Archive | 17 avril 2017

La fête de l’automne de la famille Souris de Kazuo Iwamura

Présentation de l’éditeur :

Dans la forêt, toute la famille Souris cherche Pierrot qui a disparu. Mais quel est ce vacarme? C’est la grande parade d’automne des champignons!

Mon avis :

C’est un plaisir de retrouver toute la famille Souris. Inséparables, ils accomplissent le plus souvent leur tâche ensemble, si ce n’est que, pour commencer, les parents et le grand-père cherchent des noisettes et des baies, et que les enfants, surveillées par la grand-mère, jouent à cache-cache. Et, dans cet album dans des tonalités orange, comme l’automne, dans ces magnifiques dessins qui occupent toute la largeur de la page, il en est des endroits où une petite souris peut se cacher !

Mais une des souris manque à l’appel : Pierrot est introuvable ! Les tonalités changent alors un peu, passant au vert clair, au gris, au bleu jusqu’à ce qu’un élément merveilleux intervienne : une famille de champignons va les guider jusqu’à Pierrot et les faire participer aux fêtes de l’automne. Les couleurs redeviennent d’un orange profond, riche, doré, proche du rouge parfois. C’est un vrai festival pour les yeux.

Encore un très bel album signé Iwamura.

 

Mort mystérieuse d’un respectable lord anglais dans la bibliothèque d’un manoir Tudor du Sussex

Présentation de l’éditeur :

Findon, province du Sussex. L’écrivain Ethelred Tressider a décidé de délaisser pendant un temps le roman policier pour se consacrer à sa grande œuvre littéraire. Au grand dam de son agent, Elsie Thirkettle, que la littérature intéresse surtout pour son aspect commercial. Pour apaiser les tensions qui règnent entre eux, ils s’affrontent au Cluedo et sortent dans le grand monde. Comme ce fameux soir où Sir Robert Muntham, un ami d’enfance d’Ethelred ayant fait fortune dans la finance, les convie à dîner avec quelques notables.

Mon avis :

il est difficile d’être un auteur de troisième zone – très. il est encore plus difficile d’être son agent, surtout quand il faut sans arrêt stimuler son auteur, qui écrit sous trois pseudonymes des polars, des polars historiques et des romans sentimentaux avec autant d’absence de talent. Il suffit de lire les extraits de son tout nouvel opus pour comprendre qu’il aurait une chance s’il concourait dans la rubrique « roman historique humoristique ».
En attendant, Ethelred (tel est le vrai prénom de notre romancier) est invité par un ancien ami qui vient tout juste de s’offrir une magnifique maison – plutôt un manoir. Robert présentera à cette occasion sa nouvelle épouse, dotée quasiment d’un nouveau physique et aussi quelques invités triés sur le volet, dont une auteur, Felicity Hooper, que l’agent d’Ethelred, Elsie, a eu la très bonne idée de ne pas prendre sous son aile, refusant son tout premier manuscrit. Felicity ne s’en mord pas vraiment les doigts, quant à Elsie, elle a suffisamment de répondant pour faire face et secouer les puces d’Ethelred. A force de se comporter comme le petit chien-chien de la châtelaine, il pourrait bien en attraper quelques-unes !
Non, parce que je ne vous l’ai pas encore dit mais le sus-dit nouveau châtelain est retrouvé assassiné dans une bibliothèque fermée, au beau milieu du charmant dîner qu’il donnait, entouré de tous ses amis. Toute ressemblance avec un roman d’Agatha Christie n’est absolument pas fortuite.
La police… n’enquête pas. Pour parodier l’auteur, elle n’est pas vraiment Sherlock Holmes. Ethelred et Elsie non plus, mais le premier met beaucoup de bonne volonté à enquêter (quand il n’est pas obnubilé par la jolie châtelaine) et la seconde ne manque pas d’énergie. Vont-ils faire triompher la vérité tout en dégustant des tasses de décaféiné ? Là est la question.
Lc Tyler signe là un roman policier très drôle – seule la chute est un peu décevante. Cependant, je lirai avec plaisir une autre de ses oeuvres.