La cité des ténèbres, tome 2 de Cassandra Clare

couv16612569Présentation de l’éditeur :

Le monde obscur est en émoi depuis le meurtre mystérieux d’un loup-garou survenu devant le Hunter’s Moon, l’un des repaires de lycanthropes les plus fréquentés de New York. Du côté des Chasseurs d’Ombres, l’Inquisitrice, une femme insensible et austère, est dépêchée par l’Enclave pour s’emparer de l’Institut: Valentin est de retour et une guerre sanglante se prépare.

Mon avis :

Nom : Morgenstern (l’étoile du matin, excusez du peu).
Prénom : Valentin (mais ne comptez pas trop sur lui pour vous offrir des fleurs ou des chocolats le 14 février).
Profession : tente de dégommer tous les chasseurs d’ombre, de mettre le chaos dans le monde… Pardon, lui pense plutôt remettre de l’ordre dans le monde, où trop de créatures bizarres rôdent.
Signes particuliers : est détesté de tous, y compris ses propres enfants.
Qualités : rusé et arrogant. D’autres diraient charismatiques.

Dans ce second tome, Valentin poursuit son oeuvre, en essayant de s’emparer de l’épée mortelle lui permettant de réaliser un rituel ancestral, et les chasseurs d’ombres comptent bien l’en empêcher : les Lightwood sont de retour. Non, pas Alec et Isabelle, eux n’ont pas bougé, je parle de leurs parents, Robert et Maryse, bien décidés à en découdre. Avant, il faudra convaincre l’Inquisitrice, qui répond au doux nom d’Imogène, que Jace n’est pas le complice de son père, encore moins son espion au sein de l’Enclave. Zut à la fin ! Ce n’est pas parce que Jace est aussi arrogant que son géniteur qu’il est forcément de son côté ! D’ailleurs, mis à part cette qualité, il lui ressemble à peine, physiquement, contrairement à sa petite soeur Clary.

Rien n’est donc simple dans ce second volume qui, comme je le pressentais à la lecture du premier, explore bien plus de piste que l’adaptation filmique ne le laissait prévoir. Nous retrouvons Magnus Bane, le grand sorcier de Brooklyn, qui est mis à contribution très régulièrement, montrant ainsi l’étendue de ses pouvoirs, et ses limites aussi. Quoique… Comme le chantait un des héros d’Atys, de Lully : « On ne peut refuser son coeur à de beaux yeux qui le demandent ». Nous retrouvons aussi Simon, toujours amoureux de Clary, toujours prêt à tout pour elle, toujours capable de se fourrer dans toutes les situations les plus improbables, et Clary, toujours, de le secourir. C’est beau, l’amour fraternel.

Dans ce second tome, les péripéties ne manquent pas, et l’apparition de nouveaux personnages y contribue grandement. Je ne parle pas seulement de l’arrivée de Maia, louve garou jeune et courageuse, je parle aussi de l’évocation de personnages qui ne sont plus, mais dont l’existence passée influence durablement certains adversaires, comme des chainons manquants entre le soulèvement de jadis et la lutte de maintenant. Les apparences sont parfois trompeuses, surtout quand on dispose de sortilège.

a_loup_garou_4_pour_Nina_brrr

Publicités

5 réflexions sur “La cité des ténèbres, tome 2 de Cassandra Clare

  1. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #4] Bilan #5 | Muti et ses livres

  2. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #4] Bilan #6 | Muti et ses livres

  3. Pingback: Challenge Jeunesse et young adult #5 | deslivresetsharon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s