Archive | 22 avril 2015

La flûte à six Schtroumpfs de Peyo

Mon résumé :

Une catastrophe est survenue au château ! Un incendie, les brigands sont là ? Pas du tout : un marchand d’instrument de musique a fait son apparition dans la cour du château, et il ne faut pas, mais alors surtout pas que Pirlouit le recontre. Le bon roi et Johan sont près à tous les sacrifices pour empêcher Pirlouit d’acquérir un instrument. Las ! Le marchand a abandonné une flûte, et il se trouve que celle-ci est magique, pour ne pas dire dangereuse dans de mauvaises mains. Et là, je ne vous parle pas des médiocres talents de musiciens de Pirlouit, je vous parle d’un brigand particulièrement talentueux. Comment neutraliser cette menace ?

Mon avis :

Sait-on à l’avance ce qui changera votre vie ou pas ? Peyo, en dessinant ce neuvième album, créa des personnages qui sont aujourd’hui mondialement connus. Ne me dites pas que j’exagère : deux films leur ont été consacrés aux Etats-Unis (je n’ai pas dit qu’ils étaient bons, attention) et un discret hommage est rendu à leur créateur dans le premier volume – c’était d’ailleurs la moindre des choses. Les petits hommes bleus sont là, avec leur langage, leur vêtement, et leur grand Schtroumpf, le seul à être parfaitement bilingue. Les Schtroumps ne sont pas là pour s’amuser.

Mais revenons à cet album qui marque leur naissance. Ils sont annoncés dès le titre, et pourtant, ce sont bien Johan et Pirlouit qui sont les héros, du moins pour quelques temps encore. La preuve : les schtroumpfs n’apparaissent qu’à la moitié du roman. Leur première apparition est d’ailleurs timide : un bras qui se tend pour reprendre possession de la flûte. Pourtant, Johan et Pirluit prennent de nombreux risques. Il suffit de dresser la liste des rebondissements de ce neuvième tome de leurs aventures : épuisement, emprisonnement,  sommeil léthargique, voyage dans le pays maudit, acrobaties variées (surtout Johan) et aussi découverte de l’art lyrique des Schtroumpfs, qui n’ont rien à envier à Pirlouit.

Les deux amis doivent faire preuve de toute leur ingéniosité et de tout leur courage pour venir au bout de cette mission. Ils pourront compter sur de solides adjuvants, pour lesquels cette mission est très étonnante. Je terminerai sur ces mots du grand Schtroumpf : J’ai 542 ans mais c’est la première fois que je monte à cheval !

101223565mois-belge-logo-folon-redstar-38-gras-blanc-ombre-orange-1-sans-bord