Archive | 19 octobre 2019

Une enquête du commissaire Léon : Le silence des canaux de Nadine Monfils

édition Pocket – 256 pages

Présentation de l’éditeur :

Le commissaire Léon est parti en vacances. Oh pas loin ! Il a loué un bateau, pris son tricot, ses pelotes de laine, ses aiguilles et son chien Babelutte et il navigue au fil de l’eau sur le canal de l’Ourcq. Et voici le premier mort… suivi de bien d’autres. Comme si le criminel s’amusait à suivre le commissaire Léon à la trace et à semer des cadavres sous ses pieds. Et quels cadavres ! Chacun a le visage proprement découpé au bistouri et arraché. Et puis il y a cette petite fille qui vit dans une cabane avec sa grand-mère ; cette péniche abandonnée remplie d’instruments de torture ; la maison du Diable avec ses chats de pierre… On se croirait dans un conte de fées. Mais un conte de fées noir, noir !

Mon avis :

Curieuse coïncidence… Mais faut-il accorder du crédit à ce que disent les fantômes ?

Le plus difficile pour le commissaire ? Partir en vacances sans sa mère ! Il faut dire qu’elle est inquiète : il part en croisière sur un paquebot. Pas tout à fait cependant : il a loué un bateau et navigue sur le canal de l’Ourcq. Mais une maman s’inquiète toujours. Le commissaire Léon, lui, laisse le commissariat et Montmartre entre de bonnes mains, et emmène chien et tricot pour un bon moment de détente. Enfin… presque. Les policiers ne peuvent pas réellement prendre de vacances, c’est bien connu, et il semble qu’un tueur se plait à parsemer le canal de l’Ourcq.

Dans ce roman, j’ai retrouvé des thématiques qui me semblent chères à l’autrice : l’importance de la famille, et de l’amour qui est donné, ou refusé aux enfants, et les conséquences pour eux. J’ai aimé l’atmosphère qui se dégageait de ce roman, qui est loin d’être un roman policier traditionnel. J’ai eu l’impression, parfois, d’être à deux doigts de basculer, comme Alice (ou Violette, dans le tome précédent), de l’autre côté du miroir. Oui, nous sommes dans un conte de fée noir, sanglant, et il faut toute la ténacité du commissaire, le fait aussi, qu’il veuille bien mettre ses vacances entre parenthèses et suivre son intuition, pour empêcher que le pire n’ait lieu. Il reste cependant à définir ce qu’est ce « pire », et se dire que ce qui est déjà survenu est du domaine de l’horreur.

 

Ils sont arrivés !

Vous allez me dire : qui ?

Petit-monstre et Zombie-momie !

Merci beaucoup Syl pour ce présent !

Ils ont déjà trouvé un compagnon de jeu et de bavardage :