Archive | 22 février 2019

Coin perdu pour mourir de Wessel Ebersohn

Présentation de l’éditeur :

Le fils d’un politicien important meurt après avoir mangé des champignons vénéneux. Un domestique noir, qui a manifestement perdu la raison, est inculpé. Mais Yudel Gordon, le psychiatre de la prison, refuse cette version des évènements. Pour prouver l’innocence du simple d’esprit, il se rend dans une ville reculée de province afin d’interroger des parents et des amis de la victime, ainsi que la presse locale. Il doit alors faire face à un milieu hostile, effrayant, meurtrier.
Longtemps interdit en Afrique du Sud, Coin perdu pour mourir a pour héros Yudel Gordon, un psychiatre attaché à l’autorité judiciaire, découvert dans « La nuit divisée » et retrouvé dans « Le cercle fermé ».

Précision : c’est grâce à Belette, the cannibal lecteur que j’ai découvert cet auteur.

Mon avis :

Nous sommes au moyen âge. Nous voyons des seigneurs fouettés leur serfs. Ah, pardon, je me suis trompée. Nous sommes aux Etats-Unis, nous voyons de riches propriétaires terriens battre leurs esclaves. Nouvelle erreur : nous sommes en Afrique du Sud, dans les années 70 finissantes, et les blancs ont le droit de fouetter leurs employés si c’est mérité. Il est toujours bon de se rappeler certains faits qui ont eu lieu pas si loin de nous, dans le temps et dans l’espace.

Un crime a été commis. Le fils d’un riche propriétaire terrien, homme politique en vue, a été empoisonné, l’un des domestique, noir, estampillé « fou » depuis longtemps, a été arrêté et déclaré coupable. Un expert est nommé pour déterminer s’il est vraiment fou. Il s’agit de Yudel Gordon, psy et juif. Là, c’était la version officieuse de son rôle. La version officieuse, c’est qu’il doit trouver qui a vraiment tué Marthinus junior. Personne ne pense que le domestique simple d’esprit ait pu préméditer son crime – et il en faut, de la préméditation, pour cuisiner des champignons empoisonnés. Et si ses investigations permettent en plus de trouver le petit groupe qui a commis quelques exactions contre une communauté religieuse, ce serait encore mieux – et encore plus dangereux.

En effet, le danger est partout, absolument. Ce n’est pas que Yudel ne peut compter sur personne, c’est qu’il sait que ceux qui l’aident courent autant de risque que lui. Au gré de ses déplacements, il est si facile de subir une agression, surtout avec des policiers assez acquis au patriarcat. Cela n’a pas que des désavantages, quand on sait, comme Yudel, s’en servir quand c’est possible :

Quand on vivait, comme eux, dans une société patriarcale, quand on y avait grandi, on écoutait la voix de l’ordre établi, on emboîtait le pas au membre du Parlement, au dignitaire de l’Église, à son officier supérieur ou au premier venu installé une marche plus haut sur l’échelle sociale.
On ne remettait jamais en question le point de vue de ceux du dessus, et on n’oubliait jamais sa place dans la hiérarchie.

Puis, il y a agression et agression. Il y a toujours, d’ailleurs, pas besoin de se rendre dans l’Afrique du Sud des années 70 pour savoir que les moines auraient dû aller « ailleurs », plutôt qu’ici, et que tout se serait bien passé pour eux. De même, après sa mort, tout le monde encense le jeune Marthinus – les domestiques n’ont pas le choix. Ils ont bien vu ce qu’ils ont vu, ils ont, pour certains, subi ce qu’ils ont subi, ils savent qu’ils ne peuvent rien y faire. Qui écouterait leur plainte ? Marthinus père est un membre très représentatif de la société patriarcale, qui ne voit ses enfants que pour leur dire tout ce qu’il a fait pour eux, tous les sacrifices qu’il a accomplis, à quel point son fils l’a déçu. Oui, les deux enfants n’ont manqué de rien matériellement, ils n’ont jamais reçu d’affection. Yudel est bien le seul à analyser et à comprendre comment les deux enfants, adultes, sont devenus ce qu’ils sont, comment le père se voile la face sur ce qu’il a fait – après tout, être loin de son foyer pour assurer la sécurité matérielle de sa progéniture grâce à sa carrière, est le meilleur moyen d’éviter de s’occuper personnellement de ses enfants. Oh, oui, il a demandé à son frère de s’occuper d’eux – il a permis à son neveu de développer un racisme et un sadisme décomplexés. Que vaut la vie d’un homme ? Ça dépend.

Qu’il soit juif faisait de lui une créature à part – pas un homme, mais un juif. Tuer un Afrikaner était un crime. Tuer un Juif, rien de plus qu’un vulgaire homicide. Mais N’Kosana était noir. Le tuer ne correspondrait à aucun crime défini.

Yudel ne sera pas ménagé au cours de cette enquête, y compris au moment du dénouement. Qui a dit que le boulot de psy était facile ?