Saturne de Serge Quadruppani

tous les livres sur Babelio.com

Présentation de l’éditeur :

Alors que tout semble paisible aux thermes de Saturne, lieu de repos préféré des Romains, un homme ouvre le feu et fait trois victimes et plusieurs blessés avant de s’enfuir. La commissaire Simona Tavianello est chargée de l’enquête et tandis que la piste terroriste d’Al-Qaeda est toute désignée, elle préfère se rapprocher de Cédric Rottheimer, un détective privé. En mission sur les lieux pour le compte d’un mari jaloux, il a filmé la femme infidèle qui fait partie des victimes. Les meurtres sont d’évidence l’œuvre d’un professionnel et la commissaire ne veut négliger aucune piste, d’autant que, au moment des faits, se déroule à Gênes le sommet du G8. Or les thermes de Saturne sont aussi soupçonnés d’être un lieu idéal pour le blanchiment de l’argent.

Mon avis :

Si vous êtes fan d’Andrea Camilleri et de son commissaire Montalbano, vous connaissez déjà Serge Quadruppini, qui est son traducteur officiel. J’ai aimé, d’ailleurs, qu’il rende hommage au « maitre » dans une discrète intertextualité entre les romans siciliens et cette intrigue, sur fond de mondialisation et de lutte contre la Mafia moribonde.

Tout commenaçit si bien pour nos protagoniste pourtant. Ils se rendaient en week-end à Saturnia – deux couples, l’un uni, l’autre illégitime et à deux doigts de la séparation, une famille qui sait qu’elle sera bientôt désunie à cause de la maladie du père. Ajoutez un détective, qui devait suivre le couple illégitime et recueillir des preuves. Une fusillade éclate, trois femmes meurent, une adolescente est dans le comas.

Dire que l’enquête s’annonce ardue, que de nombreux bâtons seront lancés dans les roues de la commissaire est vraiment vous dresser l’intrigue à grands traits. Le tueur est facilement identifié, là est sans doute le point fort du roman. Commanditaires et mobiles sont nettement moins faciles à cerner, même pour leur bras armé.

Quant aux proches des victimes, elles n’ont plus du tout confiance en la justice, qui ne semble pas tout mettre en oeuvre pour faire toute la lumière sur ses meurtres. Je ne vous parle pas de la commissaire Simona Tavianello, trop impliquée pour qu’on ne cherche pas à la mettre sur la touche. Elle-même ne paraît plus avoir d’illusion sur la justice, ou plutôt sur la possibilité de rendre la justice. Inquiétant ? Oui, bien sûr. Ce qui est intéressant, cependant, est son altruisme. Penser aux plus faibles, toujours – ne recueille-t-elle pas le chat et le lapin de son défunt ami assassiné ? Celui-ci avait presque reconstituer la troupe des musiciens de Brême, avec l’âne et le chien (ne manquait que le coq). Des animaux qui donnèrent plus de fil à retordre au tueur que de la police sur ses trousses.

Autre point qui m’a touché dans ce récit est l’absence de jugement moral : toutes les histoires d’amour méritent autant d’attention, ont la même valeur, qu’elles soient hétérosexuelles ou homosexuelles. Ni l’auteur, ni les personnages ne cherchent à quantifier les douleur de celles et ceux qui ont perdu leurs conjoints, homme ou femme. Le lecteur croisera ainsi des personnages remarquables, pour fort peu de temps malheureusement.

Carpe diem, en pensant aux personnes que vous aimez. Drôle de message pour un roman policier, et pourtant, n’est-ce pas ce que font tous les personnages survivants lors de l’épilogue ? Ils ont bien raison.

406858ABC2015thrillerpolicier101223565100142514.to_resize_150x3000

Publicités

6 réflexions sur “Saturne de Serge Quadruppani

  1. Ça va mal, moi, ce matin. Au lieu de lire « intertextualité » comme écrit, je lisais « interSexualité » qui n’a rien à voir et j’avais beau te relire, je voyais toujours mon mot et je ne comprenais pas le sens de la phrase. 😳 Bon, un café et ça ira mieux !! 😛

    À cause de ta belle chronique, j’ai noté le roman et je t’en veux pour cela !!! 😆

    • J’ai bien écrit intertextualité, je confirme…. d’autant plus que les personnages de ce roman sont presque sages, bien que leurs amours les sortent de la norme. Prends un bon café ! 😉
      Désolée…. J’aime beaucoup les romans de Quadruppini.

      • Mon esprit est mal tourné et il le restera… tu avais bien écrit, j’avais mal lu… enfin, nos cerveaux ne lisent pas, ils devinent les mots 😉

        J’ai pris plein de café, mais pas moyen, ait pas envie cette semaine ! 😛

        Je n’ai pour ma part pas encore lu Camilerri, mais j’en ai quelques uns dans ma PAL… 😉

  2. Pingback: Challenge ABC 2015 – Thriller, polar….. | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s