Dans l’ombre du loup d’Olivier Merle

Présentation de l’éditeur :

A Rennes, l’officier de police Hubert Grimm affronte une affaire obsédante : un notable, M. Kerdegat, personnage désagréable et méprisant, reçoit coups de téléphone et lettres anonymes. Il y a aussi cet homme en scooter qui semble traquer les moindres faits et gestes du chef d’entreprise.
Jusqu’au jour où l’employée de maison des Kerdegat tombe, devant la demeure familiale, sur un corps découpé en
morceaux. La tête du cadavre est introuvable…
Cette fois, l’enquête prend un tour terrifiant. Hubert Grimm découvre les ramifications de ce qui n’était, au départ, qu’une sale histoire de corbeau : un club sadomasochiste, des messages codés, des mises en scène morbides. Et une famille décimée.
Parfois, une seule affaire peut terrifier une ville entière.

Merci aux éditions Xo et à Netgalley pour ce partenariat.

Mon avis :

Voici un policier atypique. Je parle d’abord du commandant Hubert Grimm – un nom de famille de contes de fée (elle était facile, je l’ai faite, ne me remerciez pas). A une lettre près, cela donne aussi « crime », et certains ne se privent pas pour commettre le lapsus. Il a une vie sentimentale qui l’a forcé à quitter son précédent poste pour Rennes – huit cents kilomètres, parfois, ce n’est pas suffisant. Il est aussi, et c’est à ma connaissance le premier policier que je lis ainsi, obsédé par le réchauffement climatique, au point de ne lire que des livres qui parlent de catastrophes écologiques. Il est toujours, constamment, éminemment pessimiste. Cependant, il est obligé de consulter une psy, à la suite, justement, de ce qui l’a forcé à quitter Montpellier. Le lecteur saura beaucoup de choses sur lui, personnelles, intimes, bien plus que ses propres hommes, qui doivent faire avec ses sautes d’humeurs. Il n’empêche : Hubert Grimm aime enquêter, et ne se sent véritablement bien qu’en plein coeur d’une enquête.
Celle qu’on lui confie de prime abord n’a pourtant pas de quoi être réjouissante. Elle est même plutôt du genre à faire rentrer dans les rangs. On envoie des lettres anonymes à un notable. Le but ? Trouver l’auteur en faisant le moins de vague possible. Ne faire que ce qui est nécessaire et faire cesser ces importunités. cela le gène aux entournures, Grimm, de ne pas avoir les coudées franches. Va-t-il prendre quelques libertés ? Oui, tout en restant dans le cadre de ce qu’aurait pu être l’enquête si Yann Kergedat n’était pas un notable dont il ne fallait pas déranger la vie privée. Elle se retrouvera bien dérangée toute seule quand un corps découpé en morceaux est livré devant chez lui.
C’est fou ce qu’être un homme connu peut entraver le cours d’une enquête. Pas de vague est le mot d’ordres, le mensonge aussi, et, au cours de l’enquête, la ténacité des enquêteurs, leur sens de l’observation les aideront énormément. Les enquêteurs de Grimm ne comptent pas leurs heures, sacrifiant parfois leur vie privée, comme Ermeline, la seule femme du groupe.
Dans l’ombre du loup est un polar très prenant. J’ai vraiment eu envie de progresser le plus possible dans la lecture pour connaître les développements de l’enquête, pour suivre les différents rebondissements. La justice prend cher parfois, au sens large du terme. Comme le dit l’un des personnages les plus singuliers de ce récit, ce n’est pas la vérité qu’ont cherché les policiers, mais un coupable, s’arrêtant à la première personne qui remplissait toutes les conditions requises. Grimm, finalement, n’a fait que respecter les procédures – et de voir à quel point elles peuvent être lourdes, et retarder certains actes. A force de voir, de lire des enquêtes où les policiers-têtes brûlées se moquent des procédures à suivre, on en vient à oublier qu’elles existent, et qu’elles ont aussi une raison d’être.
Je me suis questionnée aussi sur le thème de la paternité, de la famille qui sous-tend le roman. Pourquoi a-t-on des enfants ? Comment les accueille-t-on, les élève-t-on ? Je ne parle pas seulement des interrogations de Grimm sur l’avenir de la planète (quoique), je parle aussi du fait de préparer ses enfants à l’avenir – et de ce que certains appellent les protéger.
Alors oui, j’ai aimé ce livre, même si certaines scènes m’ont déplu, c’est ainsi. Cependant, il est suffisamment de personnages attachants, étonnants dans cette œuvre pour que les quelques scènes que j’ai peu appréciées soient un détail secondaire.

9 réflexions sur “Dans l’ombre du loup d’Olivier Merle

  1. Pingback: Mois du polar 2021 | deslivresetsharon

  2. Pingback: Bilan du mois du polar 2021 | deslivresetsharon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.