens à mieux passer ce confinement, du moins en ce qui me concerne, ou pour mes nombreuses amies, même si nous avons été révoltés du déchaînement de violence médiatique subis par nos amis de Mulhouse.

    • Bonjour chère collègue.Les merci remplissent nos poches….depuis de nombreuses années… Il y a 6 mois, les infirmières se faisaient taper dessus lorsqu’elles manifestaient, dans 6 mois , rien n’aura changé…….sauf qu’entre temps ,on nous aura applaudies, dit merci. Mais comme tu le dis, cela ne coûte rien à l’état !!

  6. Quoi d’autre à ajouter ? Rien en fait. Je ne suis pas super rassurée par le déconfinement. Je ne crains pas pour ma région mais plutôt pour la région parisienne ou le Grand Est, pour leurs habitants, pour les personnels hospitaliers qui ont donné beaucoup d’énergie (et parfois leur vie) et qui ressortent épuisés de cette vague épidémique et mortifère.

    • Quatre heures maxi pour les élèves, mais il faut le temps de concevoir les cours, de les taper, de penser à tout (ex de consigne : imprime la feuille et colle-la dans ton cahier), de répondre à leurs questions, qui peuvent surgir n’importe quand (y compris le dimanche), d’organiser des tchats (record : 56 questions en une heure), de trouver des vidéos éducatives courtes, des extraits de pièces de théâtre, puis imprimer leurs photos d’exercices, les corriger, les scanner….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.