Archive | 12 février 2021

Zombillénium, tome 5 : Vendredi noir d’Arthur de Pins

 

Présentation de l’éditeur :

Au lendemain du « Vendredi noir » à Zombillénium, les employés ont carte blanche pour dévorer les visiteurs, encouragés par la direction qui entend profiter de ces gains en nouvelles âmes. Pour contrecarrer les sinistres plans de Charlotte et Aurélien avec son réseau de résistance, Gretchen doit d’abord régler ses comptes avec son passé. Un avant-dernier tome rempli d’action et de révélations qui prépare l’apothéose finale de cette série culte.

Mon avis : 

Ce qui attire l’oeil en premier, c’est la couverture qui, tout comme le tome 1, montre Gretchen, non plus une Gretchen énigmatique, presque une célébrité cachée derrière ses lunettes noires, mais une Gretchen combattive, prête à en découdre, ne reculant devant rien. L’album est à l’avenant. Si je devais ne retenir qu’une planche, ce serait celle, magnifique, de l’évacuation du Vampire State Building. Il en est d’autres aussi, de tout aussi spectaculaire mais, pour ceux-ci, je vous laisse la surprise !
Ce tome cinq, c’est un combat entre deux clans. C’est Gretchen, que j’adore qui veut vraiment en finir une bonne fois pour toutes. Nous en découvrons ainsi un peu plus sur son enfance, et sur ses célèbres parents. Nous découvrons aussi une scolarité hors norme de Gretchen (faut-il s’en étonner ?) et des souvenirs de jeunesse aussi, d’un temps plus heureux. Combat, oui, et certains sont franchement spectaculaires, d’une lumineuse et parfaite fluidité.
Pardon ? Le sang coule parfois/souvent ? Les vampires et les zombies ne sont pas vraiment végétariens, Zombillénium n’est pas une bluette, et certaines scènes peuvent être d’un rouge infernal, d’un noir gothique. Irrespirable ? Parfois. L’on remonte aux origines du parc, l’on se retrouve face aux décisions qui ont été prises et dont les conséquences doivent être assumées. Quant au dénouement, il donne vraiment envie de découvrir le sixième et dernier tome de la série – parce qu’en rester là est impossible.
Merci aux éditions Dupuis et à Netgalley pour ce partenariat.