Le mauvais de Shuichi Yoshida

Édition Philippe Picquier – 384 pages

Présentation de l’éditeur :

Par une nuit de neige, une jeune femme est étranglée au col de Mitsuse. L’enquête policière, en cherchant à découvrir la vérité, fait surgir de l’ombre ceux qui font connue, parents, amies, collègues, sans oublier les hommes qu’elle rencontrait, et dans la lumière où ils se tiennent tour à tour, les points de vue divergent, le blanc vire au noir, la victime perd son innocence. Peu à peu se dessinent les liens unissant ce petit monde qui gravitait autour d’elle, et c’est alors que le mauvais n’est plus celui qu’on croit..

Mon avis :

Au bout de trente pages, j’étais déjà plongée dans les affres de la jeunesse japonaise. Le lecteur sait qui va être tué, où et comment – reste à savoir qui et pourquoi.
Nous rencontrons des jeunes filles qui se veulent indépendantes, avec des amours à vivre avant de trouver un mari. Elles ont fait des études médiocres, elles ont obtenu un travail tout aussi médiocre. Parfois, la société qui les emploie les aide financièrement pour se loger, ce qui leur permet d’être indépendantes de leur famille, tout en vivant, finalement, en vase clos. D’autres jeunes gens, au contraire, vivent toujours avec leur famille, parce qu’ils s’aident mutuellement, parce que les liens entre eux sont forts, parce qu’ils n’ont pas vraiment le choix, finalement.
La crise économique a aussi touché le Japon, même si l’on n’en est pas forcément conscient, en France. L’impact est partout, il faut compter, toujours, pour acheter ses légumes, son riz, pour se déplacer, ayant le choix entre un itinéraire en train bref mais onéreux, et un autre long mais moins coûteux. Des exemples parmi d’autres.
Les personnages ne sont pas désespérés, non, disons plutôt qu’ils ont appris à vivre sans espoir. Ils n’imaginent pas vraiment que leur situation puisse être meilleure, simplement qu’elle reste telle qu’elle est, en une routine supportable. A défaut d’avoir la vie que l’on veut, on peut rêver sa vie. Personne n’est dupe, ou pas vraiment, des vies que s’inventent ces jeunes femmes. La sexualité ? Elle se monnaie, parfois âprement, faisant payer à l’homme la moindre des dépenses. D’autres travaillent à plein temps dans ce domaine, parce que, finalement, elles ne savent faire que cela. Ce qu’en pensent leurs familles ? Elles ne le savent pas, puis, les familles ne semblent guère être unies. Désir d’indépendance des enfants, focalisation des parents sur le fils, le petit-fils, et non sur leurs filles – faut-il y voir là aussi une cause de ses errances ? Peut-être.
Au milieu de ce portrait très sombre du Japon, j’en viendrai presque à oublier l’enquête policière. Oui, le « mauvais » est arrêté, oui l’on saura dans l’épilogue qui lui donne la parole pourquoi il a agi ainsi – du moins, l’on saura pourquoi lui pense avoir agi ainsi, ce qui n’est pas exactement la même chose.

 

2 réflexions sur “Le mauvais de Shuichi Yoshida

  1. Pingback: Mois du polar 2020 | deslivresetsharon

  2. ça l’air très glauque comme lecture, ça me tente pas trop du coup. Même si ça doit être intéressant pour découvrir une autre facette du Japon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.