Le grand livre de l’horreur : Dans le laboratoire de Frankenstein

Présentation de l’éditeur :

Pas de répit pour Virgile, que Le Grand Livre de l’Horreur a envoyé au beau milieu de l’histoire de…. Frankenstein ! Heureusement, il peut compter sur Lili, une camarade de collège qui n’a pas froid aux yeux… Les deux amis réussiront-ils à échapper au monstre de Frankenstein et à déjouer les plans du Maliseur, le terrible sorcier à l’origine de leurs mésaventures ?

Mon avis : 

Ce livre est à faire découvrir à tous les collégiens qui se plaignent de la cantine. Si, si : quand ils auront découvert ce qu’il advient à Virgile au cours de son repas, ils comprendront qu’il existe pire… ailleurs.
Petit regret : Pollop, le lapin blanc et bavard de Virgile n’est pas avec lui pour cette aventure, sans doute parce qu’il aurait vraiment été compliqué de faire entrer un lapin dans l’univers que nous découvrons. Par contre, Virgile se retrouve avec une camarade de collège, lui qui n’en a pas vraiment. Difficile de se faire des amis quand on ne rentre pas dans le moule, et qu’on est bien décidé à ne pas y rentrer !
C’est un autre classique de la littérature fantastique que nous découvrons ou redécouvrons à travers ce livre : Frankenstein, un livre que certains, cinéastes en tête, se chargent déjà de réécrire, pour mieux convenir à un large public. Et oui, Virgile se charge de nous le rappeler : Frankenstein n’est pas une oeuvre aimable, le destin des personnages est tragique. Comporte-t-il, déjà, la volonté de nous mettre en garde contre les excès de la science ? Laissons les exégètes trancher, et replongeons-nous plutôt dans l’histoire de ce grand livre de l’horreur.
Il n’est pas facile pour Lili de se retrouver sur une île écossaise tout sauf charmante, au milieu d’une tempête, entre un savant et ses créatures. En effet, N.M. Zimmermann ne réécrit pas les livres, ses histoires prennent place dans les ellipses ou les non-dits du récit. Lili et Virgile ont fort à faire pour que l’histoire reprenne son cour, mais aussi pour retourner dans leur monde. Ce n’est pas l’Ecosse qui est hostile, non, c’est le monde de Frankenstein.
Une oeuvre plaisante à lire, agréable à parcourir, et qui devrait donner aux jeunes lecteurs l’envie de se plonger dans la littérature fantastique.

Publicités

6 réflexions sur “Le grand livre de l’horreur : Dans le laboratoire de Frankenstein

  1. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #7] Bilan 2 – Muti et ses livres

  2. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #7] Bilan 3 – Muti et ses livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s