Archive | 14 mai 2020

Fablehaven – tome 5 : la prison des démons de Brandon Mull

édition Nathan – 594 pages

Présentation de l’éditeur :

Après des années de complot, le Sphinx, chef de la maléfique Société de l’Etoile du Soir, est près de s’emparer de la clé de la prison de Zzyxx, où sont enfermés les pires démons. Kendra, Seth et les Chevaliers de l’Aube doivent à tout pris l’en empêcher.
Le temps est venu de l’ultime combat contre les puissances de l’Ombre.

Mon avis :

Après des années de lectures, des années de cinéma pendant lesquelles j’ai pu lire, voir des oeuvres dans lesquelles il s’agissait de sauver le monde, j’ai rarement eu l’occasion de voir des personnages comme Newel et Doren qui osent enfin aborder les fondamentaux :

Mais voilà, si nous réussissons, nous ne sauverons pas que le monde, nous sauverons la télé, nous sauverons les fast-foods, nous sauverons les sodas, les beignets, les barres chocolatées et les glaces.
– Nous sauverons les chips, ajouta Doren, l’air solennel.

Oui, les super-héros ont aussi besoin de réconfort calorique et mangent aussi. Certes, Doren et Nawel ne sont pas les personnages principaux, et pourtant eux aussi, un peu comme tous les soldats de seconde classe, monteront au front.
Oui, dans ce dernier tome, la guerre est là, et bien là. Pas de temps mort dans Fablehaven, pas de répit : n’importe qui peut être victime de la Société de l’étoile du soir. Chacun participera, avec ses qualités, et ses défauts : une qualité, parfois, peut se révéler un défaut, quand la personne en face de vous ne partage définitivement pas les mêmes valeurs. Seth (définitivement mon personnage préféré), Kendra et tous les autres ne se ménagent pas, ne cessent de parcourir le monde pour tenter de sauver ce qui peut l’être – et parfois, j’ai envie de dire « pas grand chose » : ne peuvent être sauvés des personnes qui ne veulent pas l’être.
Leurs ennemis ? Ils ne se reposent pas non plus, surtout qu’ils ont la tranquille assurance qu’apportent de sérieux atouts et une énorme confiance en eux, confiance qui a profité d’années de complots pour se développer. La confiance en soi, c’est très bien – quel que soit le camp auquel on appartient. J’en profite pour dire qu’il ne faut jamais laisser personne vous démolir, vous faire douter de vos capacités – regardez Seth. Transgresser les règles fait aussi progresser soi-même et les autres. Sans lui, pas de dénouement.
Rappelez-vous aussi ces deux vérités : toutes les filles aiment les licornes et les dragons sont indispensables dans un ouvrage de fantasy.