Archive | 5 octobre 2021

Le disparu du sagittaire de Maurice Lambert

Présentation de l’éditeur :
Le capitaine Léonce Paradis est soulagé. Son cargo, le « Sagittaire », est bientôt prêt à reprendre la mer à la suite d’un passage en cale, dans le port de Rouen, afin de réfection. Aussi, c’est avec une certaine allégresse qu’après une soirée au bistrot, il remonte sur son rafiot et rejoint sa cabine. Mais la joie fait rapidement place à la stupeur, puis à l’horreur : un inconnu dort dans son lit de son ultime sommeil administré d’une balle dans la tempe. Affolé, Léonce Paradis court au commissariat le plus proche et revient, avec le policier de permanence, dans ses pénates ; sa couche est vide ! Ni blague ni hallucination éthylique, les traces de sang sur les draps ne laissent aucun doute sur le drame qui s’est déroulé ici. Il faut se rendre à l’évidence, le corps a disparu… Pour résoudre cette mystérieuse affaire, la 1re Brigade de Paris envoie l’un de ses meilleurs hommes, l’inspecteur MAZÈRE…
Mon avis :
Le capitaine Léonce Paradis, j’ai l’impression de le connaître. Si, si. Je ne dis pas cela parce qu’il est rouennais. Je dis cela parce qu’il fait partie de ces personnes qui ne cessent de parler, pour dire toujours la même chose. Ce n’est pas que l’on ne sait plus comment les faire taire, c’est simplement que l’on sait que l’on ne pourra pas les faire taire et que, quoi qu’il arrive, ils parleront quand même, ils iront au bout de ce qu’ils ont à dire, même s’ils l’ont dit pour la cinquantième fois.
Là, le capitaine Léonce a le coeur léger, il va enfin pouvoir repartir ! Son cargo a été enfin réparé, il va pouvoir quitter le port de Rouen (très beau port, très belle ville, forcément pour moi). Il avait le coeur léger, jusqu’à ce qu’il rentre dans sa cabine et trouve un cadavre. Quand il revient avec un policier, le cadavre a disparu. Un classique, même si l’on se doute que le cadavre n’est pas parti tout seul. Qui l’a déplacé ? Et surtout, qui était cet homme ?
Pour enquêter, c’est un policier parisien qui est envoyé à Rouen, l’inspecteur Mazère. Oui, il va enquêter, oui, il va identifier le coupable, et, fait rare, nous connaitrons même le verdict du procès. Oserai-je dire que l’enquêteur en est fort dépité ? Je le dis. Et c’est aussi pour cette raison que ce court roman, qui se déroule non loin de chez moi, est aussi intéressant à lire.