Archive | 7 octobre 2019

Tous pour elle de Laurent Malot

Présentation de l’éditeur :

Clémence est une femme moderne, drôle et pétillante, mais elle ne croit plus au romantisme depuis que sa vie amoureuse est au point mort.
Jusqu’à ce qu’une rencontre inattendue lui offre le pouvoir de séduire qui elle veut, à condition de trouver l’homme de sa vie avant d’avoir trente ans. Si elle n’y croit pas au début, force est de constater qu’elle attire les regards. Et même plus. Mais si l’open-bar de l’amour lui semble promis, les difficultés ne font que commencer.
Elle a trois semaines pour trouver l’homme de sa vie.

Merci à Netgalley et aux éditions French pulp pour ce partenariat.

Mon avis :

Il n’y a pas que les polars dans la vie, il y a la romance contemporaine aussi. Non, je ne dis pas cela pour moi, enfin, pas uniquement, je dis cela pour l’auteur, qui passe du polar à la romance sans souci.
La vie sentimentale de Clémence est un désert, le vide, le néant. Certes, elle a des amis, mais ce sont des amis, justement, et l’on ne construit pas une vie, on ne fait pas un enfant avec l’unique ami, marié qui plus est, que l’on a. Les deux soeurs de Clémence ont moins de soucis, et pourtant, elles aussi, dix ans plus tôt, on été abandonnées par leur père. Certes, elles étaient quasiment adultes, mais un père qui vous laisse là, et ne vous donne pas de nouvelles, cela laisse des traces – dix ans de psychanalyse pour Clémence, et pas l’ombre d’une amélioration pour sa vie amoureuse.
Alors survient un élément perturbateur (oui, c’est bien, parfois, le vocabulaire de l’analyse littéraire. Ou plutôt, un élément salvateur, une fée, nommée Morgane, prénom typique des fées, qui offre à Clémence trois semaines de pouvoirs de séduction illimitée, trois semaines pour trouver l’homme de sa vie. Si elle n’y parvient pas, elle sera condamnée à rester seule jusqu’à la fin des temps. Oui, cela ressemble bien à un conte de fées, avec quelques épines quand même, et beaucoup de modernité.
En effet, les princesses ne sautent pas sur tout ce qui bougent, ou presque. Clémence rattrape presque tout le temps perdu, tout ce temps passé seul, et s’en donne à coeur joie. Cependant, le réveil peut être dur, et bien avant la date prévue – qu’est-ce que la séduction si l’on ne peut rien construire avec la personne qui partage son lit ? Que faire aussi, si l’on s’éloigne de ses amis, de ses proches, dans le but unique de séduire, et de quitter son univers. Après tout, n’ont-ils pas toujours été tous là pour elle ?
Tous pour elle est un roman mené tambour battant, enlevé, ébouriffant, nous amenant aussi à nous questionner sur ce que l’on veut vraiment dans la vie.