De l’autre côté de la frontière de Jean-Luc Fromental

Présentation de l’éditeur :

Auteur de romans policiers, François Combe se rend en compagnie de Kay, sa secrétaire, au Cielito Lindo, établissement des quartiers chauds de Nogales, la ville frontière entre le Mexique et les USA, afin de s’y « documenter » auprès de Raquel, une jeune prostituée. Ils tombent sur Jed Peterson, un ami du romancier, qui se montre très intéressé par la jeune fille. La même nuit, cette dernière est sauvagement assassinée. Qui a tué ?
Librement inspiré du séjour que l’écrivain Georges Simenon effectua en 1948 dans la Santa Cruz Valley, terrain de jeu des riches et des puissants, ce thriller reflète avec brio l’atmosphère tendue et inégalitaire qui y régnait.

Merci aux éditions Dargaud et à Netgalley pour ce partenariat.

Mon avis :

Toute ressemblance avec un célèbre écrivain belge parti vivre aux Etats-Unis avec sa femme et sa secrétaire ne serait que pure coïncidence. François vit aux Etats-Unis, mais la frontière, cette célèbre frontière que l’on voudrait rendre infranchissable, est toute proche. Une femme est tuée – une mexicaine, une prostituée. Une deuxième est tuée à son tour, et là, la police tient un coupable (pour suspect, vous oublierez) : Jed, le meilleur ami américain de François. François, bien sûr, ne croit pas que son ami puisse être coupable. Il enquête donc, lui qui doit sa fortune et sa renommée à ses romans policiers, il ne peut laisser condamner un homme innocent, et peut-être un peu trop naïf.

Pour cela, François en apprenti détective, emmène dans cette galère Estrellita. Non, ce n’est pas sa secrétaire, c’est sa jeune domestique mexicaine, qui ne sait que trop, hélas, à quel point la situation d’une jeune femme peut être précaire. Elle est domestique, elle a de la chance par rapport à sa cousine et à ses amies, qui ont trouvé d’autres moyens de gagner leur vie, plus dangereux. Je m’étonne presque que l’affaire ait été résolue – oui, très facilement, la police ayant arrêté le premier coupable venu – parce que, d’habitude, la mort d’une ou même de plusieurs prostituées n’inquiète pas beaucoup les autorités. L’une d’entre elles le dira d’ailleurs : Les fédérales en ont rien à foutre des filles comme nous qui se font couper en morceaux, bambi. 

Les couleurs sont fortes, violentes, les dessins des violences subies par ces femmes crus, sanglants. Je me suis prise à détester celui qui leur avait fait subir toutes ses atrocités, tout en étant persuadée que ce n’était pas Jed, le trop lunaire, et ma fois sympathique suspect. Tous semblent taillés dans les rochers, exprimant peu de sentiments, comme si la vie les avait forcés à se blinder par rapport à ce qu’ils avaient vécu – ou tout simplement parce qu’ils sont indifférents : les victimes sont celles qui n’ont plus rien à cacher, et expriment toute leur douleur.

Je serai franche : je n’avais pas vu venir le dénouement. Il faut dire que les indices pour nous mener jusqu’à lui étaient rares. J’ai cependant, à nouveau, ressenti un sentiment de gâchis, pour les victimes, y compris les victimes collatérales. C’est dire, finalement, à quel point moi qui lis peu de bandes dessinées, me suit attachée à ce récit et à ses personnages.

 

4 réflexions sur “De l’autre côté de la frontière de Jean-Luc Fromental

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.