Englebert des collines de Jean Hatzfeld

Présentation de l’éditeur :

« Un matin, j’étais avec Alexis. Nous avons dissimulé deux enfants sous les feuillages et nous avons cherché notre trou de vase. Les tueurs sont venus en chantant. Ils se sont approchés tout près, j’ai senti leur odeur. J’ai chuchoté à Alexis : « Cette fois, nous sommes bientôt morts. » Il m’a répondu : « Ne bouge pas, je vais les feinter. »
Il a hurlé le rire de la hyène. C’était très bien imité. Ils ont reculé de peur de la morsure. Mais en s’écartant de leur chemin, ils ont découvert une cachette de femmes et d’enfants. On a entendu les coups plus que les pleurs parce que les malchanceux choisissaient de mourir en silence. »
Voilà une quinzaine d’années, dans la ville de Nyamata, Jean Hatzfeld a rencontré Englebert Munyambonwa, qui arpentait en haillons la grande rue, s’arrêtant dans tous les cabarets, hélant les passants. Une amitié est née avec ce personnage fantasque, rescapé des brousses de Nyiramatuntu, fils d’éleveurs, grand marcheur aussi érudit qu’alcoolique, accompagné par ses fantômes dans un vagabondage sans fin.

Mon avis : 

Il est difficile de chroniquer ce livre, parce qu’en le lisant, je ne l’ai pas considéré d’un point de vue littéraire, je l’ai considéré par la force du récit, de cette biographie d’un homme qui a survécu, qui tente de vivre avec le souvenir des siens qui ont été massacrés, avec le souvenir de toutes les personnes qui ont été tuées.

J’ai eu du mal à livre ce livre aussi, parce que les faits racontés sont durs,  parce qu’il s’agit d’un témoignage brut, qu’il ne s’agit à aucun moment d’atténuer ou de romancer, il s’agit de montrer, aussi, comment la situation dans le pays s’est dégradée, peu à peu, comment, si l’on faisait partie d’une des deux ethnies, et pas « la bonne », il était difficile de faire des études supérieures, quand bien même les résultats scolaires étaient honorables. Montrer, raconter comment Englebert a traversé cette période, comment il a appris la mort des siens, comment il lui a été impossible de reprendre le poste qu’on lui proposait – celui de son frère massacré. Je ne dis pas qu’il vit, depuis le génocide, je dis qu’il traverse la vie, qu’il absorbe quotidiennement la dose d’alcool qui lui permet de traverser cette journée supplémentaire.

Je ne sais pas si j’aurai le courage de lire une autre oeuvre de cet auteur.

4 réflexions sur “Englebert des collines de Jean Hatzfeld

  1. je les ai toutes lues…..en particulier les récits des marais, qui voient les choses de différents points de vue. C’est très dur, mais nécessaire, à mon sens. Après, chacun lit en fonction de ce qu’il peut assimiler

  2. Il m’est toujours impossible de finir « un été de machettes » tellement le récit est dur et pourtant, pas d’horreurs, pas de tout ça dans le récit, mais il est tellement glaçant qu’il me tue. Putain, les mecs se rassemblaient au petit matin pour aller tuer des Tutsis comme d’autre se seraient donné rendez-vous pour aller couper des blés… :/

    • Je te comprends. Là aussi, pas d’horreurs, au sens propre du terme, mais le récit de celui qui a survécu, presque « par chance », parce que d’autres, pas loin, ont été découverts et pas lui. Je peine depuis longtemps sur un livre sur la résistance… je ne sais pas quand je parviendrai à rédiger un avis cohérent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.