Archive | 18 mai 2020

Pluie des ombres de Daniel Quiros

Présentation de l’éditeur :
Costa Rica. Le corps d’un jeune homme est retrouvé, mutilé, au bord d’une route à quelques mètres d’une école. La police en fait peu de cas car c’est un Nica, un immigré du Nicaragua, et il y a de la drogue dans le ventre du cadavre… Ce devait être encore un narcotrafiquant. Sauf que.Sauf que Don Chepe connaissait le garçon, et qu’il n’était certainement pas un dealer. Épaulé de son fidèle Gato, l’ex-guérillero devenu détective à ses heures se lance à la poursuite des coupables.
Mon avis :
Bienvenue au Costa Rica. L’action pourrait presque se passer en France, si, si, je vous assure, certaines tirades ne seraient pas déplacées dans la bouche d’un français. Prendez l’exemple suivant :
Peu importe d’où ils viennent : qu’ils soient Nicas, Dominicains ou même Suédois, pourquoi pas ? S’ils viennent pour travailler très bien. Mais le gouvernement ne contrôle pas assez, et de nombreux délinquants et criminels rentrent chez nous. Et qui est-ce qui va séparer les bons des mauvais, après ?
Oui, mon bon monsieur, oui, ma bonne dame, tout cela, c’est la faute du gouvernement. Il faut faire quelque chose, il faut empêcher ces Nicas (diminutifs de nicaraguayens) de prendre le travail des Ticos (diminutif de costaricains) et en plus, d’apporter la délinquance qui n’existe pas du tout, mais alors là pas du tout, dans le sein des costaricains. Non, sans étrangers, tout est vraiment calme et paisible. La réponse de Don Chepe est limpide :
– Et qui es-tu, toi, pour laisser mourir un homme juste en face de chez toi ?
Tout a commencé par un meurtre, atroce, horrible, mais presque tout le monde s’en moque : c’était un Nica, et on a trouvé des sachets de drogue près de lui. Simple et sans bavure, et tant pis pour les tortures : on ne se fatiguera pas à chercher le coupable. Le seul que cela préoccupe, en plus de la famille de la victime, c’est Don Chepe. Lui sait très bien qu’Antonio n’est pas un trafiquant de drogue. Il sait les efforts que sa mère a fait pour lui, pour sa soeur, il a vu le jeune homme au travail : non, Antonio ne trempait pas dans la drogue.
Un second coup est porté, l’un des cousins d’Antonio est à son tour agressé, laissé pour mort : il survit, défiguré. Qui peut en vouloir à ce jeune homme qui a eu le seul tort de venir à l’enterrement de son cousin, passant la frontière sans papiers ? Oui, il n’a rien à voir avec l’affaire, si ce n’est qu’il était présent à l’enterrement, qu’il a été vu, et que son agression est comme un message : ne pas aller plus loin dans les investigations.
Seulement, Don Chepe, ex-guérillero ne peut pas. Il ne peut pas laisser les choses en l’était, il ne peut pas dire à la mère de Tonio qu’il a laissé faire, qu’il n’a pas tout mis en oeuvre pour que l’assassin de son fils ne paie pour ce qu’il a fait. Alors oui, il enquête, il découvre que Tonio n’est pas le premier à payer de sa vie le fait d’avoir été du même côté que Don Chepe, c’est à dire du côté de ceux qui ne laissent pas faire, de ceux qui ne baissent pas les bras ou qui ne détournent pas le regard quand ils découvrent quelque chose de pas joli-joli.
Le Costa-Rica est un magnifique pays, un lieu calme, la Suisse de l’Amérique du Sud, un lieu touristique, où il fait bon se reposer sans rien risquer, un lieu où l’écologie peut se concilier facilement avec le tourisme. Il faut simplement ne se mêler de rien de ce qui est réellement important.