Archive | 26 février 2020

Ron-ron, ça tourne ! de Gérard Chevalier

Présentation de l’éditeur :

Rose me fait tourner en bourrique, un comble pour une chatte géniale comme moi ! Rose est le bébé de mes bipèdes, Catherine et Erwan, j’assure sa garde et son éducation.
Aussi quand le commissaire Yvon, notre ami, vient me solliciter pour participer à une enquête sur le décès d’une actrice en plein tournage, c’est l’occasion pour moi de prendre des vacances.
Je découvre l’équipe du film à la sortie de sa garde à vue. Quel monde de tordus ! Enfin… pas tous. Et puis je fais la connaissance d’Hector, un chien Saint-Hubert exceptionnel. Il est le fidèle compagnon un peu décrépi du comte Guerrouane de Pennec, vivant au manoir de Kerpennadec. Un vieux noble avec de la thune ne peut pas être complètement mauvais…

Mon avis :

Chère Catia,

j’espère que tu vas bien et que tu es remise de tes émotions pour ta deuxième enquête. partir loin de chez soi, loin des siens, même en compagnie de proches amis, c’est compliqué. Fort heureusement, tu as pu faire la connaissance d’un ami sincère, Hector, chien de Saint-Hubert de son état que, je te rassure, tu seras amené à retrouver dans une prochaine aventure. Un être aussi sympathique ne pouvait être ton compagnon dans un seul et unique volume.
Il faut dire que le contraste est grand entre le charme désuet des lieux, des châtelains, absolument exquis, et la modernité, voire la crudité de langage de certains techniciens. Si j’ajoute à cela qu’il en est pour ne pas apprécier à sa juste mesure la gente féline, je me dis que ton séjour n’a pas été de tout repos.
Heureusement, tu pouvais compter sur tes amis, sur Juliette, notamment – et les enquêteurs pouvaient compter sur elle aussi.
Rien ne fut simple dans ce milieu cinématographique assez pourri, il faut bien le dire, où il en est pour profiter de tous les avantages de leur position, sans que (presque) personne ne trouve à redire, et c’est bien dommage.
Heureusement (oui, il est des moments heureux) même si ton éditeur t’a imposé un scripteur humain, ils t’ont laissé relativement libre de garder « ton » style, ta griffe, si j’ose dire. Il ne fait pas bon censurer les félins.
Je te quitte sur ces quelques mots, et te souhaite encore beaucoup de belles enquêtes.
Sharon.

Miaou, bordel ! de Gérard Chevalier

édition Palémon – 192 pages

Présentation de l’éditeur :

Catia, minette quimpéroise « surdouée », mène l’enquête en assistant son maître, journaliste d’investigation, dans ses recherches.
Elle maîtrise le langage humain dans ses nuances les plus intimes et emploie parfois des termes fleuris pour juger les comportements des « bipèdes ».

Mon avis :

Ceci est le premier tome des enquêtes de Catia, chat policier presque malgré elle – il faut bien aider les forces de police ! Surtout, il faut bien faire bénéficier de ses dons extraordinaires son maître, Erwann, qui a dû quitter la police à la suite d’un scandale dont il n’était pas responsable – ou comment se débarrasser de quelqu’un qui se met à fouiller là où il ne fallait pas. Devenu journaliste, il est cependant rester en lien avec Yvon, et ils ont bien l’intention tous les deux de faire tomber ceux qui continuent à traficoter en toute impunité. Vaste programme, surtout que, du côté « policier pas très honnête », on n’a pas l’intention de se laisser faire. Au contraire, tout est mis en oeuvre pour découvrir ce qu’Erwann a pu trouver.

Catia a des facultés que d’autres n’ont pas : elle comprend le langage humain (note : beaucoup de chats aussi, sauf qu’ils se gardent bien de nous le faire savoir) et sait même se servir d’un ordinateur pour communiquer. Reste à le faire comprendre à « son » humain, sans que celui-ci ne tourne de l’oeil, ce qui n’est pas le plus facile dans cette intrigue. Je ne passerai pas sous silence les libertés qu’elle prend avec la langue française, ni les tourments qu’a subi l’auteur chargé de mettre en forme les écrits de Catia, j’ai nommé Gérard Chevalier – l’entente entre eux deux ne semble pas vraiment au beau fixe !

Qu’à cela ne tienne ! Alors que la vie sentimentale d’Erwan et celle d’Yvon se révèlent mouvementées (ils finiront cependant par retomber sur leurs pattes), l’enquête continue, ce qui permettra à Catia de s’aventurer en dehors de son cocon, et de rencontrer des humains, certains très sympathiques, d’autres pas du tout, et même un compère félin très mal en point.

Miaou, bordel ! ou le cri de guerre de Catia, est un roman policier drôle et sympathique.