Archive | 20 février 2021

Les trois Brestoises – tome 4 : Avec le chat pour témoin de Paul Pouchairet

édition du Palémon – 320 pages

Présentation de l’éditeur :

La chef de la PJ de Brest, Léanne, est prête à tout pour faire innocenter sa meilleure amie, accusée d’avoir tué son amant. Quand le corps de Marc Chabot est découvert, les soupçons se portent sur sa maîtresse. Indices, témoignages, tout accuse Vanessa, bassiste du groupe Les Trois Brestoises.
La suspecte a beau être une psychologue respectée, quand la machine judiciaire se met en marche, elle ne fait pas de cadeaux…
Pour Léanne, la chef de la PJ de Brest, l’amitié n’est pas un vain mot. Quelle que soit la vérité, elle est bien décidée à sortir Vanessa de prison. Et pour y arriver, tous les moyens seront bons !

Mon avis :

Ce quatrième tome débute en fait avec le dénouement du troisième, qui annonçait : Le meurtre remonte à seulement quelques heures. Il y a bien un témoin, le chat siamois. Jusqu’ici, il n’a rien dit. 

Le chat, personne n’en veut : ni la veuve de la victime, ni son beau-fils qui, de toute façon, ne semble pas très concerné par la mort du mari de sa mère. Oui, Vanessa, psy, ancienne militaire, ne savait pas que son amant était toujours marié – sur le papier, il ne vivait plus avec sa femme depuis fort longtemps. Si cela nous donne quelques données supplémentaires pour le crime, cela ne nous éclaire pas sur le devenir du félin. C’est Léanne qui le récupère, dans l’appartement qu’elle avait loué auprès de la (future) victime. Un de ses hommes lui donne les affaires de son défunt félin, ce qui permet à la chef de la PJ de Brest de voir venir (trouver un bac, de la litière en urgence, ce n’est pas que c’est compliqué, c’est que cela prend du temps à réunir et à installer). Cela lui donne aussi le temps d’enrager. Elle sait que Vanessa est innocente, mais elle ne peut pas enquêter, elle n’est pas chargée de l’enquête – même Elodie, la médecin légiste, se retrouve écartée, trop proche, selon certains, de Vanessa.

Que faire ? S’investir dans ses propres enquêtes d’une part – et Léanne ne manquera pas de travail. Déléguer, de l’autre. J’ai découvert dans ce tome Johanna, la jeune soeur de Léanne, policière elle aussi. Aussi brillante que son aînée, la dernière enquête à laquelle elle a participé l’a laissé grièvement blessée. Elle est dans un centre de rééducation, elle ne sait pas si elle parviendra à récupérer totalement, physiquement, moralement. Quoi de mieux que sa grande soeur pour lui remonter le moral en lui confiant une mission spéciale, qu’elle peut parfaitement effectuer, même avec ses béquilles ? Oui, enquêter c’est la vie quand on est enquêtrice.

Cette enquête nous emmène dans le passé de la victime – je persiste à dire que la clef d’un meurtre est très souvent dans le passé de celle-ci. Elle nous mène sur la trace de braqueurs qui ont agi des décennies plus tôt et nous montrera aussi ce qu’ils sont devenus.

Et que deviendront les trois Brestoises ? J’envisage de commencer le tome 5 très prochainement.