Ne te perds pas en chemin de Margaret Mizushima

Présentation de l’éditeur :

Agent de police dans l’unité cynophile de Denver, Mattie Cobb est appelée en urgence dans sa ville natale de Timber Creek : Adrienne Howard, la petite amie du shérif adjoint, a disparu. La jeune femme travaille dans le luxueux spa local, mais aussi dans les ranchs alentour, où elle prodigue des soins aux chevaux de course. Accompagnée de son fidèle berger allemand, Robo, Mattie peut compter sur l’aide de Cole Walker, un ami vétérinaire fraîchement divorcé. Mais l’enquête est plus périlleuse qu’elle n’y paraît et, en plongeant dans le passé d’Adrienne, Mattie réalise bientôt que ce sont ses propres démons qu’elle va devoir affronter. Les épaisses forêts enneigées du Colorado n’ont pas fini de livrer leurs secrets. Et le danger guette ceux qui s’aventurent trop près de la vérité…

Mon avis :

J’ai adoré cette lecture. Peut-être trouvera-t-on que mon avis manque de lucidité. Qu’importe ! Je revendique le droit d’aimer ce que je lis et de le dire.
Les premières pages sont tendues : Mattie et son chien Robo sont sur le terrain, et le danger est là. Puis, le soulagement : nous avons simplement assisté au dernier entrainement de Robo, qui est maintenant devenu officiellement chien policier. Cela n’a l’air de rien, mais ce qui ne semble qu’une répétition dans ce premier chapitre risque de devenir prochainement une action, une intervention bien réelle.

D’ailleurs, le répit n’est que de courte durée, quand Mattie retourne dans la petite communauté où elle vit, et où tout le monde se connaît : la petite amie du shériff a disparu. Mattie est bien la seule à ne pas croire à cette disparition, tous se sont immédiatement mobilisés – et Mattie devra bien se ranger, et bien trop vite, à l’avis général, à cause d’un coup de fil anonyme, et des découvertes qu’il a engendrées. Quelqu’un aurait-il été pris de remords, et si oui, qui ?

Ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est la relation entre Mattie et son chien. Oui, Robo est dressé, oui, il est doué, et surtout, il n’a jamais été maltraité, ce qui, par expérience canine, nuit gravement aux chiens et aux relations qu’il peut avoir avec les humains. C’est lui, véritablement, qui protège Mattie, non seulement des malfaiteurs, mais aussi de ce que la nature a de sauvages. Oui, les pumas sont sur leur territoire au Colorado – et pas seulement dans le Wyoming de Craig Johnson. Etre chien policier, c’est l’être constamment.

De l’autre côté, nous avons Cole Walker, vétérinaire de son état qui fait de son mieux avec ses deux filles. En effet, sa femme l’a quitté du jour au lendemain, mais surtout, elle ne donne aucune nouvelle à leurs deux filles, pourtant très attachées à leur mère. Je pense que cette histoire a dû (tout comme le meurtre de Grace) être développée dans le premier tome. Je note cependant que son attitude est fort étrange. Faut-il y voir la thématique moderne de ces femmes qui, à force d’être compagne et mère, ne se sentent plus femme  ? Ou cela cache-t-il une intrigue à venir ? Tout cela pour dire que Cole jongle entre ses obligations professionnelles – il fait très bien son métier – et l’éducation de ses filles. Il fait de son mieux, étant donné sa situation et son travail. Croyez-moi, faire de son mieux, tenir ses engagements, c’est véritablement important, ce roman pourrait presque en être une démonstration.

Et l’amour des animaux. Mattie tient à Robo. Cole fait de son mieux pour les animaux qu’il soigne – sans filtre. Adrienne, la victime, ne craignait pas non plus de dire ce qu’elle avait à dire, et cela lui fut fatal. Oui, je suis la première à dire que parler, c’est bien – et je salue le courage d’Adrienne, de Cole. Cependant, il faut réfléchir aussi avant de parler : ce que l’on va dire est-il bon pour la personne à qui on le dit ? Prenez le frère biologique de Mattie. Ah ! son charmant programme bien connu en douze étapes demande de se faire pardonner par les personnes que l’on a blessées, et de plus en plus d’œuvres montrent à quel point cette demande de pardon est finalement égoïste, puisqu’elle replonge la victime dans les affres douloureuses de ce qu’elle a vécues, de ce qu’elle a tenté d’oublier, voire de ce qu’elle a occulté. Les paroles, c’est bien, les actes, c’est mieux.

 

3 réflexions sur “Ne te perds pas en chemin de Margaret Mizushima

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.