La sorcière de Camilla Lackberg

Edition Acte Sud – 704 pages.

Présentation de l’éditeur :

Nea, une fillette de 4 ans, a disparu de la ferme isolée où elle habitait avec ses parents. [….] Avec l’équipe du commissariat de Tanumshede, Patrik mène l’enquête, tandis qu’Erica prépare un livre sur l’affaire Stella.

Mon avis : 

Livre emprunté en ebook à la bibliothèque, et j’ai mis un mois ou presque à digérer cette addictive lecture. Nous sommes ici au tome 10 des enquêtes d’Erika et de Patrick, je m’étais arrêtée au tome 6, un peu lassée. Je ne sais pas si je parcourrai le chemin en arrière. La lecture de ce roman a été surprenante, éprouvante, il est sans doute un des meilleurs de la série.
Pour quelles raisons ? Tout d’abord, l’auteur nous présente une toile de fond très plan-plan. Patrick, Erika et leurs trois enfants. Erika écrit un nouveau livre, sur l’affaire Stella, et essaie de parler – sans trop de succès – aux protagonistes de cette affaire déjà ancienne. Patrick l’aide en prenant soin des enfants, il se rend compte à quel point les jumeaux sont difficiles, alors que leur fille aînée est toujours si facile à vivre. Les joies d’être parents. Même les autres policiers ont des vies à peu près équilibrées, avec leur lot de joie et de douleurs.
Mais il faut bien enquêter. Une petite fille, Néa, a disparu. Depuis quand ? Difficile à dire, puisque les parents croyaient que la petite fille était avec l’autre. Néa a disparu là où Stella a disparu et est morte, des années plus tôt. Et l’une des tueuses, devenue actrice à succès, vient juste de revenir dans la région avec sa fille. L’auteur vit toujours là, avec son mari et son fils. Bien sûr, ce serait trop facile si l’une ou l’autre femme avait un rapport avec la disparition, n’est-ce pas ? Comme si cela ne suffisait pas, Néa est retrouvée morte, assassinée, à l’endroit où le corps de Stella avait été retrouvé.
A Tanumshede, village suédois où se situe l’action, on a pourtant d’autres idées sur le coupable. Parce qu’il est des personnes qui dérangent. Des personnes qui ont été des fugitifs et qui sont maintenant des réfugiés « C’est la peur, dit-il. La peur devant l’inconnu. Les gens ont de tout temps accusé ceux qui viennent d’ailleurs. C’est plus facile que de penser que ça peut être quelqu’un qu’on connait ». Le roman est épais – 704 pages – l’auteur prend donc le temps de nous faire connaître ces personnes qui n’ont eu d’autres choix que de fuir leur pays, et qui tentent, maintenant, de vivre tout simplement, en ayant toujours en tête ce qu’ils ont vécu, avant.
L’intrigue va crescendo, jusqu’à nous entraîner jusqu’à un point que, dans ce paisible village suédois, l’on ne pouvait imaginer. Là est la difficulté en rédigeant cet avis, ne surtout rien révéler tout en analysant les causes. Bien sûr, à la fin, quand le (les ?) coupable (s) sera (ont) connu (s), l’on cherchera des explications, l’on remontera les pistes à l’envers, l’on cherchera dans le passé, proche ou lointain, ce qui a entraîné cela.
Lointain. Parallèlement à l’histoire de Néa, nous est racontée l’histoire d’une jeune femme qui donne son nom au roman. Parce que l’obscurantisme, finalement, existe toujours et a toujours des conséquences. Elles prennent une autre forme, et c’est tout aussi tragique.
J’ai voulu terminer par cette citation : « Ce qu’Adnan et Khalil avaient fait était terriblement idiot et terriblement courageux. Trente jeunes avaient été sauvés. Trente jeunes promis sans eux à une mort certaine ».
Et une dernière, de Khalil : La nuit, dans ces cauchemars, il revoyait les visages de ces enfants. L’effroi dans leurs yeux, la peur de mourir, et la panique. Il pensait ne jamais avoir à revivre ça. Mais la terreur dans les yeux d’un enfant était exactement la même ici qu’autrefois, chez lui, il n’y avait aucune différence ».

 

Publicités

22 réflexions sur “La sorcière de Camilla Lackberg

    • Les premiers volumes sont plus softs. Dire que c’est une de mes élèves qui m’a fait découvrir cette série, parce qu’elle voulait l’étudier ! Certains volumes (les derniers) sont difficilement soutenables.

  1. Pingback: Le mois du polar 2018, c’est parti et c’est ici ! | deslivresetsharon

  2. Pingback: Challenge Voisins Voisines 2018 – Billet récapitulatif – A propos de livres…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s