La lettre froissée d’Alice Quinn


Présentation de l’éditeur :
Cannes, printemps 1884
Plus rien ne semble devoir sourire à Miss Gabriella Fletcher : l’aristocrate britannique, déjà déclassée en raison de sa ruine et de ses préférences amoureuses, vient de perdre son emploi en même temps que son amante, et son avenir s’annonce bien sombre. C’est alors qu’elle tombe sur une petite annonce qui pourrait bien devenir sa planche de salut… La voilà gouvernante de Filomena Giglio, dite « Lola » : sa villa « Les Pavots » est dans un état déplorable et ses mœurs sont pour le moins dissolues, mais cette patronne hors du commun n’est pas pour déplaire à Miss Fletcher, loin de là.

Mon avis :

Savez-vous ce qui m’ennuie, en commençant l’écriture de cet avis ? C’est que j’imagine une armée de puristes, de personnes coincées, qui passeront à côté de ce livre parce que l’héroïne est lesbienne, et sa patronne une fille de joie. Oui, ce sont des choses qui arrivent, malencontreusement, non que l’héroïne soit lesbienne, mais que les lecteurs soient coincés.
Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié cette enquête, dans laquelle la légèreté côtoie la noirceur. Etre légère, drôle, paraître bien plus naïve que l’on ne l’est est aussi une manière de survivre dans un monde dur, impitoyable pour celles et ceux qui ne sont pas nés du bon côté des choses, ou qui n’ont pas voulu rentrer dans les conventions de leur milieu. Comment survivre aussi, quand on est entouré de pleutres ou de personnes sures de leur bon droit – les deux allant souvent ensemble.
Miss Gabriella Fletcher est une personne bien née, qui maîtrise les codes de la bonne société, elle apporte donc son aide à Lola qui elle, maitrise un tout autre domaine. Elles échouent toutes deux, cependant, à venir en aide à Clara, qui avait choisi une tout autre voie que celle de son amie d’enfance Lola. Le travail acharné, l’aide à sa mère et à ses petits frères ne l’ont pas empêché de se faire assassiner. Qui, pourquoi ? Il faudra beaucoup d’efforts, de finesses, de persévérances pour résoudre cette enquête que peu de personnes souhaitent voir aboutir. Surtout, Gabriella et Lola, aidées par Maupassant (il est parfois besoin, surtout à cette époque, d’avoir un homme à ses côtés), enquêtent sur une autre affaire, qui passe encore plus inaperçue : qui se soucient du sort d’orphelines, exploitées par ceux qui sont censés prendre soin d’eux. Pour moi qui m’intéresse à ce sujet (voir ce qui se passait pas très loin du lieu où j’habite, à la même époque), je ne suis pas ravie de ce qu se passait, je suis ravie que quelqu’un en parle.
Ma critique est un peu courte ? Qu’à cela ne tienne, ce n’est pas lire ma critique qui compte, c’est lire le livre !

Publicités

12 réflexions sur “La lettre froissée d’Alice Quinn

  1. Pingback: La lettre froissée, un grand merci aux blogueurs... - Alice Quinn

  2. Pingback: Challenge Petit Bac 2018 : 1ère grille! – Enna lit, Enna Vit!

  3. Pingback: Mon bilan du challenge polar et thriller 2017/2018 | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.