Archive | 19 février 2019

Le crime de Rouletabille de Gaston Leroux

Mon avis :

Rouletabille est un héros connu – logiquement. Le mystère de la chambre jaune, le parfum de la dame en noir sont des classiques. Mais qu’en est-il des enquêtes suivantes ? Et bien, le plus souvent, elles sont tombées dans l’oubli, ou plutôt dans le domaine public, et c’est ainsi que j’ai pu lire Le crime de Rouletabille, sa septième aventure.

Dans celle-ci, nous retrouvons aussi Sainclair, le narrateur de ses deux premières aventures, rudement éprouvés. Il avait épousé une jeune fille pure et innocente. Il a été dupé, trompé, il est aujourd’hui divorcé et a du mal à s’en remettre. Bref, il n’a plus vraiment confiance en la gente féminine. Son ami Rouletabille, lui, est marié à la belle et fidèle Ivana. Sauf que :
– Ivana est l’assistante d’un scientifique spécialisé dans la tuberculose aviaire :
– le scientifique ne peut pas s’empêcher de tenter de séduire toute jeune femme qui lui plait.
Ivana se prête au jeu de la séduction, mais Rouletabille est au courant, il sait que c’est parfaitement innocent et que Ivana ne fait cela que pour le bien de la science.

Si vous ajoutez à cela que le scientifique est marié, et que sa femme a toujours fermé les yeux sur les infidélités qu’elle connaît pourtant, vous comprendrez qu’il y a quelque chose qui ne va vraiment pas, et c’est ce que pointe Gaston Leroux dans ce roman, bien plus moderne qu’il n’y paraît – il date de 1922. Oui, Thérèse Boulenger est un ange, qui est prête à tout par amour pour son mari, par amour pour la science, rien ne doit détourner son mari de son objectif, surtout pas… Non, pas Ivana, la tendre épouse de Rouletabille, mais Theodora, flamboyante maîtresse de Boulenger, avec laquelle il a rompu parce qu’elle devenait trop dangereuse pour sa santé. Théodora est un être flamboyant, je l’ai déjà dit, plus profonde qu’elle n’en a l’air au début du roman, en tout cas, elle m’a tout de suite été sympathique, parce qu’elle n’est pas hypocrite du tout. Oui, elle a des amants, oui elle est entretenue, et alors ? Elle ne prétend pas être ce qu’elle n’est pas, elle ne force personne à être son amant, et elle a probablement un rôle à jouer plus important qu’on ne le pense.

Non parce que Thérèse Boulenger…. Elle représente tout ce que l’on demande à une bonne épouse : se taire, se dévouer, se sacrifier, être irréprochable aux yeux du monde. Elle va même plus loin (trop loin ?) puisqu’elle « choisit » la jeune femme qui devra tempérer, chastement, les ardeurs amoureuses de son époux bien-aimé. Elle n’est pas sans rappeler certaines femmes qui ont bel et bien existé – je pense à l’impératrice Sissi, qui aurait pris soin que la maîtresse de l’empereur soit à ses côtés après la mort de l’archiduc Rodolphe. Thérèse Boulenger aurait probablement été saluée comme un modèle d’amour conjugal, elle l’est sans doute, encore, aux yeux de certaines femmes qui pensent que leur rôle est de se sacrifier entièrement au profit de leur mari, de le mettre en valeur (j’ai lu un roman sur le sujet il y a cinq/six ans, le titre m’échappe). Ce n’est pas le cas pour moi, qui ai un certain recul face à cette femme que tous ou presque voient comme un ange – mais vivre avec un ange, parfois, c’est insupportable parce qu’un ange, c’est immatériel. Recul, oui, tant elle codifie chaque chose, chaque fait qu’Ivana doit accepter du scientifique, Ivana qui est mariée et qui ne cache rien à Joseph Rouletabille, ni à madame Boulenger – ce qu’elle accepte de faire est à ce prix.

Je vous ai déjà dit, un jour, que l’enfer est pavé de bonnes intentions ? Et bien c’est le cas, puisqu’un premier drame survient, très vite étouffé. La raison d’état ! Puis, le coupable pas vraiment présumé est mort, la victime est presque vivante, alors n’allons pas plus loin. Une bonne intention de plus conduit à un drame bien plus définitif, qui verra notre cher Rouletabille emprisonné, et Sainclair, son ami, contraint d’assurer sa défense. Ce n’est pas facile, parce que Sainclair est sans doute le seul à croire en l’innocence de Rouletabille, veuf à peine marié – et à l’époque, l’on reprocha à Gaston Leroux d’avoir fait disparaître madame Rouletabille si rapidement.

Rien n’est impossible au reporter, qui a plus d’ami fidèle que le lecteur ne le pense, des amis près à l’aider, à rechercher ce que la police n’a pas vu ou n’a pas voulu voir. Le roman se termine par un grand classique : la scène du procès, dans lequel des vérités bonnes à dire seront assénées. La jalousie n’est jamais bonne conseillère, il est des personnes qui savent ne pas y céder, même s’ils la ressentent (Rouletabille), il en est d’autres qui s’y abandonnent. Gaston Leroux, dans cet ouvrage qui est plus qu’un roman policier, l’a finement analysé.