Les fleurs sauvages d’Holly Ringland

Présentation de l’éditeur :

Lorsqu’une tragédie change à jamais sa vie, la jeune Alice Hart, âgée de neuf ans, part vivre chez sa grand-mère qu’elle ne connaît pas. Quittant le bord de l’océan où elle a grandi, elle trouve refuge dans la ferme horticole de June, où celle-ci cultive des fleurs sauvages d’Australie. Au fil du temps, Alice oublie les démons du passé et apprend à perpétuer la tradition familiale en utilisant le langage des fleurs pour remplacer les mots lorsqu’ils se font trop douloureux. Mais l’histoire des Hart est hantée par de nombreux secrets que June cache à sa petite-fille. Une sorte de fatalité semble accabler les femmes de leur famille, aussi June préfère-t-elle tenir Alice à l’abri de la vérité, quitte à la tenir à distance de l’amour. Une fois adulte, révoltée par ce silence et trahie par celles qui lui sont le plus chères, Alice se rend compte qu’il y a des histoires que les fleurs seules ne peuvent raconter. Si elle veut être libre, elle doit partir et inventer l’histoire la plus importante de toutes : la sienne…

Merci aux éditions Fayard/Mazarine et à Netgalley pour ce partenariat.

Mon avis : 

J’ai failli ne pas rédiger cet avis, mais l’honnêteté me pousse à le faire : recevoir un partenariat, lire le livre, et ne pas rédiger l’avais me paraîtrait un peu trop facile. La version courte de cet avis est que je n’ai pas aimé, alors que tout le monde a aimé, voire a eu un coup de coeur pour ce roman. Ce ne fut pas mon cas.

Certes, les points positifs sont nombreux : le livre est bien écrit, bien construit, bien traduit. Un trio gagnant. Sauf que je n’ai pas été touchée par l’intrigue, au-delà de la première partie, celle qui nous montre Alice, enfant, orpheline. C’est un livre bien écrit qui finalement, parle peu. Oui, le langage des fleurs est présent. Oui, June, la grand-mère d’Alice, est la gardienne des traditions familiales et aime profondément sa petite-fille. A sa manière. Parce qu’elle ne va pas tenir les promesses qu’elle lui a faites, celles de lui parler, enfin, quand Alice  parlera à nouveau. Elle écrit à la place, pour le jour où le courage sera là. Oui, June aime Alice, et fait tout pour la protéger, quitte à prendre des décisions « pour son bien » qui changent définitivement le cour de sa vie, et pas seulement la sienne. June, Alice : comme June n’a jamais parlé réellement à Alice, plus tard, Alice sera incapable de lui parler à nouveau.

Dans ce roman, les femmes sont omniprésentes. Des mères en souffrance. Des femmes maltraitées. Les hommes ? Ils sont violents, maltraitants, ou bien sont relégués bien malgré eux au second plan. Oui, les femmes sont solidaires, mais, quand elles transmettent à leur fille, fille biologique ou fille de coeur, leur savoir-faire, elles échouent, à mes yeux, à lui transmettre de quoi se défendre, de quoi avoir suffisamment confiance en elles pour savoir que le problème de la violence conjugale ne vient pas d’elles.

Il est aussi question, un peu, des aborigènes, comme un contre-champ. Il est questions des femmes aborigènes, de ce qu’elles ont subi, ou, pour la jeune génération, de la culture qu’elles tentent de préserver malgré tout. Rien n’est facile.

Peut-être le dénouement du livre marque-t-il enfin une sérénité, un apaisement possible : pour que les choses avancent, il faut que les femmes osent enfin parler.

 

8 réflexions sur “Les fleurs sauvages d’Holly Ringland

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.