L’arpenteuse des rêves d’Estelle Faye

Merci aux éditions Rageot et à Netgalley pour ce partenariat.

Présentation de l’éditeur :

Myri est une Arpenteuse, elle a le pouvoir de s’immiscer dans les rêves des autres. Ce pouvoir est aussi une malédiction qui a causé la mort de sa jeune sœur, quelques années auparavant. Depuis, Myri se tient à l’écart des rêves grâce à la nerfolia, une plante interdite. Mais dans le royaume de Claren, quand on est une habitante de la ville basse, on n’échappe pas facilement à son destin. Une pollution inquiétante se répand autour des ateliers, le long du fleuve. Elle coïncide avec l’apparition d’étranges fantômes qui s’introduisent dans les rêves et les transforment en cauchemars. Alors, quand le petit Miracle est à son tour frappé par le Mal des fantômes, Myri n’a pas d’autre choix que de redevenir une Arpenteuse.

Mon avis :

J’ai choisi ce libre essentiellement à cause de sa couverture. Le contenu était lui aussi d’une grande richesse, et c’est tant mieux.

Il est difficile de classer ce livre. Roman d’aventures, fantasy, conte écologique ? Un peu des trois sans doute. L’héroïne, Myri, a de grands pouvoirs. Comme elle n’est pas née du bon côté des choses, son don – elle est une Arpenteuse, elle peut entrer dans les rêves d’autrui – son don a été exploité, et sa soeur a été tuée. Fin ? Non, commencement. Myri a appris à faire taire son don. Jusqu’au jour où l’un des siens, un de ceux qui font partie de sa famille recomposée, disparaît. Elle se lance alors à sa recherche, non pas pour elle, mais pour les siens.

Il faut s’attendre à être surpris – oui, c’est un paradoxe – parce que le récit ne nous entraînera pas là où nous pensions aller. Myri a si bien caché son talent que, finalement, il n’est pas le sujet central du livre – ni le sien, ni celui de Lélio, un des personnages que j’ai préféré dans ce roman. Il est capable d’aller très loin pour aider Myri alors que tant d’autres, ceux de là-haut, ne prêtent surtout pas attention… A qui, au juste ? Si, à Claren, certains vivent en bas, c’est bien pour ne surtout pas être vus. En lisant les discours qui étaient tenus sur eux, notamment par les gentilles dames patronnesses venus les aider, j’ai pensé aux discours que ces mêmes dames patronnesses, bien réelles, tenaient sur les personnes pauvres, en France ou ailleurs, il n’y a pas si longtemps. Si l’on est pauvre, misérable, c’est de sa faute, pas la peine de remettre en cause un système qui assure aux puissants d’être toujours plus puissants, sauf si, par un coup du sort, il se trouvait quelqu’un, quelque chose pour bouleverser l’existence de tous à Claren.

A lire si vous aimez les romans de fantasy différents.

4 réflexions sur “L’arpenteuse des rêves d’Estelle Faye

  1. Il y a plusieurs années, j’ai lu son premier et deuxième roman (je crois), pas du tout dans ce genre, mais très bien. Donc je le note, vu ce que tu en dis.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.