Archive | 12 janvier 2018

Neverland de Timothée de Fombelle

Présentation de l’éditeur :

Neverland est l’histoire d’un voyage au pays perdu de l’enfance, celui que nous portons tous en nous. À la fois livre d’aventure et livre-mémoire, il ressuscite nos souvenirs enfouis.

Mon avis : 

Je n’avais pas lu Timothée de Fombelle depuis Tobie Lolness tomes 1 et 2, de gros bouquins. Je le découvre aujourd’hui avec un livre court mais intense que je qualifierai de roman poétique.
Le narrateur adulte part sur le chemin de son enfance, en sortant des brumes de doux souvenirs. Le périple n’est pourtant pas sans difficulté, il est difficile de retourner dans ce pays quand on l’a quitté. Ne cherchez pourtant pas de douleurs, ou de douloureux secrets. Ce sont des souvenirs tendres, heureux, essentiellement basés sur les sensations qui nous sont racontés ici. Ce sont essentiellement des souvenirs familiaux – les grands-parents y tiennent une place importante, les parents et la fratrie aussi. J’ai moins eu l’impression de rencontrer les amis du narrateur.
Le livre est court, cela ne change rien au plaisir de lecture ressenti. Je pense que tous ceux qui ont aimé l’atmosphère qui se dégageait du Grand Meaulnes aimeront ce livre.

 

Publicités

Que ne ferait pas un grand frère pour sa petite soeur ?

Geneviève aimait une chanson, Fleur de Seine, que lui avait chanté son grand frère Clovis alors qu’il était venu en permission chez ses parents.

Il avait dû repartir, mais lui avait promis de lui envoyer les paroles.

Alors qu’il écrit à ses parents pour les rassurer (oui, il est bien rentré dans son régiment à Versailles) le 3 mars 1908, il précise, sur le côté, qu’il a mis au dos de la lettre les paroles  :

Plus que 198 demain matin, précise-t-il dans la lettre et il rentrerait. Etait-ce vraiment urgent d’envoyer les paroles de cette chanson à sa soeur ? Je ne sais pas. Mais que ne ferait-on pas pour sa petite soeur ?

Petite précision : Geneviève est mon arrière-grand-mère maternelle, donc Clovis est mon arrière-grand-oncle. Elle avait 20 ans et lui 23 en 1908.