Archive | 7 février 2019

Mon ombre assassine d’Estelle Tharreau

Présentation de l’éditeur:
En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.
Celle d’une enfant ignorée, seule avec ses peurs. Celle d’une femme manipulatrice et cynique.
Celle d’une tueuse en série froide et méthodique. Un être polymorphe.
Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir.Une ombre. Une ombre assassine.

Mon avis :
Tout d’abord, je tiens à remercier Joël des éditions Taurnada pour ce partenariat très apprécié.
Quel livre ! Et quelle claque !
D’habitude, j’apprécie peu les récits dans lesquels les tueurs présumés racontent leur vie, parce que, trop souvent, elle n’est que banalité, stéréotype, et leurs voix me donnent une envie irrésistible de sauter ces chapitres. Ici, ce n’est pas du tout le cas : la voix de Nadège est prenante, hors-norme, et son récit, pour insupportable qu’il soit, nous donne envie de poursuivre la lecture.
Elle ne se cherche pas d’excuses. Elle n’en veut pas. Elle nous montre une vie des plus ordinaires en apparence, ou plutôt une vie solitaire, transparente, où tout est fait pour n’attirer l’attention de personne. Surtout pas.
Ce qu’elle nous montre, ce n’est pas seulement des crimes qui sont ignorés de la justice. C’est une jeunesse qui est passée totalement inaperçue aux yeux de l’éducation nationale et des services sociaux. Débordés ? Non, pas vraiment, indifférents plutôt. Nadège grandit donc, et se construit, pas seulement une carapace pour se protéger, non, ce n’est pas cela, elle s’adapte à ce que les autres perçoivent d’elle – invisible, sans sentiment, sans reproche, sans paroles, sans désir aussi, parce que cela arrange bien tout ceux qui l’entourent.
Nadège est un personnage comme je les aime, un de ses beaux méchants richement construits, qui vont jusqu’au bout des choses, et tant pis si cela dérange le gentil lecteur. Nadège pense à tout, y compris à l’après – surtout à l’après – parce qu’elle a un privilège par rapport à d’autres tueurs : être proche de ceux qu’elle fait souffrir. Oui, cette tueuse ordinaire, cette tueuse du quotidien, loin des tueurs en série spectaculaire et sanguinaire, est bien plus inquiétante que ses confrères. Parce qu’elle est une femme ? Pas seulement. Pas qu’elle inspire la confiance, et parce qu’elle sait résister à ses pulsions – nous sommes loin des tueurs de série télévisée qui assassinent une fois par semaine.
Mon ombre assassine est un roman fascinant, dont on aimerait bien ne jamais croiser l’héroïne dans la vie réelle.
Publicités