La fille qui avait de la neige dans les cheveux de Ninni Schulman

Présentation de l’éditeur :

De retour dans sa ville natale après son divorce, Madga décroche un poste au journal local. Entre fermetures d’écoles et expositions canines, il ne se passe pas grand-chose, à Hagfors. Quand Hedda, 16 ans, est portée disparue, Magda s’empare de l’affaire.

Mon avis :

La fille qui avait de la neige dans les cheveux. Un livre qui était dans ma PAL depuis à peu près quatre ans, voir plus. Un livre que j’avais déjà tenté de lire, puis reposer, avant de me dire, que là, il faudrait peut-être que je l’en sorte enfin, de ma PAL. Je l’avais acheté à cause de ce titre énigmatique, je l’avais acheté aussi parce que je lis beaucoup de romans policiers suédois, et que cela me fait une autrice de plus découverte.
Ce qui fait l’originalité première de ce polar est que l’héroïne, Magdalena dite Magda ou Maggie (pour les vraiment très intimes) est journaliste. Après son divorce, elle a pris son fils sous le bras et est retournée dans sa ville natale. Elle travaille donc pour le journal local, et tant pis si les articles qu’elle rédige ne sont pas vraiment sur des sujets très folichons – une exposition de peinture, par exemple. Ayant très bien su gérer son argent, elle a pu s’acheter une maison – et tant pis si cela ne plaît pas à tout le monde. Son ex-mari, déjà remarié, futur père d’un second enfant, n’a pas très bien pris l’éloignement de son ex-femme, lui qui aurait voulu s’impliquer davantage dans la vie de leur fils, qui aurait même voulu la garde alternée – ce qui est impossible vu la distance. Il accueille néanmoins Nils un week-end sur deux, Nils ayant fait le trajet de quatre heures en bus. Nils a été adopté, on le sait brièvement au début du livre. A aucun moment Magda ne voit Nils autrement que comme son fils – un net progrès, par rapport à des ouvrages où le mot « adoptif » est toujours mis. Pour dire quoi ? Non, si quelqu’un est bien incapable de voir les liens entre Magda et son fils, c’est bien la personne qui la menacera et traitera Nils de « chinetoque ».
Oui, être journaliste, c’est risqué, même si la police ne démérite pas dans cet ouvrage. Elle est simplement débordée, entre les vols, dont on parle peu mais sur lesquels il faut bien enquêter, la disparition d’une jeune fille de seize ans et le meurtre d’une autre toute jeune fille, retrouvée nue dans une cave. Qui est-elle ? Et qu’est devenue Hedda ?
La famille, ou plutôt les familles sont au coeur de ce roman, ainsi que l’égalité homme/femme. Christian, commissaire adjoint, et ami d’enfance de Madgalena, est célibataire ; il admet lui même rêver sa vie sentimentale plutôt que de la vivre. Ses parents ? Sa mère voit à quel point la vie de sa fille Tina et de son gendre est difficile, entre travail et enfants. Elle s’interroge aussi sur ce « besoin » d’égalité, elle qui pense (encore) que certaines tâches sont réservées aux femmes, et d’autres aux hommes. Petra, policière elle aussi, vit un partage des tâches presque théorique : son mari, depuis le début de cette enquête qui les nerfs de Petra à rude épreuve, est celui qui accomplit le plus de tâches ménagères, au point que c’est lui qui craque. De plus, leur fille Nellie se comporte d’étrange façon, ce qui est trop pour Petra. Quant elle saura pourquoi, eh bien, c’est elle qui sera soulagée, et c’est son mari qui aura plus de mal à l’être. Il est facile d’être ouvert d’esprit tant que l’on n’est pas concerné par le sujet.
S’il en est d’autres qui ne trouveront jamais l’apaisement, ce sont les parents d’Hedda. Si son père craignait au départ que l’on s’aperçoive qu’ils ne formaient pas la famille modèle qu’ils paraissaient être, il doit surtout se rendre compte qu’il ne savait rien de sa fille, qu’il ne s’était aperçu de rien – et que celle-ci en avait souffert.
Combien de famille semble seulement heureuse ? Petra, Madga, le diront : connaissons-nous vraiment ceux qui nous entourent ? Soupçonnons-nous véritablement les horreurs qui peuvent être commises tout prêt de nous ? Et au nom de quoi ? Magda se met en danger pour son métier, mais elle veille à protéger son fils de son mieux : prévenir la police est toujours LA bonne solution.
La fille qui avait de la neige dans les cheveux, un polar plus prenant que je ne l’aurai cru.

7 réflexions sur “La fille qui avait de la neige dans les cheveux de Ninni Schulman

  1. Pingback: Challenge Voisins Voisines 2020 – Billet récapitulatif – A propos de livres…

  2. Pingback: Mois du polar 2020 | deslivresetsharon

  3. Pingback: Objectif pal de février ~ le bilan – Les lectures d'Antigone

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.