La traversée de Jean-Christophe Tixier

Présentation de l’éditeur :

Jeune Africain, Sam voyage à bord d’un bateau : destination l’Europe. Mais la tempête éclate, provoquant son naufrage. Sam échappe à la noyade et tente d’organiser la survie des rescapés. Au fil des minutes, ses souvenirs remontent à la surface : sa vie au village, son désir d’ailleurs, la belle Thiane au camp de Tripoli. La mer n’a pas dit son dernier mot…

Mon avis :

La traversée est un livre fort, dérangeant, non politiquement correct à mettre dans toutes les mains, celles des parents comme celles des enfants – il est important de partager autour de ce livre.
Il est question des migrants, et nous nous attachons en particulier à Sam, qui a choisi ce prénom et a réussi à l’imposer aux siens. Nous le trouvons quasiment à la fin de l’aventure, au moment où la barque chavire, où l’espoir de survivre est très mince. La tragédie n’a pas lieu une journée, elle a lieu une nuit, et c’est au cours de cette nuit que nous découvrons comment Sam en est arrivé là. Ce qui domine, c’est l’inespoir, en dépit des études, en dépit d’une vie familiale presque sereine. « Presque », parce que le frère aîné de Sam a choisi lui aussi de quitter sa famille, mais d’une autre manière.
Les souvenirs de Sam sont autant d’étapes dans son voyage, des obstacles à surmonter pour chaque candidat au départ, obstacles que certains ne surmonteront pas, de rencontres avec des personnes qui, pour d’autres raisons, ont fait le choix de partir – parce que, justement, elles n’avaient pas le choix. Thiane, à cet égard, est le symbole du mariage forcé, et d’autres abus encore qui ne sont pas détaillés. Nous sommes dans un livre pour adolescents, après tout. Parfois, un mince, très mince espoir reste, comme pour Sekou. Pour d’autres, le sort est sans appel, comme pour Samory, ou encore le frère et la mère de Nafi.
Qui pour écrire l’histoire de ces hommes, de ces femmes, de ces enfants que l’on oublie ? Je terminerai par ces citations :
La mer a pris maman et mon petit frère, je suis la seule à savoir qu’ils sont morts. Si je meurs aussi, qui se souviendra d’eux ?
La mort s’était éloignée, elle avait passé son chemin. Du moins chacun voulait-il le croire.

Tout comme l’auteur, à la fin du livre, je ne puis que vous recommander de regarder Welcome de Philippe Lioret et La pirogue de Moussa Touré.

Merci à Netgalley et aux éditions Rageot pour ce partenariat.

Publicités

7 réflexions sur “La traversée de Jean-Christophe Tixier

  1. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #7] Bilan 5 – Muti et ses livres

  2. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #7] Bilan 6 – Muti et ses livres

  3. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #7] Bilan 7 – Muti et ses livres

  4. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #7] Bilan 8 – Muti et ses livres

  5. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #7] Bilan 9 – Muti et ses livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.