Un cri sous la glace

Présentation de l’éditeur :

Emma, jeune Suédoise, cache un secret : Jesper, le grand patron qui dirige l’empire dans lequel elle travaille, lui a demandé sa main. Il ne veut cependant pas qu’elle ébruite la nouvelle.
Deux mois plus tard, Jesper disparait sans laisser de traces et l’on retrouve dans sa superbe maison le cadavre d’une femme, la tête tranchée, que personne ne parvient à identifier.
Peter, policier émérite, et Hanne, profileuse de talent, sont mis en tandem pour enquêter. Seul hic, ils ne se sont pas reparlés depuis leur rupture amoureuse dix ans plus tôt. Et Hanne a aussi un secret : elle vient d’apprendre que ses jours sont comptés.

Mon avis :

Autant vous le dire tout de suite, j’ai eu un peu de mal avec ce roman, qui est un peu long à démarrer. Il faut dire que trois voix s’entrecroisent, Peter et Hanne, les enquêteurs, et Emma. Celle-ci est toute jeune, et elle cache un secret : le grand patron de sa société lui a demandé sa main. Par contre, pour l’instant, il veut encore garder leur histoire secrète, il a quelques petits soucis, une toute petite enquête sur le dos, des pratiques pas très honnêtes, bref, ce n’est pas vraiment Cendrillon et le prince charmant, cela ne s’en approche même pas. Pendant qu’ils vivent ce qui pourraient presque être une non-histoire d’amour, le cadavre d’une femme décapitée est retrouvé dans la maison de Jesper.  Si la situation n’était tragique pour la victime, je dirai que Jesper n’en est pas à une enquête près. En parfait patron, il a d’ailleurs soigneusement muselé ses gentils employés : ne parlez pas aux journalistes !

Le livre nous offre un duo d’enquêteurs différents – heureusement, ai-je envie de dire, même si Hanne et Peter sont vraiment hors-normes. Il est inutile dans leur cas de se demander s’ils vont céder à une quelconque attirance, c’est déjà fait depuis dix ans. Chacun a un parcours de vie, disons-le, chaotique, des failles qui sont carrément des gouffres, des problèmes assez graves, pour ne pas dire très graves. Et pourtant, ils vont enquêter, dans une situation pas vraiment facile.

Alors… il faut vraiment prendre le temps de se laisser porter par cette intrigue, étonnante, par la narration qui épouse parfaitement le point de vue des trois protagonistes. Non, parce que, la jeune fiancée, Emma, est vraiment très particulière. Ce n’est pas seulement son présent qui nous interroge – comment elle, simple vendeuse, peut-elle accepter de prêter de l’argent à son richissime fiancé pour couvrir un travail au noir et faire que Jesper n’ait pas à se fatiguer à aller à la banque ? Elle est amoureuse, certes, elle est aussi un peu naïve. La cause (les causes ?) en est à chercher dans son enfance, entre deux parents pas vraiment en harmonie, pour ne pas dire inadaptés à la vie de couple, à la parentalité, au monde qui les entoure. Emma est seule, terriblement, sans famille, sans amis, sans même quelqu’un qui se rapproche d’une copine. S’il faut vraiment faire un rapprochement entre elle et les enquêteurs, il faudrait parler de leur solitude, ou leur isolement, cela dépend du point de vue – le leur, celui des personnes qui les entourent.

En bref, un polar intéressant, mais je me demande si je lirai les deux enquêtes suivantes de cette auteure.

Publicités

4 réflexions sur “Un cri sous la glace

  1. Pingback: Le mois du polar 2019, c’est ici | deslivresetsharon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.