Archive | 18 février 2018

Bienvenue en Amérique de Linda Boström Knausgård

Présentation de l’éditeur :
Ellen vient d’avoir onze ans. Elle a prié Dieu pour que son père meure, elle a souhaité de tout son cœur qu’il disparaisse et qu’il cesse de venir à la maison. Ses parents étaient divorcés mais les visites de son père alcoolique, colérique, se faisaient de plus en plus menaçantes. Avant cela pourtant, la famille avait été heureuse, sa mère était l’une des comédiennes les plus célèbres de Suède. Puis son père avait changé et elle avait commencé à prier.
Son père est mort. « C’est de ma faute » avait-elle immédiatement pensé, son souhait le plus cher s’était réalisé. Depuis ce jour elle ne parle plus. Personne n’entend le son de sa voix, elle s’est murée dans le silence. Son frère s’enferme lui aussi – dans sa chambre dont il cloue la porte pour que personne n’entre – alors que sa mère répète à longueur de journée que leur famille est lumineuse. Comme pour faire revivre un passé glorieux, lorsque sa fille venait assister à ses spectacles et qu’elle l’applaudissait quand elle déclamait sur scène : « Bienvenue en Amérique ».

Merci à Netgalley et aux éditions Grasset pour ce partenariat.

Mon avis :

Ce livre est un paradoxe à lui tout seul puisque tout au long de ces pages, nous entendons Ellen, une toute jeune fille qui ne parle plus. Elle ne communique même plus, puisqu’elle n’utilise pas le cahier que lui donne sa mère pour qu’elle écrive. Ellen tient bon, Ellen ne cède pas, quel que soient les circonstances.
Ce qu’elle nous raconte, c’est sa vie au milieu d’une famille qui est qualifiée de « lumineuse » par la mère. C’est d’elle que vient la lumière, et je n’ai pas besoin de dire que la lumière peut éblouir et brûler aussi. Elle peut empêcher de voir ce qui entoure – et la mère de ne pas voir la violence de son fils, d’ignorer son mal être, tout comme elle feint de ne pas voir les souffrances de sa fille. Vivre le plus normalement possible, maintenir la famille à flot, pas si facile.
Ellen observe ce qui l’entoure, malgré son silence. Elle se souvient aussi, des moments heureux, de ceux qui le sont moins, de ceux aussi qui étaient source de désespoir. Ce qu’elle a vu ? Ce que je qualifie de « dépression » du père, dépression vu à hauteur de cette gamine de onze ans qui a subi le comportement de son père. Bienvenue en Amérique est peut-être, finalement, l’histoire d’une enfant qui ne parle plus parce que tous les mots n’ont pas été dits dans sa famille, parce que les mots qui ont été dits n’ont pas forcément été compris, parce que les mots qu’elle a pensé étaient indiscibles.
Bienvenue en Amérique, ou une variation sur le langage et ses limites.