Archive | 14 janvier 2018

Une vie au zoo de Saku Yamaura

Présentation de l’éditeur :

Haruko est soigneuse au zoo Hidamari, un établissement qui rencontre des difficultés financières. Elle est enthousiaste mais sa maladresse lui attire les foudres du directeur, qui lui confie les animaux les plus compliqués.

Mon avis : 

Tout d’abord, je voudrais dire à quel point je sais gré à la mangaka d’avoir indiqué à la fin du manga une bibliographie. Oui, écrire sur les zoos nécessite une documentation, et il est intéressant d’avoir des pistes pour compléter sa lecture.
Haruko avait un rêve : devenir soigneuse. Elle découvre ce que nous, de notre point de vue de visiteur, nous feignions d’ignorer : un zoo est une entreprise comme une autre, les animaux ont intérêt à rapporter. Veuillez être gentils, vous laisser voir, nourrir par les visiteurs, obéir quoiqu’il arrive. Agrandir les enclos ? L’argent manque. Conserver les trois girafes ? Priorité à l’économie, et si la mère ne peut nourrir son girafon, et bien, elle sera renvoyée d’où elle vient – le prêt d’un zoo à l’autre sous couvert de reproduction n’a rien de glamour.
Haruko est un peu miss catastrophe. Elle est pleine de bonne volonté, elle pense d’abord aux animaux plutôt qu’à la logique commerciale, cependant elle ne maîtrise pas encore tout à fait l’art de s’occuper d’eux. Comme s’il était facile de passer du lion à l’éléphante neurasthénique, en passant par l’hippopotame dont la peau n’est pas adaptée au climat et dont il faut prendre un soin particulier. Je vous passe sous silence d’autres détails moins ragoutants.
Le directeur a-t-il vraiment envie de diriger ce zoo ? Pas vraiment, il s’agissait de la passion de son père, non de la sienne. Il ne semble pas déborder d’envie de garder Haruko, à qui il donne toujours de nouveaux défis, tous très difficiles à accomplir. Et même si Haruko a un don, même si elle a la meilleure volonté du monde, le stress n’est bon pour personne.

La fin du tome 1 montre des pistes narratives très alléchantes, et me donne envie de me procurer le tome 2.

Publicités