Bas les masques de Pieter Aspe

Présentation de l’éditeur :

Qui a assassiné la belle Katja au cours d’une folle nuit de carnaval à Blankenberge près de Bruges ? Joris, la dernière personne avec laquelle on l’a aperçue, reste introuvable. Sa mère, une femme dépressive au passé mystérieux, prétend ne pas savoir où il se trouve. Pourquoi n’a-t-elle jamais voulu révéler qui était le père de Joris ? Liesse populaire, secrets de famille, prostitution, meurtres… entre deux bocks de Duvel et quelques péripéties conjugales hautes en couleurs, le commissaire Van Inn et son fidèle adjoint Versavel mènent une enquête qui ne sera pas de tout repos !

Mon avis : 

– Tu es en voie de duvélisation, si tu veux mon avis !
Voici ce que dit Versavel à son supérieur et ami Van In.
Nous sommes en pleine période de carnaval. Fini les réjouissances, pourtant, puisqu’une jeune femme vient d’être assassinée et que Van In est chargé de l’enquête, et sa passion pour la Duvel est intacte. Sa vie de couple, par contre, est comme toujours : chaotique. Sa femme n’a-t-elle pas l’intention de reprendre ses études ? S’en est trop pour Van In, qui prendrait bien trois bocks de plus. Par contre, pour Versavel, tout va bien, c’est pour cette raison qu’il peut soutenir et conseiller ce cher Pieter.
Et enquêter, aussi. La mort de la belle Katja ne suscite pas tant de peine à son compagnon, qui a sans doute des choses à cacher – et un meilleur ami tout prêt à lui servir d’alibi. Pas très net, le meilleur ami : marié mais très libéré, riche, mais travaillant dans une société qui serait ravie de lui montrer la porte, il disparaît à son tour, et une demande de rançon leur parvient. Restent à réunir l’argent et à trouver le lien entre la mort de Katjia, cet enlèvement et Joris, amoureux transi de la belle jeune femme, aussi transi qu’il était dédaigné.
Bas les masques est une bonne enquête de Van In. Elle mêle à la fois les désordres du présent – la corruption n’est pas un vain mot, les « magouilles » pour être plus directe – et les secrets du passé. Rien n’est pire que les non-dits. Comme souvent, ils font des ravages et les proportions qu’ils prennent sont à la hauteur du secret dissimulé. Etre libre physiquement est une chose. Etre libre de ses sentiments, oser vivre et dire ses sentiments en est une autre, le poids de la société, de la famille font qu’être libre réellement en est une autre. Et les bonnes intentions ne suffisent pas.
A l’année prochaine, Van In !

Publicités

7 réflexions sur “Bas les masques de Pieter Aspe

  1. Pingback: Le mois belge 2017 : le récapitulatif |

  2. Pingback: Challenge Petit Bac 2017 : 3ème bilan! – Enna lit, Enna Vit!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s