Trembler te va si bien de Risa Wataya

91169466Présentation de l’éditeur :

« Etô Yoshika, vingt-six ans. Nationalité japonaise, groupe sanguin B, employée à K.K. Maruei, facilement acnéique. Copain zéro, économies zéro. Loyer mensuel : 75 000 yens. Ce que je déteste : les glandeurs. Ce que j’aime : le ragoût de bœuf. Ma passion du moment : chercher sur Wikipédia les espèces animales éteintes. »
Yoshika a la tête dans les étoiles et deux amoureux. C’est une jeune ingénue qui cherche sa place dans l’univers et se demande parfois si elle n’est pas elle-même une espèce en voie d’extinction. Elle raconte avec une telle drôlerie ses incertitudes amoureuses que ça crépite à chaque ligne comme une étoile lointaine, ou comme un tube au néon sur le point d’imploser.

Mon avis :

C’est comme si nous retrouvions l’héroïne d’appel du pied qui aurait grandi. Ou pas. Dans le Japon contemporain, il est important pour une femme de se marier – même si les mariages me semblent très largement arrangés par les parents, par les amis. Etô a 26 ans, est employée de bureau, appelle régulièrement ses parents qui ne lui offrent pas toujours le soutien nécessaire – sa mère est entièrement soumise à l’avis de son mari.

Et l’héroïne est amoureuse. De la star du lycée, Ichi, qui n’a jamais fait attention à elle mais qu’elle va tout faire pour revoir, lors d’une soirée d’anciens élèves. Qu’elle paraît pourtant asociale, cette Etô, qui ne semble pas maîtriser les codes et se met à l’écart, malgré elle. Mais Ni, un collègue, est amoureux d’elle et lui demande de sortir avec elle ce dont elle n’a pas envie : pas avec un garçon qui ne s’intéresse qu’à sa petite personne ! Du moins, c’est l’avis d’Etô, et la suite du récit nous montrera que ce n’est pas si simple que cela.

Et oui, le point de vue de ce court récit est subjectif, et Etô « voit » vraiment le monde avec des oeillères et des lunettes tantôt roses, tantôt noires. L’avenir n’est pas vraiment rieur quand, à 26 ans, elle se dit qu’elle passera sa vie dans cette même entreprise, avec ses mêmes collègues, et pas vraiment d’intérêt pour tout ce qui l’entoure.

Moment de vie d’une jeune fille d’aujourd’hui, Trembler te va si bien nous interroge sur le malaise de la jeunesse japonaise actuelle.

Publicités

6 réflexions sur “Trembler te va si bien de Risa Wataya

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s