La ritournelle du démon de Seishi Yokomizo

 

Présentation de l’éditeur :

Une enquête de l’inspecteur Kosûke Kindaïchi.
A Onikobe, au mois d’Août, c’est la fête des morts, avec son cortège de rites et de cérémonies.
Un meurtre fait surgir les fantômes du passé, les légendes et les rivalités ancestrales. On reparle alors d’un crime qui n’a jamais été élucidé et l’on a tort de ne pas préter attention aux histoires de Ioko Yura et de l’interrompre quand elle se met à chanter cette comptine que les petites filles de son village fredonnaient en jouant à la balle. Lorsqu’elle retrouvera son jeu d’enfant devant les villageois médusés, il sera trop tard: deux autres crimes réalisés en tous points comme dans le ritournelle auront plongé le village dans l’horreur et la stupéfaction…
Kindaïchi dénouera un à un les fils de cet écheveau compliqué enfoui dans la mémoire du village, les croyances locales, les rancoeurs et les superstitions.

 

Mon avis : 

Comme vous le savez sans doute, il ne faut surtout pas, pour un policier, partir en vacances. Le crime, lui, n’en prend pas. Ici, la situation est différente, puisque Kindaïchi sait pertinemment qu’il part en ce lieu pour tenter de résoudre une énigme, un meurtre et une disparition qui ont eu lieu il y a bien longtemps.

La veuve et les deux enfants de la victime sont toujours à Onikibe, dignes. La jeune fille, née après la mort de son père, dissimule pourtant son visage : une gigantesque tache de naissance la défigure. Elle est la moins belle, à cause de sa disgrâce (dû au choc subi par sa mère pendant sa grossesse ? Des superstitieux le croient) des jeunes filles de sa génération. Pire, aux yeux de sa mère : une célèbre chanteuse originaire du village revient pour la fête des morts. Elle est la fille illégitime de celui qui a fui et qui a été soupçonné du meurtre. Nul cependant ne mettra en doute la beauté, le talent et la sensibilité de la jeune artiste, qui sera amenée à interpréter des chants plus souvent qu’elle ne l’aurait cru.

Elle n’est pas la seule à revenir, l’une des ex-femmes d’un notable est, dit-on, également de retour. Elle a été vue, y compris par Kindaïchi lui-même. Elle semble semer la mort derrière elle, au rythme de la ritournelle du démon. Ce chant, mis à part une vieille femme, personne n’y a fait allusion. Et l’inspecteur ne fait pas vraiment attention à ce qu’elle lui dit alors que ses arrière-petits-enfants arrivent. Elle ne peut poursuivre, il n’insiste pas, ce n’est qu’une ritournelle, et c’est vrai qu’il faut avoir de sombres desseins pour suivre un chant macabre à la lettre. Ce n’est pas sans rappeler la comptine des Dix petits nègres.

Ce roman nous plonge dans un Japon qui n’existe plus, dans une société à la fois moderne, par certains côtés, et traditionnel. Plus qu’un roman policier, nous lisons le récit d’une tragédie que rien ni personne ne semble avoir pu empêcher.

 

Publicités

4 réflexions sur “La ritournelle du démon de Seishi Yokomizo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s