Archive | 21 octobre 2019

Formation d’élite par Lee Child

Présentation de l’éditeur :

1996. Jack Reacher fait encore partie de l’armée. Revenu d’une mission où il a exécuté deux criminels de guerre en Bosnie, il est décoré. Mais, aussi étonnant que cela paraisse, il est aussi renvoyé à l’école avec deux autres agents tout aussi brillants et décorés que lui. Pourquoi ? Il se le demande encore lorsqu’il apprend qu’une cellule djihadiste dormante basée à Hambourg et infiltrée par la CIA vient d’entendre parler d’un traître américain. Cet homme aurait quelque chose à vendre à des terroristes islamistes… et, potentiellement, à d’autres individus tout aussi dangereux, mais d’un genre différent. Le tout pour la coquette somme de cent millions de dollars.
Reacher se voit ainsi confier la tâche de retrouver cet homme, de chercher à savoir ce qu’il est prêt à vendre à ce prix et, naturellement, de faire tout ce qu’il faut pour l’arrêter. Car, si personne ne paie, les conséquences seront absolument catastrophiques…

Merci à Netgalley et aux éditions Calmann-Levy

Mon avis :

Depuis quelques opus, Jack Reacher ne mène plus systématiquement ses missions sur le territoire américain. Pour celle-ci, il se rend en Allemagne, où se déroulera une grande partie de l’action. Il faut dire aussi que, dans ce volume, nous faisons un bond dans le passé, et Reacher appartient encore à la police militaire.

Nous sommes en 1996, et près une mission réussie (nous sommes deux ans après la guerre dans les Balkans), Jack est renvoyé à l’école avec un agent de la CIA et un autre du FBI. Couverture : il leur faut retrouver un traitre américain. Chance : Reacher trouve une piste assez vite. Oui, je suis assez optimiste, je me dis que nous sommes dans un roman, et que dans la réalité, il y aurait eu beaucoup plus de tâtonnement.

Nous suivons aussi le parcours du « traitre », et je l’ai trouvé parfois franchement maladroit. Oui, si vous lisez ce livre, vous trouverez peut-être que l’adjectif est mal choisi, cependant je pense que quelqu’un qui, depuis des années, planifie son existence en vue d’empocher une forte (très forte) somme d’argent dans l’objectif de trahir son pays, une personne qui tend à rester invisible bien qu’elle ait commis quelques erreurs dans le passé, puisse craquer ainsi.

Ce n’est pas forcément la seule fausse note que j’aurai relevée dans ce volume qui, en dépit des enjeux, m’a semblé bien ronronnant. La mécanique est bien huilée, l’enquête progresse en mode « américain sauveur du monde », qui agisse sur le territoire allemand un peu comme s’ils étaient chez eux. Il faut bien garder à l’esprit aussi en lisant qu’en 1996 la réunification était récente, la guerre froide, pas si lointaine, et les craintes qui y étaient liées, assez énormes.

Il est cependant un personnage qui trouve grâce à mes yeux : Griezmann, le policier allemand. Il fait son métier, et c’est déjà beaucoup. Il respecte les règles, et c’est bien plus important qu’on ne le croit. Il n’aime pas voir un crime impuni, qui pourrait le lui reprocher ? Il est, même si son physique déplait à Reacher (tout le monde n’est pas une machine de guerre humaine), éminemment sympathique, et ce, à chacune de ses apparitions, toujours motivée pour le bien de l’une ou de l’autre enquête.

Ce que nous montre le roman, c’est la montée de l’extrémisme, du racisme, et s’il est facile de voir après coup, il faut aussi se dire que l’on ferait bien de regarder autour de nous.

Un roman essentiellement pour les fans de l’auteur et de son personnage.

Des morts à la criée d’Ed Dee

Présentation de l’éditeur :

Depuis huit ans, les inspecteurs Joe Gregory et Anthony Ryan ont été mutés de la brigade des homicides de New York à la toute nouvelle section de répression du crime organisé. Par une nuit de décembre, en 1982, les deux hommes tentent de localiser Bobo Rizzo, le truand qui tient sous sa coupe depuis trente ans « la criée », le célèbre marché aux poissons de Fulton. Mais comme la municipalité prévoit de construire dans le secteur un complexe de galeries marchandes, il vaut mieux savoir à l’avance quels « ennuis » ce projet va entraîner du côté des mafiosi. En planque sur les quais, Joe et Anthony remarquent plusieurs individus en train d’immerger un gros tonneau blanc dans l’eau du port. Persuadés que le récipient contient un cadavre, ils alertent la brigade fluviale. Au petit matin, ses plongeurs repêchent, non pas le baril blanc, mais une poubelle rouillée qui, surprise, contient un squelette tenant entre les dents un écusson de la police de New York. Il s’agit de Jinx Mulgrew, un flic disparu dix ans plus tôt, la veille de sa comparution devant une commission spéciale pour corruption et complicité avec le milieu.

Mon avis :

L’action se passe en 1983 et cela se voit. L’écologie ? On repassera ! Jeter ses déchets dans le fleuve est normal, y compris pour les policiers. Les femmes dans la police ? Euh… Vous voulez parler des femmes des policiers, soutien moral indispensable à leur policier de mari. Les indics ? Connus et reconnus, listés pour ainsi dire, comme des membres à part entière du système judiciaire américain – nous sommes quinze ans avant les Experts et New York Police criminelle. Nous sommes cependant quatre ans avant la sortie de la série télévisée Un flic dans la mafia, qui a obtenu, si mes souvenirs sont exacts, un assez grand succès.

Il est en effet question d’un temps que les moins de trente ans ne connaissent qu’à travers des films plutôt que des romans policiers, un temps où l’on cherchait à démanteler la mafia. Un temps, aussi, où l’on avait beau être américain, l’on était avant tout d’origine italienne ou d’origine irlandaise, comme Joe et Anthony. Oui, cela avait autant d’importance que la couleur de peau ou la religion – même si je n’ai pas vraiment l’impression que beaucoup de policiers soient afro-américain à cette époque. Un temps où l’on se mettait en planque, sous les indications d’un indic pour trouver des preuves, et où l’on pouvait trouver tout autre chose.

C’est le premier roman de la série, pourtant le dénouement semble indiquer la fin d’une époque, la fin du duo Ryan/Grégory à cause de ce qu’ils ont découvert, pendant l’enquête en cours. Joe n’est, dans ce volume, pas le même que dans le troisième – et je trouve que cela manque de cohérence, parce que j’aurai aimé qu’il garde la sensibilité, pas énorme, certes, mais existante, qu’il a dans ce volume. Pour l’auteur, l’évolution de ses personnages est peut-être évidente, elle ne l’est pas pour moi, maintenant que je clôture la lecture de cette série par le tome 1. Certains faits sont particulièrement marquants, pourtant il m’a vraiment manqué beaucoup de choses pour que j’apprécie pleinement ce roman – c’est simple : je ne me suis pas attachée aux personnages, pas même aux victimes, et c’est tout de même très ennuyeux.