La nuit des coquelicots de Nadine Monfils

Présentation de l’éditeur :

Après une grosse fête, trois amies rentrent à Neuilly en voiture. Elles continuent à chahuter, mais dans un moment d’inattention elles renversent une petite fille sur la route, un bouquet de coquelicots à la main. La vie de ces trois femmes va basculer dans le cauchemar, et c’est au commissaire Léon qu’il revient de dénouer les fils de cette diabolique affaire.

Mon avis :

Sanglant, saignant, et rappelons-nous : les coquelicots sont les premières fleurs à repousser sur un champ de Bataille.
Ici, au départ, il n’y avait pas de bataille, non, seulement trois amies qui revenaient d’une soirée entre filles, soirée trop arrosée. Elles ont renversé une petite fille. Elles n’ont pas prévenu les secours, non, elles ont prévenu la police, plus tard, parce qu’elles sont de bonnes personnes, des personnes qui avaient peur de voir leur vie détruite par cette accident, des personnes qui n’ont pas pensé, qui ne pensent toujours pas à la douleur de la famille de cette petite fille.
Des mois ont passé, chacun réagit à sa manière. Le mari de Maura n’est plus qu’indifférence envers sa femme, il utilise les services d’une prostituée, qu’il paie pour pouvoir l’humilier et coucher avec elle, Catherine vit une relation torride et violente avec un homme qui n’en a strictement rien à faire d’elle, pas même qu’elle soit la fille du maire de Neuilly, un copain de régiment du commissaire Léon. Héléna, la troisième personne présente dans la voiture, vit entre sa mère et sa fille, mère qui a élevé sa fille plus qu’elle-même.
Et la famille de la victime ? La mère est internée en hôpital psychiatrique, elle est persuadée que sa fille va revenir, un bouquet de coquelicots à la main, et le lecteur de se dire que c’est peut-être mieux ainsi pour elle. Le père est parti, retourné dans son pays, ne supportant plus de porter cette famille à lui tout seul. La fille aînée, Lara (oui, comme dans le docteur Jivago) vit chez Jacob, son grand-père, résigné, ayant déjà presque quitté ce monde tant il se réfère à Dieu.
De l’autre côté, nous avons le sympathique petit monde du commissaire Léon, avec Irma, l’inénarrable travelo ménagère, Nina Tchitchi, surnommée « Charlotte aux fraises » par Babelutte, le seul chien policier gay, qui doit subir les caprices vestimentaires tricotés de son maître. Un univers drôle, lumineux, qui se trouve pourtant confronté à l’horreur.
Oui, les agressions, les crimes, tous plus sanglants les uns que les autres, vont se succéder autour de ses trois femmes, qui avaient pourtant juré de ne plus se revoir, de ne plus se parler, après l’accident, qu’elles ont tout fait pour occulter. Ce ne sont pas des coquelicots qui seront répandus, mais des mares de sang, dans un objectif qui se dessine lentement : les faire souffrir le plus possible. Tant pis pour les victimes.
Ce deuxième volume des aventures du commissaire Léon est très sombre, très violent, et nous questionne en même temps, notamment sur les relations parents/enfants. Prenons Héléna, par exemple : elle n’apprécie pas que sa mère ait été très amis avec des jeunes gens très très gays, qui l’adoraient, et pourtant Clara, par son ouverture d’esprit, ses goûts littéraires, en ressort bien plus lumineuse que sa fille. Héléna admet aussi ressentir nettement moins d’amour pour sa fille Carole que quand celle-ci était bébé – parce qu’elle était bébé, justement, et parce qu’un bébé, on en fait ce qu’on veut. Un garçon aurait été tellement mieux.
Ce ne sont pas des zones d’ombre, ces fameuses zones d’ombre dont certains critiques font leur chou gras, non, ce sont littéralement des abîmes, des pulsions inavouables, qu’ils cherchent pourtant à satisfaire. Oui, nous basculons dans un univers bien glauque, et au milieu, seule Lily, la petite fille aux coquelicots, et Loulou, le fils de Maura, sont des innocents victimes de jeux d’adultes.

2 réflexions sur “La nuit des coquelicots de Nadine Monfils

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.